Les championnats de France à Chartres, c'est parti !
La gigantesque salle de jeu de Chartrexpo.

Les championnats de France à Chartres, c'est parti !

Robin-Side
FM Robin-Side
|
8 | Couverture d’événements d’échecs

  Une pluie continue a accueilli plus de 900 joueurs à Chartres et validé ainsi leur choix audacieux de s'enfermer chaque après-midi, une grosse semaine durant, pour en découdre devant l'échiquier.

Privatiser la cathédrale étant certainement hors budget, une immense salle où des rangées de tables se succèdent à perte de vue fera office de lieu du sacre des nouveaux roi et reine de notre jeu. Outre l'élite, regroupée en deux tournois fermés de 10 joueurs et 10 joueuses, vont s'affronter d'abord dans l'accession, une pléiade de prétendants qui n'auront qu'un objectif en tête, récolter l'un des deux sésames, synonymes de passage à la cour, l'année suivante. Les joueurs restants sont répartis selon leur classement (et/ou âge) dans pas moins de 5 opens, A, B, C,D et E, une nouveauté cette année - à se demander si nôtre maîtrise de l'alphabet cessera un jour d'être questionnée par la fédération - et le tournoi vétéran. 

Après le traditionnel discours du maire qui, quelle que soit la ville organisatrice, trouve toujours une excuse pour envoyer son adjoint à sa place, l'hymne nationale a envahi nos oreilles sans prévenir. Un cocktail de réactions, allant de la quasi-détresse, à la main sur le cœur, en passant par le sourire amusé, s'en suivit et les joueurs tout conditionnés qu'ils étaient, partirent à la guerre. We will roque you aurait certainement plus de gueule, mais j'imagine qu'on perdrait la plus-value patriotique, je propose donc à l'avenir un vote à l'inscription.

Trêve de cérémonial cérémonieux et place au jeu car mis à part quelques élèves prudents au démarrage, l'action a été de mise lors de cette première ronde !


Romain Édouard face à Yannick Gozzoli, juste avant le coup d'envoi de la ronde.

Romain Edouard, 1er élo du tournoi et Yannick Gozzoli, habitué aux places d'honneur, furent les deux premiers joueurs à se séparer bons amis. Tout avait pourtant commencé par un alléchant h4 dès le troisième coup (!) face au fianchetto noir. Cette poussée précoce du pion de l'aile, très à la mode au top niveau, a conduit à une position déséquilibrée dans laquelle les joueurs ont préféré sagement sceller la nulle, après une étrange parade du cavalier noir.

Décontenancés par cet enchaînement de ruées en g4, suivies immanquablement par un retour aux écuries en f6, les blancs n'ont su trouver un moyen d'exploiter efficacement la stratégie adverse et le combat en resta là.

Matthieu Cornette et Laurent Fressinet n'ont pas tardé à suivre le mouvement et le partage des points dans une position, à priori très égale, fut conclu au quatorzième coup. L'important de ne pas commencer le tournoi par une défaite, pour des joueurs qui se connaissent par cœur, semble avoir pris le pas sur l'envie de prendre des risques pour frapper fort d'entrée.

A contrario, un résultat décisif dans les trois autres parties du national masculin semblait tout à fait envisageable au vu des positions à la sortie de l'ouverture, chez les filles, se dessinaient des joutes extrêmement tendues.

La première surprise pouvait venir de Pauline Guichard, la tenante du titre, rapidement en difficulté face à Maria Leconte, après une imprécision en début de partie, qui contraignit son roi à demeurer au centre :



Cependant, il devint assez vite clair que la première victoire de la journée était promise à Andrea Navrotescu. Après une attaque rondement menée, elle conclut par une jolie combinaison de mat, jugez par vous-même et faites-vous la main au 33ème coup :



Chez les garçons, Jules Moussard fut le premier à marquer les esprits en dominant Sébastien Mazé en 26 coups grâce à une défense Sicilienne avec roques opposés. Avec les blancs, plutôt que de continuer son attaque à l'aile roi, Mazé doubla ses tours de façon assez inhabituelle sur la colonne d, le temps de réaliser l'imprécision de cette manœuvre fut suffisant pour laisser l'initiative à Jules qui se montra impitoyable.

Jules commence sur les chapeaux de roue, malgré les pièces noires.

En grande forme lors de l'open de Paris, le cadet des participants a démontré son envie d'aller chercher le seul titre national qui lui manque après avoir régné sur les catégories jeunes. Il conclut la partie par un très esthétique sacrifice de dame, admirez :

Sophie Milliet, l'autre grande favorite du tournoi féminin était en train de livrer une partie modèle avec les noirs sur une anglaise et la victoire lui semblait rapidement promise contre Mathilde Broly. Elle était parvenue à installer un cavalier en c3 qui n'avait rien a envier à la fameuse pieuvre de Kasparov contre Karpov en d3, lors d'un match de championnat du monde.



