La recette de Bronstein pour l'attaque

La recette de Bronstein pour l'attaque

Gserper
GM Gserper
9 juil. 2017 à 00:00 |
0 | Tactique

La plupart des parties d'attaque classiques ont un scénario similaire: le vainqueur amène ses pièces proche du roi puis sacrifie pour remporter la partie. Mais comment faire si vos pièces sont loin du roi

Si vous les approchez de votre cible ça laissera le temps à votre adversaire de se préparer. Voici les recommandations de David Bronstein dans son livre Chess Textbook. Il note que dans les positions ouvertes il est préférable d'avoir toutes vos pièces en attaque, mais que vous n'avez normalement pas le temps de toutes les amenées. Il est alors très commun de sacrifier un pion ou une pièce afin de gagner du temps

null

Bronstein via Wikipedia. 

Même si cette recommandation est logique il n'est pas toujours évident de sacrifier une pièce sans voir de continuation précise ou d'attaque décisive. Laissez moi vous montrer quelques exemples tirés de parties classiques

Ces combinaisons demandent beaucoup de calcul mais il est plus facile de sacrifier des pièces lorsqu'il y a plusieurs échecs à venir. Regardons maintenant les sacrifices de Bronstein

Comme vous avez pu le constater, Bronstein a continué a tranquillement amené ses pièces vers le roi adverse après le sacrifice14. Fxh6!! Ce n'est pas simple de jouer comme cela, vous devez vraiment croire dans le potentiel offensif de votre position

Voici un autre exemple au cours duquel les noirs n'ont pas pu organiser la défense de leur roi à la suite d'un sacrifice de Cavalier

Peu importe ce que vous préférez faire-- "amener les pièces, sacrifier, mater" ou "sacrifier, amener les pièces, mater" -- J'espère que vous avez remarqué que la clé du succès c'est: d'amener autant de pièces que possible en attaque

Dans l'idéal vous voulez avoir le maximum de pièce en attaque, ou comme je l'explique à mes jeunes élèves, "faites participer tout le monde à la fête"!

Même les mauvais types connaissent la règle

Généralement il est plus difficile de "sacrifier puis d'amener les pièces," car votre adversaire aura plus de possibilités pour se défendre. Souvent il est impossible de tout calculer vous devez alors faire confiance à votre intuition

Jetez un œil à la partie suivante. Je suis absolument sûr que le GM Lenderman a suivi son intuition pour réaliser le sacrifice suivant, qui n'est d'ailleurs scientifiquement pas forcément juste!

Oui il est difficile de jouer de manière si risquée. David Bronstein a un autre conseil pour vous

Il insiste sur le fait qu'il est beaucoup plus simple d'attaquer que de défendre dans une position comme cela. Tout d'abord le joueur qui attaque a un avantage psychologique sur son adversaire, mais il a aussi parfois la possibilité de faire perpétuel pour sauver la nulle.

Bonne chasse au Roi!

Mieux connaître GM Gserper
Maxime Vachier-Lagrave : Le maître de l'enfermement de tour

Maxime Vachier-Lagrave : Le maître de l'enfermement de tour

L'inconnue de Caruana

L'inconnue de Caruana