Une ronde 8 complètement folle, annonce d'un dénouement croisé
Maxime Lagarde et Pauline Guichard, dos à dos, se sont faits rejoindre en tête avant l'ultime ronde par Laurent Fressinet et Sophie Millet.

Une ronde 8 complètement folle, annonce d'un dénouement croisé

Robin-Side
FM Robin-Side
|
2 | Couverture d’événements d’échecs

Anticiper une photo de couverture pour cette ronde 8, s'est révélé aussi fructueux que de se préparer contre un joueur de e4, d4, c4, f4, Cf3, b3, (g4). Une fois, le contrôle de temps passé, j'étais pourtant plutôt serein quant à mon estimation du quatuor de tête. C'était sans compter sur une fin de journée au scénario hitchcockien, avec en fil rouge le thriller entre Romain Édouard et Jules Moussard.

Avant d'en arriver au clou du spectacle, commençons par le commencement.

Les premiers à en terminer, en seulement 18 coups, furent Yannick Gozzoli, auteur de sa huitième nulle et Tigran Gharamian. Le champion en titre les enchaîne lui aussi depuis sa victoire en ouverture, mais conserve tout de même une petite chance de garder sa couronne en cas de victoire demain.

Cyrielle Monpeurt et Mathilde Broly (avec les noirs) les imitèrent quelques minutes plus tard en répétant les coups dans une position où la cadette du tournoi semblait pourtant gagnante : 

un simple retrait du fou en b7 et les perspectives d'attaques sur g2 sont trop fortes avec comme idée principale la poussée en d4 pour ouvrir la diagonale.

Nul doute qu'avec un soupçon d'expérience supplémentaire, Mathilde aurait continué cette partie.

Anda Safranska et Emma Richard partagèrent elles aussi le point, un résultat tout à fait correct sur le papier pour Emma mais rageant au vu de la partie, qu'elle a dominée de la tête et des épaules.

Cxc4 suivi de b3 aurait simplifié la tâche des noirs.

Mathieu Cornette - j'ai l'impression de me répéter - a disputé une partie très intéressante contre le leader. Il parvint à obtenir quelques chances pour revenir à sa hauteur, mais Maxime Lagarde défendit précisément en finale, écartant ainsi définitivement le bordelais de la course au titre.

Maxime a ensuite pu suivre les fins de partie de ses rivaux en spectateur attentif.

Sophie Milliet signait une victoire éclair dans le National féminin, seulement 54 coups pour la vice-championne de France, habituée jusqu'alors à faire la fermeture de la salle. Dans une position déjà dominante, elle plaça la combinaison suivante :

35....Te3+ et après 36.Rf2, Txd3! suivi de 37...Fe4 avec une double attaque sur les deux tours gagnant simplement une pièce, le reste ne fut qu'une formalité.

Nino Maisuradze, à la lutte pour une place sur le podium, se relançait immédiatement après sa défaite d'hier, en venant difficilement à bout d'Anysia Thomas, en difficulté dans ce tournoi.

Enfin, dans le choc du jour entre Andreea Navrotescu et Pauline Guichard, la chasseuse semblait mieux préparée que la chassée dans la variante des 4 pions de l'Est-Indienne, mais progressivement, la championne de France réussit à reprendre l'ascendant. Elle tortura en vain son adversaire lors d'une finale de fous de même couleur avant de se résigner à la nulle après une lutte de 78 coups.

Sophie revient donc à sa hauteur et tout se jouera lors de la dernière ronde où une adversaire coriace attend Pauline, en la personne de Nino Maisuradze, Cyrielle Monpeurt sera l'autre arbitre à distance.

Retour au National masculin avec tout d'abord la nulle entre les deux Sébastien, Mazé et Feller (sa huitième en autant de parties comme Yannick et Matthieu), ils joueront demain uniquement pour le prestige.

Place maintenant à notre Sueurs froides version échecs avec l'interminable chassé-croisé des deux dernières parties :

Laurent Fressinet se dirigeait tranquillement vers le partage du point avec Julien Favarel, parvenu à transposer dans une finale de tours nulle théorique, après avoir subi la pression de son adversaire toute la partie durant :

Il était, à contrario, impossible de prédire un résultat entre Romain Édouard et Jules Moussard. Très rapidement gagnant, Jules, en crise de temps, se fit peu à peu retourner, les deux joueurs ratant, plusieurs coups d'affilée, un gain forcé pour les noirs dans une position ultra complexe. Le 40ème atteint, c'est Romain, le leader de début de tournoi, qui paraissait bien parti pour revenir à la hauteur de Maxime Lagarde. Dans une situation désespérée, Jules avait tenté le "tour pour le tout" au 39è coup, en en sacrifiant une, ses dernières secondes s'écoulant. La position, que les machines hurlaient gagnante pour les blancs, nécessitait néanmoins précision et surtout ce dont elles n'ont pas à se soucier, des nerfs d'acier.

Pendant ces aléas fiévreux, Laurent Fressinet jouait jusqu'au bout son 2 contre 1 à l'aile roi en finale de tour quand l'improbable survint :

Après avoir sereinement défendu, Julien commit l'irréparable au 56ème coup en jouant Tf3?? permettant 56...g4! avec un gain de temps sur la tour, suivi de f3 -+. Le simple 56.Ta3, pour harceler d'échecs le roi noir en cas de g4, était par exemple sans danger.

Plus de rebondissements et il faudra renommer notre discipline en trampochecs.

Le suspens ayant assez duré pour les rares "non-spoilés", il est temps d'analyser en détails la partie du jour qui relance finalement dans la course au titre... Jules Moussard. Il doit s'imposer avec les blancs face à Julien Favarel pour espérer s'inviter à un match de départage à 3 qui s'annoncerait particulièrement excitant. Il doit pour cela compter sur Sébastien Mazé et Yannick Gozzoli, au charbon avec les noirs face aux deux leaders.

Après une telle tension, je vous propose un court moment de détente avant le "drama" attendu demain. (à visionner impérativement avec le son.)

Attention à "La Mouss' !" Les adversaires de Jules sont prévenus, le multiple champion de France jeune pourrait bien jouer le rôle de trouble-fête de dernière minute.

Dans l'Accession, tout a également été relancé, puisque le GMI Adrien Demuth a fait tomber de son piédestal Victor Stéphan, après une longue bataille. Il rejoint en tête Guillaume Lamard, solide avec les noirs face à Pierre Bailet. Lucas Di Nicolantonio, tombeur du prodige corse Marc Andria Maurizzi, et Peio Duboué qui a renversé Loïc Travadon, complètent le quatuor de tête avec 6/8. Là aussi, tout semble très ouvert avant la dernière ronde qui attribuera les deux précieux sésames, synonymes de National l'an prochain.

Vivez en direct sur notre chaîne l'ultime journée de ces championnats de France qui s'annonce riche en émotions ! Attention l'horaire change, il faudra être prêt dès 11h avec peut-être des départages en rapides à suivre !

Mieux connaître FM Robin-Side
Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

MVL face à son destin à Jérusalem

MVL face à son destin à Jérusalem