Les zeitnot se profilaient à l'horizon, et le petit Poucet, Julien Favarel, qualifié grâce à sa remarquable performance à l'accession l'année passée, souffrait face au champion de France en titre, Tigran Gharamian. David choisit d'affronter Goliath en s'appuyant sur une ouverture très solide... trop solide. Progressivement, le favori parvint à prendre l'ascendant, jusqu'à grignoter un pion et transposer dans une finale gagnante. Manquant plusieurs fois de tomber à la seconde près, Julien finit par rendre les armes, le contrôle de temps atteint, sans mettre davantage à l'épreuve la technique jusqu'alors irréprochable de son adversaire.



Sébastien Feller, très solide avec les noirs contre le joueur en forme de l'été, Maxime Lagarde

Pendant ce temps-là, Sébastien Feller faisait preuve d'un sang froid à toute épreuve face à Maxime Lagarde. Avec seulement une minute pour négocier 20 coups dans une position complexe, il anticipa les idées de son adversaire sans paniquer et parvint même à sortir des complications avec l'avantage d'un pion. La finale de tours était malgré tout théoriquement nulle, et Maxime la défendit sans broncher. Vainqueur des 3 derniers opens auxquels il a participé et avec un élo fictif de presque 2650, il est clairement l'un des favoris du tournoi, c'est donc une excellente entrée en matière pour Feller avec les noirs.



Pauline Guichard, parvint finalement à arracher le demi-point après une longue souffrance, faisant preuve de beaucoup de ressources et de résilience mentale, elle instilla le doute dans l'esprit de Maria Leconte et après quelques imprécisions, cette dernière préféra forcer l'échec perpétuel :



Jolie entrée en matière pour Cyrielle Monpeurt face à Anysia Thomas, sa partie s'apparente à une véritable domination stratégique qu'elle a réussi à sauvegarder dans toutes les phases de jeu jusqu'à transposer dans une finale écrasante. Une victoire très convaincante de Cyrielle !



Remplaçante de dernière minute, Emma Richard commence son tournoi de la plus belle des manières !

Emma Richard a substitué au pied levé Cécile Haussernot, pour prendre part à son second national après 5 ans d'absence. Dernier élo du tournoi, elle ne pouvait rêver d'un meilleur départ, elle s'impose en effet face à la double championne de France Nino Maizuradze, avec les noirs qui plus est !

Dernières de cordée, Sophie Milliet et Mathilde Broly sont passées par toutes les émotions. La joueuse de 18 ans, multiple championne en catégories jeunes, a pu soulager quelque peu sa position en sacrifiant une qualité pour se débarrasser du monstre sacré en c3, elle restait néanmoins perdante mais Sophie s'emmêla les pinceaux alors qu'une simplification s'imposait. La prise du cavalier en c4, assurait, en plus de l'avantage matériel, un fort pion passé aux noirs et une réalisation normalement facile en pratique :

Une entrée en matière, riche en rebondissements pour les deux joueuses.


La position qui apparaît quelques coups plus tard, après plusieurs décisions étranges, est invraisemblable. Le pion a4, bloqué par un pion a5 sur le diagramme précédent, est devenu inarrêtable et va coûter aux noirs l'une de leurs tours !

Une énorme surprise était sur le point de se produire, avec une pièce d'avance malgré quelques pions en compensation, l'avantage devrait être décisif. Plus facile à dire derrière sa cabine de commentateur qu'à réaliser devant l'échiquier, avec peu de temps et la pression du résultat, Mathilde craqua et permit à la favorite de s'en tirer par un perpétuel.

Les deux joueuses pourront nourrir des regrets mais nul doute que la benjamine de l'épreuve aurait signé pour une nulle avant la partie. Aucune des deux favorites en lice, Pauline Guichard et Sophie Milliet n'aura donc su tirer profit du léger faux-pas de l'autre.

Enfin, un petit mot sur l'accession, où les prétendants au national ont assuré aux premières tables, on suivra tout particulièrement les performances du récent champion d'Europe des moins de 12 ans, Marc Andria Maurizzi. Véritable attraction de ce tournoi, le prodige s'est imposé de façon autoritaire avec les noirs face à un adversaire classé 2256.

Les hostilités reprennent cette après-midi, à partir de 15h, à suivre en direct avec aux commentaires Kevin Bordi, accompagné du GM Manuel Apicella.

Mieux connaître FM Robin-Side
Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

MVL face à son destin à Jérusalem

MVL face à son destin à Jérusalem