La case la plus importante

La case la plus importante‎

Gserper
GM Gserper
|
67 | Tactique

Interrogez une douzaine de joueurs d'échecs sur leur case préférée et vous obtiendrez très probablement autant de réponses différentes. Je suppose malgré tout que les quatre cases centrales (d4, d5, e4 et e5) récolteront le plus de suffrages et bien qu'il soit difficile de contester leur importance, leur contrôle est loin de garantir la victoire.

Pour illustration, je me souviens depuis mon enfance de la partie suivante :

Dans son livre de sélection de parties, le GM Bent Larsen propose un diagramme de la position finale où il commente : "À quoi a œuvré le cavalier noir en d4 durant tout ce temps ?".

Bent Larsen
L'esprit d'analyse de Bent Larsen a largement dépassé son époque ! Photo : Dutch National Archive.

Cependant, il existe une case véritablement critique qui peut décider du sort d'une partie avec un très haut degré de probabilité, il s'agit de la case f6 (f3 pour les noirs) ! Il est même difficile de mentionner tous les schémas de mats qui apparaissent lorsqu'une de vos pièces (ou un de vos pions) atteint cet eldorado tant ils sont nombreux ! Nous avons déjà évoqué les plus courants dans un article précédent et comme en atteste la partie ci-dessous, parfois la simple menace par une pièce de se rendre sur cette case suffit à provoquer l'abandon :

Avec l'arrivée imparable du cavalier en f6, couplée à celle de la dame blanche en h6, le mat à venir ne fait plus l'ombre d'un doute !

Même quand elle ne conduit pas à un mat immédiat, l'occupation de cette case représente généralement un énorme accomplissement stratégique. La raison est très simple : dans de nombreux cas, la seule option des noirs pour se défendre contre l'attaque à venir est de jouer f7-f5. Cet important coup défensif a deux objectifs : bloquer la dangereuse diagonale b1-h7 et assurer la communication entre les deux ailes en utilisant la septième rangée. En installant une pièce ou un pion en f6, vous empêchez cette double ressource de voir le jour. Voici deux grands classiques aux similitudes troublantes :

Un manque total de coordination entre l'aile dame et l'aile roi a rendu la position des noirs désespérée dans la célèbre joute qui suit :

David Bronstein
David Bronstein, un joueur créatif et "dur au mal". Photo : Dutch National Archive.

La partie suivante est moins connue, mais je la chéris encore davantage que celle disputée par Bronstein car le sacrifice initial des blancs 14.Ch6 !! se révèle des plus inattendus. L'objectif est toujours de planter une épine blanche au cœur du camp noir en f6 :

De nos jours, vous ne pouvez pas discuter d'un sujet lié aux échecs sans mentionner "Le Jeu de la Dame". Voici la partie où "l'acteur en coulisses", le génial Vasyl Ivanchuk (dont Beth Harmon s'est inspirée jusqu'à un certain point dans son duel final) tire profit de notre chère case f6 :

Comme vous pouvez le voir, le secret d'une attaque réussie est très simple : escortez une de vos pièces jusqu'à la case f6 et asphyxiez ainsi votre adversaire !

Mieux connaître GM Gserper
Magnus Carlsen connait ses finales, et vous ?

Magnus Carlsen connait ses finales, et vous ?

L'ouverture pour les trolls

L'ouverture pour les trolls