Les plus jeunes prodiges des échecs
Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Les plus jeunes prodiges des échecs

Gserper
GM Gserper
10 sept. 2017 à 00:00 |
58 | Autour des échecs

La victoire du jeune Misha Osipov, quatre ans, contre un grand-maître a fait le tour du monde. C'est sans doute un nouveau record de précocité, et de loin. Beaucoup voient déjà en Misha un futur champion du monde.

Sommes-nous en train d'assister à l'éclosion du plus grand génie de l'histoire des échecs ?

Je n'irais pas si vite en besogne. J'ai connu beaucoup de jeunes joueurs d'échecs auxquels ont promettait un avenir radieux. L'exemple le plus récent est celui de Nicholas Nip. En mars 2008, la fédération américaine publiait un article sur le plus jeune "maître national" de l'histoire.. Nicholas a en effet réussi a obtenir ce titre, nécessitant un classement de 2200 USCF (environ égal à 2200 FIDE), à l'âge de neuf ans et onze mois, seulement, battant le record d'Hikaru Nakamura vieux de dix ans ! 

Le jeune homme acquit une notoriété soudaine, passant notamment dans l'une des émissions américaines les plus regardées de l'époque, Regis and Kelly.

La communauté américaine des échecs était aux anges. En effet, l'histoire censé cousue de fil blanc : si ce garçon pouvait battre le record d'Hikaru, alors il s'agissait sans nul doute d'un Nakamura 2.0 ! C'est ce qui ressort principalement des commentaires de l'époque : "Ce jeune homme est le futur des échecs." "A la recherche de Nicholas Nip", etc...

Le dernier commentaire est une référence au film de 1993 "A la recherche de Bobby Fischer". Ironiquement, il existe en effet un point commun entre le légendaire champion du monde et Nicholas Nip. Tous les deux ont arrêté les échecs juste après leur plus grand triomphe ! Oui, vous avez bien lu, le jeune garçon n'a, d'après le site de la fédaration américaine pas joué une seule partie officielle depuis 2008 !

Pour vous donner une idée du niveau du jeune Nicholas, voici une des dernières parties qu'il ait jouée :

L'un des prodiges les plus médiatisé de tous les temps fut Ernest Kim. A la fin des années 50, on ne parlait que de lui. Le voici apparaissant dans un documentaire soviétique (à partir de 0:30).

On trouvait sa photo en couverture des magazines les plus influents de l'époque

null

Légende : "Palais des Pionniers de Tashkent. Le joueur de 3ème catégorie Ernest Kim, 6 ans, joue contre le joueur de seconde catégorie Khurshid Muratov. Leur entraîneur G. Shakh-Zade observe."

Ernest Kim était également longuement mentionné dans un livre publié en 1961 par le maître Birbrager, lui aussi originaire de Tashkent. Voici une image ici du chapitre "les champions de cinq ans".

null

Légende : "Pas facile de jouer contre le jeune Ernest !"

Difficile de distinguer la vérité de l'engouement médiatique. Les rares parties que l'on peut trouver dans la base de données ne font qu'ajouter à la confusion. Voyez par vous-mêmes : 

Cette partie est censé s'être jouée en 1953, soit l'année de naissance d'Ernest Kim ! La manière dont les noirs annulent en position de force contre une légende des échecs soviétiques est tout à fait surprenante. On peine à imaginer un joueur de troisième catégorie jouant à ce niveau, la troisième catégorie soviétique correspondant peu ou prou à 1300 Elo de nos jours.

Ce détail et de nombreux autres incohérences ont amené beaucoup de gens à s'interroger sur l'existence même d'Ernest Kim. Était-il seulement un instrument de propagande soviétique ? Rassurez-vous, je peux vous confirmer qu'il existait bien un jeune joueur talentueux du nom d'Ernest Kim. Bien que je ne l'ai jamais rencontré en personne, vingt ans après lui, j'ai moi aussi fréquenté le Palais des Pionniers de Tashkent, représenté en couverture du magazine "Les échecs en Union Soviétique". J'ai connu de nombreux joueurs ayant joué avec lui, ou l'ayant entraîné. Plusieurs fois, j'ai été houspillé par le très sévère maître Mamadzhon Mukhitidinov, qui avait à l'époque écrit un article ou il implorait qu'on arrête le battage médiatique autour d'Ernest Kim. Il mettait en garde contre les effets néfastes de la notoriété sur les jeunes talentueux. Malheureusement, il s'avère qu'il avait raison : Aujourd'hui, Ernest Kim a complètement disparu du monde des échecs, et personne ne sait où il se trouve.

Il est amusant de retracer la trajectoire des trois garçons mentionnés dans le livre de Birbrager que j'ai évoqué plus haut. C'est Kim qui bénéficie de la plus grande exposition, mais l'auteur mentionne également un prodige à l'avenir radieux, Gregory Barenboym. Puis enfin, Birbrager évoque brièvement un talentueux jeune homme de cinq ans originaire d'Almalyk en Ouzbékistan qui "sait déjà noter les coups d'une partie d'échecs". Ce n'était pas une grande surprise, car ce jeune garçon avait appris à jouer à l'âge de trois ans. Son nom ? Georgy Agzamov.

Le succès des trois garçons sera inversement proportionnel à l'engouement qu'ils avaient suscité à l'époque. Ernest Kim a purement et simplement disparu de la circulation. Gregory Barenboym est devenu un bon Candidat Maître (environ 2200 Elo d'aujourd'hui). J'étais très fier lorsque, encore adolescent, j'ai réussi à le battre ! Mais c'est bien entendu Georgy Agzamov qui a laissé la marque la plus importante sur le monde des échecs. Il est non seulement devenu le premier grand-maître d'Asie centrale, mais il aussi gagné de nombreux tournois internationaux et possédait un style de jeu très caractéristique. 

Son surnom "клещ" (en russe : la mite) avait un sens similaire à celui du GMI Adams, "l'Araignée." Malheureusement, sa mort tragique a mis un terme prématuré à cette belle carrière.

Mais revenons à Misha Osipov.

null

Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Le record qu'il a sans aucun doute battu, c'est celui du matraquage médiatique. Grâce aux grands média et à internet, il a largement dépassé Ernest Kim. Si ses parents et ses entraîneurs parviennent à le protéger des projecteurs, il deviendra peut-être un grand joueur d'échecs. Sinon, il sera un autre jeune talent à qui on a brûlé les ailes trop tôt...

Mieux connaître GM Gserper
Fabiano Caruana peut-il battre le roi Magnus?

Fabiano Caruana peut-il battre le roi Magnus?

La dame de Tal vaut-elle douze pions ?

La dame de Tal vaut-elle douze pions ?