x
Échecs - Jouer et apprendre

Chess.com

GRATUIT - sur Google Play

GRATUIT - sur le Windows Phone Store

VOIR
Améliorez votre capacité de calcul
Calculez mieux

Améliorez votre capacité de calcul

Le membre de Chess.com Benjamin_Dubuque (classé 1288) a écrit :

J'ai une question à propos du calcul. Je rate fréquemment de simples coups intermédiaires ou des coups silencieux dans mes calculs, surtout dans les positions compliquées dans lesquels je me retrouve souvent. Y a-t-il un moyen de m’entraîner à mieux voir ces coups ?

Par exemple, dans la partie suivante, j'ai loupé le coup 18.Rh1, car j'étais absolument sûr que mon adversaire ne pourrait résister à la tentation de jouer 18.Cxd5, attaquant ma tour et ma dame (j'avais préparé une jolie combinaison au cas où il le ferait). Avec le recul, je dois dire que j'aime beaucoup ce que mon adversaire a joué, et je le remercie d'avoir mis en évidence mes faiblesses en calcul. Il était visiblement conscient des menaces que présentait la diagonale g1-a7 pour les blancs.

Silman : Cher Mr. Dubuque, avant d'aborder le vif du sujet, jetons un coup d’œil à votre partie .

BD : Joué relativement vite. Je sais que la théorie recommande ...Cf6 d'abord, mais j'aime bien cet ordre de coups, que je trouve plus intéressant. Mon adversaire a réfléchi une minute avant de jouer...

JS: Le meilleur coup des noirs est, sans hésiter, 4...Cf6. Pourquoi est-il si bon ? Pour plusieurs raisons : les noirs développent une pièce et se préparent à roquer. Ils forcent les blancs à réagir à l'attaque sur le pion e4, qu'ils peuvent protéger de trois façons : 5.d3, 5.Cc3 et 5.e5. Étudions-les toutes :

5.d3 est un mauvais coup



5.Cc3 est également catastrophique



5.e5 est le seul bon coup blanc



Revenons à la partie :

Dans ses annotations, Benjamin a justifié le coup 13...Fh5. Et il a raison, c'est le meilleur coup. Mais sur ce coup, il avait prévu un sacrifice de cavalier...

Benjamin n'a pas vu qu'il n'était pas nécessaire de sacrifier en g4. Il y a deux autres façons d'obtenir une bonne partie :


Finalement, il a laissé de côté 13...Fh5 pour jouer l'intéressant (mais inférieur) 13...Tae8. 

Bien, nous avons vu les annotations de Benjamin Dubuque (croisées avec les miennes), et je peux vous dire qu'il se débrouille vraiment bien. Il semble avoir un répertoire d'ouverture raisonnable. C'est un joueur courageux qui ne recule pas devant le combat. Et par rapport à son classement, son niveau tactique est tout à fait honorable. Son problème, comme il le dit lui même, est le calcul  : "Je rate fréquemment de simples coups intermédiaires ou des coups silencieux dans mes calculs, surtout dans les positions compliquées..."

Benjamin, j'ai une bonne nouvelle pour vous : TOUT LE MONDE a ce problème ! Pensez-vous vraiment que la plupart des joueurs à 1700 peuvent calculer de longues variantes ? Qu'ils peuvent voir des nuances subtiles quatre coups à l'avance ? Qu'ils maîtrisent des positions "compliquées" ? ABSOLUMENT PAS !

Il me semble en fait que vous calculez mieux que ce que votre Elo indique. Bien sur, tout le monde aimerait "mieux calculer". Il y a ceux qui sont naturellement doués (Alekhine, Tal, Kasparov, etc...), mais il y a aussi des grand-maîtres qui admettent volontiers que les longues variantes compliquées sont leur principale faiblesse, et les évitent comme la peste.

null

POUR VOUS AMÉLIORER EN CALCUL :

  • Le calcul et la tactique doivent se baser sur une bonne compréhension du concept des pièces et pions non défendus. Si vous ne voyez pas à tout instant vos pièces non défendues et celles de votre adversaire, votre jeu restera mort-né.
  • N'y allez pas au bluff. Ne comptez pas sur d'éventuelles erreurs de votre adversaire, trouvez et calculez toujours ses meilleurs possibilités. 
  • Les variantes longues sont généralement truffées d'erreurs. Comme le disait le grand Bent Larsen : "Long variation, wrong variation." (Longue variante, mauvaise variante). Attendez-vous à faire des erreurs en calculant de longues lignes. C'est normal, même pour des joueurs plus forts.
  • Si vous ne cherchez pas assez les meilleurs coups de votre adversaire, tous vos calculs seront faux.
  • Ne vivez pas au pays enchanté. Si vous souhaitez vous améliorez et trouver de longues et belles variantes correctes, il faut être honnête avec vous-même. Ne comptez pas sur votre adversaire pour le faire à votre place. (Si vous pensez "Je vais attaquer sa dame, il va bouger un pion, et je vais prendre sa dame !", vous vivez surement au pays enchanté). Comptez toujours sur votre adversaire pour trouver les meilleurs coups.
  • Même si votre adversaire lui-même ne sait pas quoi faire, vous devriez savoir ce qu'il a à faire ! Si vous n'y parvenez pas, vos calculs seront généralement erronés. Que ce soit pour calculer une variante tactique ou dans une position plus calme, cherchez toujours les meilleurs coups de votre adversaire.
  • C'est l'acquisition des motifs qui fait le joueur d'échecs. Plus vous maîtriserez de motifs tactiques et positionnels, mieux vous calculerez.
  • L'expérience fait la différence ! Ne vous attendez pas à des résultats herculéens sans passer de longues heures à étudier et à vous entraîner. 

Vous avez l'impression d'échouer ? Ce n'est pas le cas ! Pour un débutant, c'est une très bonne idée de se lancer dans des variantes compliquées, avec beaucoup de calcul (dans la mesure de vos capacités). En vous jetant à l'eau, vous gagnerez de l'expérience, de la confiance, et vous vous rapprocherez du Graal : la capacité à évaluer d'un coup d’œil si un coup marchera ou pas !

En ligne