Carlsen conserve sa couronne de champion du monde
Carlsen a remporté trois parties rapides d'affilée et conserve son titre. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Carlsen conserve sa couronne de champion du monde

Magnus Carlsen reste champion du monde d'échecs après un départage très convaincant. Il a en effet battu Fabiano Caruana 3-0 dans un match à sens unique. Les douze parties classiques, elles, s'étaient terminées par la nulle. Carlsen remporte 550 000€ tandis que Caruana se consolera avec 450 000€.

"J'ai vraiment vécu une journée de rêve. Tout s'est passé parfaitement." a reconnu Carlsen.

C'est ce qui rend le champion du monde si difficile à battre : lorsque le moment est critique, il est toujours dans un bon jour !

Caruana, après avoir si bien joué en classique (se montrant plus d'une fois au moins au niveau de son adversaire) n'a cette fois rien pu faire.

"Je n'étais pas dans un grand jour et Magnus a très bien joué." a commenté l’américain. "J'ai très mal commencé hélas, surtout dans la seconde partie."

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana

Une image vaut mille mots... | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Carlsen avait été très critiqué en offrant la nulle dans une position avantageuse lundi, notamment par les anciens champion du monde Garry Kasparov et Vladimir Kramnik. Aujourd'hui, il a répondu avec orgueil.

En remportant les trois parties du jour, il a fait taire les critiques et prouvé que sa décision étaient à la fois pratique et bien-fondée. Après avoir choisi le chemin qui lui semblait le plus sûr, il a justifié ce choix avec brio.

Il a même révélé en conférence de presse qu'il avait déjà pris cette décision avant même de jouer la douzième partie. "J'avais décidé de proposer la nulle si j'obtenais une position légèrement favorable, . Je comprends que ce n'est pas l'état d'esprit que le public veut voir, mais c'était pour moi la meilleure chance pratique de remporter le match."

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana

Carlsen est arrivé le premier. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Pas de regrets : "En se basant sur les informations que j'avais, je pense que c'était la décision optimale." a-t-il ajouté. "Il y a des choses que j'ai raté dans la douzième partie, ce qui m'a fait sous-estimer ma position, mais je pense tout de même que vu l'état d'esprit dans lequel j'étais, j'ai pris la bonne décision. Et je ne me base pas seulement sur le résultat d'aujourd'hui."

Le champion n'a pas pu s’empêcher d'envoyer au passage une petite pique à ses deux grands prédécesseurs : "Quand à Garry et Vlad, ils ont bien le droit d'avoir un avis idiot !"

Il a cependant reconnu, un peu plus tard, que sa décision était à double tranchant : "Si j'avais perdu aujourd'hui, j'aurais sans doute regretté mon choix de la douzième partie."

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana

Agitation et crépitements de flashs pendant les trois premières minutes de la première partie. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Ce départage rapide était l'événement échiquéen de l'année, et de plusieurs grands médias généralistes étaient présent pour l'occasion, tels que la BBC, SkyNews ou encore CBS. De nombreux photographes et cameramans étaient également sur le site, mais seul un nombre limité a été autorisé à entrer dans la salle de jeu, et seulement pendant les trois premières minutes de la première partie.

Certains reporters, pourtant présents depuis le début du match, n'ont même pas reçu l'autorisation d'entrer. Et comme nous l'avions vu lors des derniers matchs pour le titre, durant la partie, personne n'était autorisé à filmer les parties à part l'équipe de World Chess.

Très tôt après le départ des photographes, le grand spectacle a commencé.

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana

Juste avant le début du combat. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Carlsen, cette fois aidé par Lucy Hawking, a ouvert par 1.c4, comme lors des rondes quatre et neuf. Un peu plus tard, la fille du grand Stephen Hawking (scientifique et visionnaire décédé en mars et grand amateur d'échecs quantiques) a révélé que son père lui avait appris à jouer et qu'ils s'étaient souvent amusé ensemble autour d'un échiquier.

