Comment les seniors peuvent-ils progresser ?
Les personnes âgées peuvent progresser aux échecs

Comment les seniors peuvent-ils progresser ?

Silman
IM Silman
12 oct. 2017 à 00:00 |
61 | Autres

PROGRESSER POUR LES SENIORS

Le membre de Chess.com jayzorac m'a récemment écrit :

J'ai une question pour vous. Pensez-vous que les joueurs âgés peuvent progresser jusqu'à atteindre les 2000 Elo, ou plus ?

SILMAN : Mr. jayzorac m'a expliqué en détails son parcours échiquéen (de l'enfant au vétéran), et j'ai particulièrement apprécié ce passage : "J'avais un peu plus de vingt ans quand une grave blessure m'a éloigné des terrains de football américain pour toujours. J'ai alors pensé que les échecs étaient un bon moyen de continuer à profiter de la compétition sans trop de risques de blessures..."

Voici quelques articles (en anglais) qui pourraient vous intéresser :

J'ai écrit quelques articles sur les seniors et sur leur capacité à devenir titrés. La réponse est OUI, c'est possible, mais seulement au prix d'un très très dur travail de fond (ce qui est d'une certaine manière vrai pour tous les domaines).

Cependant, il est important de garder à l'esprit que le but premier des échecs est de s'amuser, et que le classement Elo n'a qu'une importance toute secondaire. Cependant, si c'est votre but, il s'agit d'y aller pas à pas.

Si vous êtes 1700, fixez-vous l'objectif d'atteindre 1800, puis 1900, etc... En outre, de nombreux joueurs étaient très bons en tactique dans leur jeunesse mais avec l'âge, leur vision n'est plus ce qu'elle a été. Si ce problème vous est familier, essayez de maîtriser les concepts positionnels et les finales, et constituez-vous un répertoire d'ouverture qui vous propulsera au moins 100 points Elo plus haut en jouant sur vos forces.

Ensuite, jouez un maximum de parties de 30 minutes ou plus. Le blitz, c'est très amusant, mais ça ne vous aidera pas à franchir la barrière des 2000 Elo.

Et cette barrière est un objectif très concret. Une fois atteinte, rien ne vous empêche de viser encore plus haut !

Bonne chance !

PEUT-ON DEVENIR MAÎTRE EN DÉBUTANT A 14 ANS ?

Le membre de Chess.com Z_Farley a écrit :

J'ai 14 ans, et j'ai récemment découvert les échecs. Je suis très vite devenu amoureux de ce jeu. Je l'étudie avec assiduité et motivation. J'ai une question pour vous : Est-il possible de devenir maître en commençant si tard ? Le travail scolaire va-t-il me freiner, en m'empêchant de progresser assez rapidement aux échecs ?

SILMAN : Je pense que tu prends le problème à l'envers. La première question que tu dois te poser, c'est si les échecs risquent de freiner tes progrès scolaires. L'éducation est bien plus importante. Il s'agit donc de se demander : "Le travail échiquéen va-t-il me freiner, en m'empêchant de progresser assez efficacement à l'école ?

null

Quoi qu'il en soit, étudier les échecs est toujours une bonne chose, mais il vaut mieux avoir un solide projet d'apprentissage. Les besoins sont différents selon les personnes, et demander à un fort joueur d’identifier tes faiblesses me semble être une bonne idée. Tu penses peut-être connaître tes faiblesses, mais il est probable qu'en réalité, tu ne les connaisses pas du tout. Si tu as les moyens, offre toi les services d'un professionnel des échecs pour créer ce plan avec toi.

Prenons l'exemple de Mr Roboto :

Disons que Mr Roboto est assez fort en tactique, mais qu'il possède une très faible compréhension du jeu positionnel. Il a un répertoire d'ouverture, mais il n'en comprend pas bien les idées (il pense peut-être les comprendre, mais ce n'est pas le cas). Il connait également quelques finales élémentaires, mais ses connaissances dans le domaine restent assez limitées. Dans son cas, Mr Roboto doit se munir d'un bon livre sur les milieux de partie. (Un livre qui lui parle. Comment mûrir son style, Volume 4 peut-être adapté à son style, ou pas...) Au lieu de se ruer sur le premier livre venu, il faut prendre le temps d'en lire quelques pages dans la librairie, et si le style de l'auteur ne vous fait pas vibrer, passer à autre chose.

Mr Roboto devra ensuite se munir d'un bon manuel sur les finales. Il en existe des centaines, il faudra donc prendre le temps d'identifier les auteurs qu'il aime lire.

Les livres d'ouvertures sont un peu différents, car ils sont souvent assez arides, mais si le contenu est bon, pourquoi ne pas en prendre quelques uns aussi ! Tous ne seront pas forcément bien écrits, mais si l'auteur est un bon pédagogue, ou qu'il est reconnu comme un spécialiste de l'ouverture en question, on peut donner sa chance à son livre ! Le seul problème d'un tel ouvrage, c'est le niveau du lecteur. Personnellement, j'adore les variantes ultra-détaillées des livres de GMI, mais pour un débutant, ou même un 1700, il est possible que tout cela soit bien trop compliqué.

Dans ce cas, cher Z_Farley, cherche un livre qui explique les bases de l'ouverture : les structures de pions, les principaux motifs tactiques, et les plans thématiques. Une fois que tu maîtriseras ces concepts, si tu en as vraiment envie, n'hésite pas à t'acheter ce livre d'ouverture compliqué. 

