Championnat du monde, partie 7 : Nouveau gambit dame, nouvelle nulle
Comme un air de déjà vu... | Photo : Peter Doggers/Chess.com.

Championnat du monde, partie 7 : Nouveau gambit dame, nouvelle nulle

MikeKlein
FM MikeKlein
|
2 | Couverture d’événements d’échecs

"Faire une Caruana" est devenu une expression consacrée depuis que le prodige italo-américain a remporté sept victoires de suite à la Sinquefield Cup 2014. Le champion du monde, lui, a réalisé de nombreux exploits dans sa carrière, mais si l'expression "faire une Carlsen" existait, elle pourrait désigner le fait de réaliser sept nulles de suite lors du match suprême...

C'est en effet la seconde fois (consécutive) que le norvégien commence sa défense du titre par sept nulles. Cette septième ronde a commencée par les neufs mêmes coups que la deuxième, et encore une fois, le gambit dame refusé du challenger a facilement tenu la distance. Cette fois cependant, le champion n'a pas souffert avec les pièces blanches.

Magnus Carlsen

Magnus Carlsen est resté éveillé durant toute la partie, un exploit dont ne peuvent se targuer la plupart des spectateurs... | Photo : Peter Doggers/Chess.com.

Il s'avère qu'aucun des deux joueurs n'a perdu en cadence classique depuis plusieurs mois. Et la partie du jour était bien loin d'apporter le moindre avantage à l'un ou à l'autre.

Caruana, qui doublait les noirs, a bien neutralisé son adversaire. Ce faisant, il a dissipé les doutes ayant légitimement gagné les observateurs après les fuites de sa préparation. Pour mémoire, les deux ouvertures mentionnées dans la vidéo incriminée étaient justement la défense russe et le gambit dame refusé, soit les deux ouvertures jouées ces derniers jours. A chaque fois, le challenger a égalisé sans difficulté.

null

"Beaucoup de bruit pour rien". | Photo : Peter Doggers/Chess.com.

Carlsen a semblé surpris par la retrait de la dame noire 9...Da5 10...Dd8. "Je savais que ce coup existait, mais je ne m'y attendais pas. Cependant, la surprise ne fut pas trop brutale, car j'ai vite identifié plusieurs suites intéressantes pour les blancs."

Fabiano Caruana Magnus Carlsen

Caruana joue Dd8-a5. Au coup suivant, sa dame fera le chemin inverse. Heureusement, Carlsen n'a pas opéré le même va-et-vient avec son cavalier, comme suggéré par le taquin Giri, car la partie n'aurait alors même pas duré trente minutes. | Photo : Peter Doggers/Chess.com.

11.Cf3 a l'air tentant !?

"J'ai joué de manière trop tendre" a commenté Carlsen. "J'ai eu une chance de jouer activement (15.Cce4), mais je n'y ai pas cru. En faisant petit roque, je me résigne a jouer une position égale."

Fabiano Caruana

Tout comme son équipe, la préparation de Caruana a l'air solide. A ses côtés, Rustam Kasimdzhanov et Cristian Chirila. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Cependant, même certains confrères de l'élite commencent à perdre patience.

"On ne va pas se mentir, cette partie est plutôt ennuyeuse." a commenté Maxime Vachier-Lagrave après le 26ème coup. "Le problème, c'est qu'il va falloir qu'un des deux joueurs prennent de gros risques pour insuffler un peu de vie dans cette position."

Le numéro 1 français s'attendait à voir le champion prendre ses responsabilités, mais son espoir a été déçu.

"Magnus aime ces positions mortes, dans lesquels il tente tout." Le norvégien a en effet posté son cavalier en d6, mais il devait bientôt échanger toutes les autres pièces, et le gain de l'avant-poste se résumait à une victoire à la Pyrrhus. Encore une fois, les blancs n'ont rien obtenu dans cette partie.

Magnus Carlsen

Le trio Carlsen : Henrik, Magnus, et Peter Heine Nielsen. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Si les deux hommes annulent leur huitième partie, ils égaleront le record du plus grand nombre de parties nulles consécutives en ouverture d'un championnat du monde. En 1995, Garry Kasparov et Viswanathan Anand avait joué huit nulles de suite à New York, record actuel. Les seuls qui se contenteraient volontiers d'une nulle sont les possesseurs d'un ticket pour la onzième ronde, qui se matérialiserait alors comme une certitude.