Carlsen a essayé un nouvel ordre de coup en jouant 3.g3. Il a ensuite sacrifié un pion, échangé les dames, et atteint une finale légèrement meilleure, qu'il a ensuite eu l'occasion de convertir lorsque Caruana a choisi la défense la plus active, mais tactiquement défaillante.

Mais plutôt que de finir son adversaire directement, Carlsen a commis quelques imprécisions pour rentrer dans une finale de tours que son adversaire avait encore une chance d'annuler. L'italo-américain s'est défendu bec et ongles, tenant la nulle avec un pion de moins, jusqu'à ce qu'il loupé un échec crucial qui permit au champion du monde de gagner un deuxième pion.

Sam Shankland

L'analyse du jour par le GMI Sam Shankland

Carlsen, qu'on a vu serrer rageusement le poing après sa victoire, a ensuite expliqué que cette partie avait été cruciale : "La première partie était critique. Elle était tendue, et elle m'a permis de me placer. Dans la seconde partie, je n'étais pas très satisfait de ma position, mais comme j'avais gagné la première, je suis resté très calme. Cette victoire d'entrée était la clef."

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana first pump

Carlsen remporte enfin une partie à Londres ! | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Avec 10 minutes de pause seulement entre chaque partie, Caruana n'a pas beaucoup eu le temps de se remettre de ses émotions. Il lui fallait répondre immédiatement avec les pièces blanches.

Dans une nouvelle Svesknikov avec 7.Cd5, les joueurs ont suivi la partie 12 pendant onze coups avant que Carlsen ne dévie en mettant sa dame en b8. Le norvégien n'a cependant pas choisi une suite très forte, et en salle de presse, les experts étaient très optimistes quant aux chances de Caruana aux alentours du 18ème coup.

Le coup 21.c5, en revanche, était prématuré. Cette poussée aurait été très forte lors de la huitième ronde, mais cette fois, il aurait été plus sage d'attendre. Le pion c est devenu faible, l'aile roi pleine de trous, et très vite, le château de cartes s'est écroulé. Avant même le 30ème coup, Fabiano pouvait abandonner.

Balgabaev, Sutovsky, Dvorkovich, Bologan

Représentaient la FIDE (de gauche à droite) : Berik Balgabaev, Emil Sutovsky, Arkady Dvorkovich et Viktor Bologan. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Caruana devait maintenant gagner deux parties de suite, dont la première avec les noirs. C'était trop demandé face à un Carlsen en grande forme au moment opportun.

Après avoir joué 1.e4, Carlsen répondit à la sicilienne de Caruana (un choix logique compte-tenu de sa situation) par un étau de Maroczy, tandis que les noirs avaient un fou du roi actif.

Carlsen échangeait ce fou et jouait des coups simples et bons, mais Caruana parvenait à garder de la vie dans la position. Cependant, après une phase tactique, il ne pouvait empêcher la partie de rentrer dans une finale égale, dame+fou contre dame+cavalier. Carlsen tenait bien la barre, et forçait le challenger à prendre trop de risques.

Bientôt, il était clair que les blancs étaient gagnant, et comme contre Sergey Karjakin il y a deux ans, Carlsen remportait la partie quand une nulle aurait suffit. 

Tiebreak 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana game 3

Caruana abandonne pour la troisième fois de la journée, et met fin à un combat de trois semaines. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

"Je suis très déçu, évidemment" a reconnu le challenger. "J'ai toujours considéré que mon but n'était pas simplement de jouer le championnat du monde, mais bien de le remporter."

Selon le natif de Miami, la partie classique du match fut assez équilibré, avec des hauts et des bas pour chaque camp : "J'ai quelques regrets, mais rien d'insurmontable. J'ai peut-être loupé deux bonnes chances en classique, mais Magnus aussi, dont une complètement gagnante. Au total, on peut dire que je n'ai pas raté la victoire."