N'oublie pas qu'à 12 ou 13 ans, certains sont déjà grand-maîtres. Tu ne deviendras sans doute jamais GMI. Mais pourquoi pas déjà viser les 2200 Elo ? Enfin, comme tu es encore jeune, et que tu sembles très intéressé par le jeu, le travail et la patience te propulseront peut-être vers les titres... C'est tout ce que je te souhaite !

QUI EST BB ?

Le membre de Chess.com bluebeard_39 a écrit :

Je suis curieux, j'aimerais bien savoir qui est BB.

SILMAN : De nombreuses personnes m'ont posé la question, car il est vrai que j'utilise beaucoup de ses parties pour illustrer mes articles. Certains ont cru que ces deux lettres avaient le même sens que "NN", qui signifie joueur anonyme. D'autres ont pensé qu'il s'agissait d'un très jeune joueur (un BB !). D'autres encore pensaient que ses parties étaient tout simplement inventées. La vérité est moins romanesque : C'est en fait un de mes élèves, dont les initiales sont BB. BB est un homme charmant et très passionné par les échecs. Il a la gentillesse de me laisser utiliser certaines de ses plus mauvaises parties lorsque je les trouve instructives. Ce faisant, il sacrifie son ego pour les membres de Chess.com ! Pour le remercier, ne tombez pas dans les mêmes pièges que lui !

LES MEILLEURS LIVRES (en anglais) SUR EMANUEL LASKER

Le membre de Chess.com BobbyTalparov a écrit :

Je sais que vous êtes un grand fan d'Emanuel Lasker, et je me demandais donc si vous connaissiez un livre présentant ses meilleures parties annotées par lui-même. Quelque chose qui ressemblerait aux "60 meilleures parties" de Fischer, ou à "L'art du combat aux échecs" de Bronstein. J'ai beaucoup cherché, mais n'ai rien trouvé de la sorte.

SILMAN : Laissons de côté les manuels pédagogiques comme Le bon sens aux échecs, et les livres que je n'ai jamais lu, ou qui n'ont jamais été traduits en anglais. Je vais vous recommander trois très bons livres sur Lasker (tous proposent un grand nombre de ses parties).


1. EMANUEL LASKER THE LIFE OF A CHESS MASTER par le docteur J .Hannak (non traduit en français)

Ce livre est assez vieux, mais il propose un compte-rendu intéressant de la vie de Lasker. Je l'ai lu trois fois : la première étant enfant, la deuxième à la vingtaine, et la troisième il y a quelques années. Cependant il existe des livres plus récents sur Lasker.

null

2 . WHY LASKER MATTERS par Andrew Soltis (non disponible en français). Un très bon livre disponible pour 9,99$ seulement en version kindle. J'aime tout particulièrement l'introduction de Soltis :


“Le plus grand champion était, bien sûr, Emanuel Lasker.” - Mikhail Tal
“Emanuel Lasker était un joueur de café.” - Bobby Fischer
“Emanuel Lasker est indissociable de l'idée de beauté aux échecs.” Alexander Alekhine
“Mon héros échiquéen” - Viktor Korchnoi
“La qualité des parties du XIXème siècle est à pleurer... Même Steinitz - Zukertort, Steinitz - Lasker. Nulles.” - Garry Kasparov.

Emanuel Lasker a toujours fait polémique. Mais il est surtout connu pour un grand mystère : Comment un joueur qui jouait si souvent le deuxième meilleur coup (aussi profond fut-il) a-t-il pu devenir champion du monde ? Comment quelqu'un qui a joué tant de parties ternes et de parties virevoltantes, (en d'autres termes, tant de mauvaises parties et de brillantes parties) a-t-il pu rester champion pendant 27 ans ?"

Pour la plupart des jeunes joueurs, la réponse tient dans le fait que les stars de l'époque ne seraient  au mieux, que de faibles MI à notre époque. Un argument qui se défend. Le niveau de jeu, principalement en défense, était assez faible du temps de Lasker, et les techniques de finales étaient très perfectibles, c'est le moins qu'on puisse en dire. Mais à la fin de sa carrière, Lasker a tout de même joué contre Alexandre Alekhine, Mikhaïl Botvinnik, Max Euwe, Jose Raùl Capablanca, Akiba Rubinstein, Efim Bogolijubov, Richard Réti, Frank Marshall et Siegbert Tarrasch. Des joueurs largement au-dessus du niveau de faibles MI de notre époque, il faut le reconnaître. Et contre le groupe de joueurs sus-cités, il a un score positif !

Soltis propose quelques éléments biographiques, mais son livre est principalement centré sur les parties de Lasker. Un must !

3. EMANUEL LASKER : SECOND WORLD CHESS CHAMPION par Isaak Linder (non disponible en français, 23,09$ en version papier, 9,99$ en kindle). Un livre que j'aime tout particulièrement. C'est même mon préféré sur Lasker. Il comprend de nombreux détails sur son enfance, sa famille, ses travaux mathématiques et philosophiques, propose les grille américaines des tournois, de nombreuses parties annotées, des photos, des discussions avec le maître, en bien plus encore.

Je possède ces trois livres, et si vous êtres un fan de Lasker, il vous les faut aussi. Mais si vous ne devez en choisir qu'un, je recommande celui de Linder.

Mieux connaître IM Silman
Frank Marshall, troisième partie : Capablanca entre en scène

Frank Marshall, troisième partie : Capablanca entre en scène

Frank Marshall, deuxième partie : A la conquête du titre mondial

Frank Marshall, deuxième partie : A la conquête du titre mondial