Infos
Le président de la Fédération norvégienne des échecs démissionne après ses aveux de triche
Joachim B. Nilsen. Photo : Tarjei Svensen.

Le président de la Fédération norvégienne des échecs démissionne après ses aveux de triche

PeterDoggers
| 0 | Couverture d’événements d’échecs

Le MI Joachim Birger Nilsen (29 ans) a démissionné de son poste de président de la Fédération norvégienne des échecs au lendemain de ses aveux de triche sur Chess.com lors d'un match de la saison 2016-2017 de PRO Chess League. Nilsen faisait partie de l'équipe des Gnomes de Norvège, tout comme Magnus Carlsen à l'époque.

Nilsen a reconnu les faits après que trois sources différentes aient déclaré à la principale station publique d'information et de radio de Norvège, NRK, qu'il avait triché pour les Norway Gnomes. Vendredi, il a admis sur NRK que durant trois des quatre parties rapides de l'un des matchs de la phase de groupe préliminaire, il recevait l'aide d'une autre personne dans la pièce où il jouait.

"Ce n'est pas autorisé, vous devez jouer seul, sans aide", a confessé Nilsen. "Ce n'était pas légal et je suis tout à fait clair à ce sujet. Le fait que c'était il y a de nombreuses années n'est pas une excuse. On ne devrait jamais avoir à faire ça."

Selon Nilsen, on soupçonnait que quelque chose de proscrit avait eu lieu, mais il avait quand même été autorisé à poursuivre le tournoi. Cela a été confirmé par un membre de l'équipe de Fair-Play de Chess.com, qui a expliqué : "Nous étions très préoccupé par son cas mais nous n'avions pas assez d'éléments pour appuyer sur la gâchette".

Chess.com avait bien envoyé un mail au capitaine de l'équipe, le GM Jon Ludvig Hammer, à l'époque, pour lui faire part de nos inquiétudes mais lorsque Hammer avait confronté Nilsen à ce sujet, il avait nié les allégations.

Le MI Danny Rensch, responsable des échecs chez Chess.com, a fait la déclaration suivante :

Nous savons que beaucoup se demandent pourquoi nous n'avons pas fermé son compte ou ne l'avons pas exclu de la compétition sur la base de ces quatre parties. Prenez en compte les éléments suivants :

Imaginez que son niveau de jeu ne puisse être atteint par un joueur de sa force qu'une fois sur 1000. Cela semble incroyablement improbable.

Maintenant, considérez que chaque mois, des milliers de joueurs titrés jouent sur Chess.com. Si nous fermions des comptes sur la base d'une chance sur 1000 de se tromper (faux positif), cela signifierait que chaque mois nous pourrions potentiellement fermer injustement plusieurs comptes de joueurs titrés. Alors, aurions-nous dû fermer le compte de Nilsen même si l'application de nos standards pourrait entraîner la fermeture injuste de certains comptes ?

Pensions-nous qu'il s'agissait probablement de triche à l'époque ? Oui, nous étions très soupçonneux, et comme confirmé par le tweet de Tarjei Svensen avec la réaction de Hammer, nous avons suivi le règlement de la PRO Chess League quand un joueur est "signalé" comme suspect en contactant l'équipe norvégienne.

Malgré tout, nous n'avons pas clôturé son compte car nous estimons que les "faux positifs" sont inacceptables et injustes. Nos normes nous ont-elles rendus parfois plus indulgents, et donc apparemment lents à agir ? C'est le cas. Mais l'enjeu d'une erreur est trop important. Nous n'agissons que lorsque le niveau de conviction est maximal. Nous espérons que vous comprenez.

Nous partageons ceci pour être plus transparents sur notre processus. Nous continuerons à le faire au fil du temps.

Par souci de transparence, Chess.com a partagé des images de sa communication interne sur l'affaire qui s'est déroulée en temps réel le 25 avril 2017 :

Chess.com internal communication Nilsen case (01) Chess.com internal communication Nilsen case (02) Chess.com internal communication Nilsen case (03)


Le MI Greg Shahade, l'un des principaux organisateurs de la PRO Chess League, a commenté la triche de Nilsen : "Je ne pense pas qu'il soit juste d'attirer l'attention sur lui de manière négative. Il n'avait pas besoin de divulguer cette information, elle datait de plusieurs années et des dizaines et des dizaines d'autres forts joueurs ont triché."

Shahade a ajouté : "La triche est une menace sérieuse pour les échecs, surtout en ligne, mais je crois que Chess.com fait tout son possible pour lutter contre ce problème. J'espère qu'avec le temps, les joueurs seront tout aussi hésitants à tricher en ligne dans les événements dotés de prix qu'ils le sont dans les tournois d'échecs qui se déroulent en présentiel."

Nilsen, qui a été élu président de la Fédération norvégienne des échecs cet été, a quitté son poste vendredi matin. "La seule chose juste est que je me retire maintenant de la présidence, à la fois pour la fédération d'échecs et pour l'environnement dans son ensemble", a déclaré Nilsen dans un communiqué. Il n'a pas encore répondu à une demande de commentaire.

La nouvelle, qui domine actuellement les pages sportives en Norvège, apporte de l'eau au moulin de la controverse sur l'affaire entre Carlsen et Niemann. Dans leurs commentaires de ces dernières semaines, plusieurs Grands Maîtres ont déclaré que la triche était plus répandue que le monde des échecs ne semble le savoir. La semaine dernière, Vice's Motherboard a publié des mails entre Chess.com et le GM Maxim Dlugy, dans lesquels le Grand Maître américain d'origine russe, qui a entraîné Niemann, admet avoir triché sur le site.

Le plus grand journal norvégien, VG, a envoyé un reporter à Mayrhofen, en Autriche, pour obtenir un commentaire de Carlsen sur cette affaire. Lorsqu'on lui a demandé comment il se sentait d'avoir quitté la Sinquefield Cup il y a un mois, compte tenu de la façon dont le monde des échecs se présente actuellement, Carlsen a donné une brève réponse : "Je reste sur mes positions".

Mieux connaître PeterDoggers
Astana (Kazakhstan) accueillera le match de Championnat du Monde Nepo - Ding en avril

Astana (Kazakhstan) accueillera le match de Championnat du Monde Nepo - Ding en avril

Le programme du Grand Chess Tour 2023 dévoilé !

Le programme du Grand Chess Tour 2023 dévoilé !