Pour remporter le départage, il aurait fallu un Caruana en forme optimale, mais ce n'était pas le cas aujourd'hui. "J'aurais aimé jouer à mon meilleur niveau aujourd'hui, mais je ne pense pas m'en être approché." a-t-il reconnu.

Caruana Tiebreak 2018 World Chess Championship closing ceremony

Caruana a fait un petit discours lors de la cérémonie de clôture. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Carlsen, comme à l'accoutumée, était critique envers son propre jeu, mais notait un tendance positive. "J'ai l'impression, pour être tout à fait honnête, que les dernières années n'ont pas été formidables" a-t-il concédé. "En ce sens, ces parties classiques étaient un pas dans la bonne direction. Je pense avoir relativement bien joué. Fabiano est simplement un très fort joueur. J'ai encore des choses à travailler, mais je n'ai aucun regrets."

Comment le champion a-t-il perçu ce match par rapport aux précédents ? "C'est une victoire très spéciale. Fabiano est le plus fort adversaire que j'ai eu à affronter en championnat du monde. En classique, il peut-être, autant que moi, considéré comme le meilleur du monde. Je suis très heureux d'avoir surmonté ce défi. Je vais continuer à travailler et à m'améliorer."

Tiebreak 2018 World Chess Championship Magnus Carlsen

Carlsen, tout sourire pendant la conférence de presse. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Lorsqu'on lui a demandé si le fait d'être le premier américain à jouer pour le titre depuis Bobby Fischer lui avait mis une pression particulière, Caruana a répondu sobrement : "Pour l'instant, tout est encore trop frais. Mais j'espère pouvoir être fier de mon match et en apprendre beaucoup à l'avenir. C'était un privilège jouer contre Magnus."

Après la défaite, le challenger était réconforté par ses parents, Santina et Lou, qui était aujourd'hui dans le public. Ne voulant pas déconcentrer leur fils, ils n'avaient jusque là communiqué avec lui que via son secondant Cristian Chirila.

Son père Lou, qui ne supporte généralement pas de regarder les parties en direct, a fait une exception pour l'occasion. Il a évoqué à notre micro les débuts de son fils dans la quête du titre mondial.

"Dès l'âge de 10 ans, on a su." "Mais c'était plus un rêve qu'une certitude" a précisé Santina. "Bruce Pandolfini [Un célèbre entraîneur américain - N.D.L.R.] nous a dit qu'il n'avait pas vu un tel talent depuis 25 ans. Il n'avait vu personne regarder l'échiquier comme le faisait Fabiano depuis Bobby Fischer."

Fabiano Caruana Santina mother

Caruana en conférence de presse sous le regard de sa mère, Santina. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Ses deux parents ont remarqué de nombreux changements positifs depuis la victoire de Fabiano au tournoi des Candidats, en mars. "Il a grandi, c'est devenu un meneur." selon Santina. "Il a monté toute son équipe et son camp d'entraînement sans nous. Il a tout préparé et fait tous les choix cruciaux."

Carlsen n'a pas tari d'éloges envers son adversaire lors de la cérémonie de clôture. "Merci à mon adversaire pour ce beau combat. Il a montré qu'il était très fort, très polyvalent, et très, très dur à battre. Je suis content du résultat, mais je pense pas que Fabiano ai dit son dernier mot en championnat du monde."

Il a également voulu expliquer un peu plus sa décision de la dernière ronde :

"Le match a duré parce que nous avons tous les deux su défendre précisément des positions difficiles. Il est très difficile de gagner des parties à ce niveau. Ce n'était pas faute d'essayer, à part dans la douzième partie, où j'ai justement refusé d'essayer !"

