1.d4

Possador
Possador
Oct 26, 2014, 4:13 PM |
1

Montréal, 26 octobre 2014

 

 

Je suis un joueur plutôt moyen (ma cote attribuée par ma fédération nationale est de 1600). Enthousiaste, emballé, curieux, constant, mais moyen. En fait, naïf et moyen serait plus précis. J’ai toujours profondément cru que j’allais atteindre un niveau respectable, à force d’effort et que petit à petit le titre d’expert s’imposerait de lui-même à ma situation. Mais voilà, ce n’est pas comme cela que ça se passe.

 En plus d’être moyen, je suis aussi un joueur typique je crois. Typique dans l’obsession du livre, que j’accumule sans cesse et qui par leur simple présence sur mon bureau me donnent, je semble le croire vu la quantité non lu que je possède, un nombre x de points ELO supplémentaires. Ou encore soulage mon angoisse de la mort puisque je devrai vivre très vieux afin de les terminer.

 Le parcours de mes croyances sur ce qui me manque afin de progresser est aussi assez typique: désir de connaissance plus complète des ouvertures, maîtriser un répertoire d’ouvertures, augmenter la profondeur de mes calculs tactique, posséder le logiciel dernier cri. Oui je sais, travailler avec un coach compétent réglerait tout cela mais il faut croire que ce serait trop simple (cela a pris 15 ans avant de me convaincre de m’assoir avec un joueur beaucoup plus fort régulièrement et repasser mes parties…).

 Typique aussi dans ma capacité à interpréter ces éléments. À la suite d’une période difficile en tournois je me suis finalement décidé à apprendre UNE ouverture, puisque je croyais que cela était le facteur qui empêchait ma progression. Je la voulais agressive, peu connu de mes adversaires (assez ironique, puisque n’en connaissant aucune…) et permettant la créativité tactique. J’ai donc choisi un livre dont le titre et son résumé me semblait en symbiose avec mes besoins : « A Killer chess opening repertoire » de Aaron Summerscale. J’étais comblé. Le terme « Killer » m’a tout de suite séduit et le « repertoire » rendait le tout sérieux et crédible. J’avançais confiant et décidé. C’est par la suite, à la maison, lorsque j’ai commencé la lecture que je réalisai que c’était un répertoire basé sur 1.d4 du point de vue des Blancs... Je ne suggère pas ici que le livre était mauvais, pas du tout. Mais, comme on ne demande pas à un analphabète de vous donner sa critique de Madame Bovary, je n’étais pas capable de vous donner le plan des lignes proposées dans le bouquin. Le fait de connaître par cœur les 5 premiers coups des diverses propositions du répertoire me suffisait. C’était du béton, approuvé et analysé par un GM. Que voulez-vous de plus? Nul besoin de comprendre pourquoi les jouer. Au sixième coup je commencerai alors à calculer des combinaisons et puis voilà, c’est tout! On dit qu’il vaut mieux avoir un mauvais plan qu’aucun mais je crois que j’ai testé les limites de cette citation… Les deux années suivantes furent celles de mes parties les plus sèches et stériles.

 

Mais je l’ai déjà spécifié, je suis certes moyen mais aussi enthousiaste. C’est pourquoi chess.com me parait l’endroit idéal afin d’extérioriser mes pensées sur mon jeu afin de dompter mes démons, garder le focus et me donner l’opportunité de progresser. Dans les 12 prochains mois, je publierai mes parties, articles, positions, problèmes qui me marquent et m’interpellent ainsi que la progression de ma cote en lente. J’espère dans l’intervalle ne pas trop vous ennuyer et même solliciter vos lumières. À bientôt et pendant que je prépare mon prochain coup, calculer sur mon temps. Merci.

 Cote FQE : 1566

 Cote Chess.com direct-Standard : 1659