La dame de Tal vaut-elle douze pions ?
La dame était l'arme favorite de Tal

La dame de Tal vaut-elle douze pions ?‎

Gserper
GM Gserper
|
73 | Tactique

A la fin de mon article sur les enfermements de tour de MVL, j'ai évoqué la passion de Tal pour la dame. Il existait d'ailleurs une blague bien connue sur le circuit soviétique : "Une dame vaut neuf pions, mais celle de Tal en vaut douze !"

Dans les commentaires, le membre de Chess.com "fiercebadger" a écrit : "Peut-être pourriez-vous nous montrer ces parties où la dame de Tal valait douze pions ?" Quelle excellente idée, fiercebadger !

Si un débutant tente de déterminer la valeur d'une dame en s'appuyant sur les parties de Tal, il risque d'être un peu confus. Dans certaines parties, il donne sa dame comme si elle ne valait pratiquement rien.

Regardez par exemple cette célèbre partie que j'avais analysé dans un vieil article (en anglais) :

Bien sûr, les parties dans lesquelles une pièce est sacrifié contre certaines compensations ne donnent pas une idée très claire de la valeur de la pièce en question. Si je sacrifie une tour contre un pion pour attaquer, cela ne signifie pas qu'une tour vaut un pion. Cela signifie que dans cette position, je pense que je peux profitablement échanger une tour contre une attaque.

Pour savoir exactement combien une pièce vaut, il faut la faire combattre contre d'autres pièces. Ce n'est que dans l'opposition directe et objective que l'on a pu établir que la dame valait en moyenne neuf pions. Mais lorsque l'on analyse les parties de Tal, on utilise rarement les termes "objectif" et "en moyenne"...

mikhail tal chess

Tal via Wikipedia.

Car les parties de Tal sont tout sauf moyennes ! J'en veux pour preuve une de ses plus célèbres citations : "Il faut emmener son adversaire dans une forêt sombre où 2 et 2 font 5, et où le chemin pour sortir n'est assez large que pour une personne."

Voici comment il prouve que la dame vaut plus que les neuf points qu'on lui attribue traditionnellement :

Observez la position de départ du diagramme. La dame blanche se bat contre deux tours et trois pièces mineures (soit un total de 19 pions !), et elle gagne ! Pour créer cette oeuvre d'art, Tal a sacrifié une tour et un fou en deux coups ! D'ailleurs, il n'est pas rare de voir Tal sacrifier toutes ses pièces pour ne garder que la dame. On dirait parfois qu'il se débarrasse au plus vite de toutes les autres pièces pour faire de la place à sa majesté !

Voici une position similaire. Parviendrez-vous à jouer comme Tal ?

Parfois, quand la victoire était impossible, Tal utilisait cette super-dame pour sauver une position perdante :

Vous avez compris le motif ? Tal se débarrasse de sa tour pour laisser sa dame faire le travail toute seule. D'ailleurs, en fin de compte, on peut dire qu'elle vaut autant que les pièces blanches : dame, tour et fou (soit 17 pions au total !).

Maintenant, vous comprenez la blague de la dame qui valait douze pions ! Elle n'est finalement pas si loin de la vérité, vous ne trouvez pas ?

Mieux connaître GM Gserper
Les échecs sont-ils un sport, une science ou un art ?

Les échecs sont-ils un sport, une science ou un art ?

Le "Hail Mary" aux échecs ou arnaque de la dernière chance

Le "Hail Mary" aux échecs ou arnaque de la dernière chance