2018 World Chess Championship Carlsen Closing ceremony

Carlsen a offert un long discours au public. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

"J'ai pris une décision sportive qui me semblait tout à fait adéquate sur le coup, et je m'y serais tenu quelque soit le résultat du départage" a-t-il ajouté. "Je suis joueur professionnel depuis de nombreuses années, et joueur d'échecs depuis bien plus longtemps encore. Et s'il y a bien un chose que je n'ai jamais su faire, c'est écouter les conseils que l'on me donne. J'ai toujours pris toutes mes décisions seul, et c'est à nouveau ce que j'ai fait cette fois-ci. C'était pour moi la meilleure décision pratique et sportive, et elle m'a permis de remporter le trophée."

Arkady Dvorkovich 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana Closing Ceremony

Le nouveau président de la FIDE Dvorkovich lors de la cérémonie de clôture. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Lors de la cérémonie de clôture, Ilya Merenzon de World Chess a remercié les joueurs d'avoir "make chess great again". La référence au président américain Donald Trump a reçu une réponse mitigée du public. Quelques minutes plus tard, le président de la FIDE Arkady Dvorkovich lui répondait : "Les échecs ont toujours été et seront toujours un grand jeu !"

Ce championnat du monde 2018 a en effet montré que ce jeu vieux de plusieurs avait encore un grand avenir devant lui. La couverture médiatique en ligne a été plus dense que jamais, avec de nombreuses émissions en direct, dans plusieurs langues et sur plusieurs plate-formes.

En direct sur Chess.com, le GMI Robert Hess et le MI Danny Rensch ont accueillis des invités de prestige, tels que Hikaru NakamuraLevon AronianMaxime Vachier-LagraveWesley SoHou Yifan ou encore Bruce Pandolfini. L'émission a battu un record d'audience lors de la dernière journée, avec près de 80 000 visiteurs uniques. Si l'on ajoute l'audience de nos émissions en espagnol, en russe et dans d'autres langues, vous étiez plus de 100 000 spectateurs sur le Twitch de Chess.com pour ces départages. Merci !

Ilya Merenzon 2018 World Chess Championship Carlsen Caruana Closing Ceremony

Ilya Merenzon félicite Caruana. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

2018 World Chess Championship Carlsen Medal Closing Ceremony

Carlsen reçoit la médaille d'or des mains de Dvorkovich... | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

2018 World Chess Championship Carlsen Trophy Closing Ceremony

...et le trophée du vainqueur. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

2018 World Chess Championship Carlsen Trophy Closing Ceremony

Carlsen célébrant une victoire acquise de haute lutte. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

2018 World Chess Championship Carlsen Caruana Closing Ceremony

La photo de groupe regroupant les joueurs, les officiels et les organisateurs. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Congratulations to @MagnusCarlsen, World Champion once more! Valiant fight from Caruana pushed Magnus to show his best, and, unfortunately for Caruana, today he did!

— Garry Kasparov ( @Kasparov63) November 28, 2018

Le match a été très disputé jusqu'au bout, et je tiens à féliciter Magnus. J'étais face à l'un des meilleurs joueurs de l'histoire, et j'ai tout donné. J'aimerais également vous remercier pour les messages de soutien qui me sont parvenu du monde entier. J'espère avoir contribué à refaire parler des échecs aux Etats-Unis, et voir bientôt l'éclosion d'une nouvelle génération de joueurs. Je suis impatient d'avoir à nouveau la chance d'aller chercher ce titre. F.Caruana

*******************

Bravo à Magnus Carlsen, encore une fois champion du monde ! Caruana a été vaillant et a poussé Magnus à chercher son meilleur jeu. Hélas pour lui, il l'a trouvé ! G.Kasparov

Article écrit en collaboration avec Mike Klein.

Précédemment :

Mieux connaître PeterDoggers
Championnat du monde, partie 11: Caruana bien préparé dans la défense russe.

Championnat du monde, partie 11: Caruana bien préparé dans la défense russe.

Championnat du monde, partie 9 : Une nouvelle nulle et un record

Championnat du monde, partie 9 : Une nouvelle nulle et un record