Sam Shankland

L'analyse du jour par le GMI Sam Shankland

Et voici le résumé d'Alex Yermolinsky :

On pourrait imaginer le champion frustré de n'avoir rien obtenu de ces deux parties consécutives avec les blancs, mais il préfère regarder le bon côté des choses.

"Dans la sixième, j'ai un peu eu l'impression d'être acquitté d'un crime, et en ce sens, je ne peux pas être trop déçu de la nulle d'aujourd'hui." a-t-il commenté. "Je ne suis pas aux anges, mais il n'y a pas de quoi paniquer. Cela pourrait être pire, nous sommes toujours à égalité, et ça se passe plutôt bien avec les noirs. Bon, je reconnais tout de même ne pas être convaincu par ma partie du jour."

Magnus Carlsen

Carlsen est toujours à la recherche d'un avantage dans l'ouverture, mais il n'est pas inquiet. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Aujourd'hui, les super-ordinateurs n'ont pas eu voix au chapitre, mis à part cette petite boutade :

La presse a bien entendu évoqué avec les joueurs l'idée de gain diabolique révélée par l'ordinateur lors de la finale de la sixième partie.

"On m'a expliqué le thème du gain et j'ai eu l'occasion d'y réfléchir un peu" a reconnu Caruana. "Quand on vous l'explique, ça a presque l'air simple. Mais le plus difficile, dans cette position, c'est d'ignorer qu'elle est gagnante. Si on m'avait dit que les noirs pouvaient gagner cette position, j'aurais utilisé tout mon temps et j'aurais peut-être trouvé."

Un avis partagé par Carlsen et Kasparov. Pour résumer : dans le cadre d'une étude, il est possible de trouver la solution après d'intenses recherches, mais lorsqu'on ignore la possibilité d'une solution, l'exercice devient tout bonnement impossible.

"S'il s'agissait d'un exercice "Les noirs jouent et gagnent", alors c'est trouvable." a ajouté Carlsen. "Le coup Cg1 est très beau mais aussi très logique. Je ne pense pas que ce soit inhumain."

Fabiano Caruana

D'après Chirila, Caruana a résolu de nombreuses études durant sa préparation. Dans la sixième partie, il aurait fallu savoir que la position était gagnante pour trouver, comme dans une étude, l'incroyable coup ...Cg1! | Photo: Mike Klein/Chess.com.

Malgré le score de parité, les deux camps ont eu des chances de gain, parfois très proches.

"Si aucun de nous deux ne fait d'erreurs jusqu'à la fin du match, celui qui aura les noirs en Armageddon aura beaucoup de chance !" a déclaré le challenger.

Carlsen joue presque comme Karpov. La différence, c'est que son adversaire n'a ni pion isolé, ni même la moindre faiblesse.

"Ce serait vraiment déprimant de voir 12 nulles de suite." a commenté MVL. 

Maxime Vachier-Lagrave

Screenshot : Chess.com.

Le français, qui travaillait dans l'équipe de Carlsen en 2016, avait cette fois des conseils pour son adversaire, au cas où celui-ci se heurte pour la quatrième fois à la sicilienne lors de la huitième partie :

"Je suis surpris qu'il n'ait pas encore essayé la Sveshnikov."

Un avis partagé par un autre compère du top 10 mondial :

Blague à part, bon résultat pour Fabiano qui passe le potentiel écueil du "double noir". Les gars, il y a encore des nouveautés dans la Rossolimo ?

Si vous aussi vous avez des conseils pour le challenger, mais qu'il ne répond pas à vos messages, vous pouvez tout de même rejoindre son équipe en portant ce t-shirt. L'ouverture de sa boutique en ligne était en effet sans doute la nouveauté la plus importante du jour !

null

Boutique Fabiano Caruana sur Amazon

Article écrit en collaboration avec Peter Doggers.


Précédemment :

    Mieux connaître FM MikeKlein
    Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages

    Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages

    Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés

    Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés