MVL franchit sans trembler l'obstacle Wei Yi à Hambourg !
MVL en mission à Hambourg. Photo : Nadia Panteleeva

MVL franchit sans trembler l'obstacle Wei Yi à Hambourg !

Robin-Side
FM Robin-Side
|
2 | Couverture d’événements d’échecs

Maxime Vachier-Lagrave a fait hier un petit pas vers les candidats mais la route jusqu'au sésame tant convoité est encore longue. Le prochain écueil se nomme Veselin Topalov

Des retrouvailles importantissimes avec Topalov s'annoncent ! Photo Nadia Panteleeva

Tout a commencé par un succès convaincant avec les blancs contre Wei Yi, âgé de 20 ans seulement, ce génie précoce (titre de GMI à 13 ans et 8 mois) tarde à confirmer au plus haut niveau, capable de chefs-d'oeuvre tactiques (le clic en vaut la peine) comme d'oublis incroyables, nous ne savions sur quel pied danser avant le début de cette rencontre. Maxime n'a eu droit ni à la version funambule ni à celle tête en l'air, "juste un top GM, installé dans le club des 2700+" qu'il a brillamment surclassé.

Commençons par revenir sur sa victoire avec les blancs. Le premier signe encourageant venait du choix d'ouverture du joueur chinois, ce n'est pas aux vieux singes que l'on apprend à faire la grimace... ni à MVL à jouer la Najdorf, c'est pourtant le pari ambitieux osé par Wei Yi, rendez- vous donc en terres "maximiennes". Que cela n'éclipse pas cependant le scoop de cette victoire que le numéro un tricolore doit en partie au sélectionneur de l'équipe de France féminine, Matthieu Cornette. Le créatif bordelais a, depuis son lit, eu un éclair de génie, une nouvelle idée dans l'ouverture que Maxime lui a gentiment empruntée - et grillée il faut bien le dire - mais l'enjeu en valait la chandelle. Pour les plus curieux d'entre vous, retrouvez en vidéo les explications détaillées du dormeur pensant. Si vous êtes plus pressés, l'analyse de la partie reprise par mes soins est disponible ci-dessous :

Il ne restait donc à Maxime plus qu'à finir le travail le lendemain avec les noirs mais avant cela, gageons que sa préparation a dû être entachée par une session Ligue des Champions, la coupable : sa passion lyonnaise. 

Maxime avait toutes les raisons d'être content, la victoire de son OL face à Benfica venait couronner une journée parfaite. Photo Nadia Panteleeva

La causerie d'avant-partie de son secondant Étienne Bacrot allait-elle se révéler aussi efficace que celle du bien tombé Rudy Garcia ? Nous avons eu droit à une réponse rapide avec une alléchante revanche, couleurs inversées, sur le terrain accidenté de la Nadjorf. Sauf que cette fois-ci, le pion g2, dans un élan "grobesque", ne s'est pas modestement arrêté en g3. Dos au mur, Wei Yi a décidé d'envoyer toute son armada à l'aile roi, sans guère prendre le temps d'achever son développement. Les complications, arrivées très tôt, ont immédiatement tourné à l'avantage de Maxime et la question fut alors de savoir si le français allait essayer de pousser pour soigner sa différence de buts ou privilégier des variantes pour assurer la nulle. Dans les deux cas il serait bénéficiaire du précieux point bonus octroyé en cas de qualification via les parties classiques, à chaque tour suffit sa peine, il proposa donc un perpétuel que son adversaire ne pouvait s'offrir le luxe de refuser.

Voilà donc Maxime qualifié pour les 1/4 de finales et comme au dernier Grand Prix de Riga, il croisera au même stade de la compétition l'ancien champion du monde Veselin Topalov qu'il avait dominé en classique. Dans une condition de - comme il le dit lui même - semi-retraité - le bulgare a encore de l'appétit comme en a encore fait l'amère expérience Hikaru Nakamura, déjà sa victime au 1er tour en Lettonie. Souhaitons que la chaîne alimentaire échiquéenne conserve son équilibre en Allemagne. Cet affrontement, outre l'ascendant psychologique présumé, est doublement une bonne nouvelle car Maxime ne connaît pas la même réussite face à l'américain, pourtant en perte de vitesse. Ce dernier s'est étrangement sabordé avec les blancs, apportant la victoire à Topalov sur un plateau qui a mis en exergue la théorie du cavalier dominant sur le cavalier dominé. Ne pas perdre avec les blancs a été ensuite une formalité de 26 coups, à l'image de Maxime, c'est dans une position avantageuse et sans risque qu'il a accepté la proposition de nulle de son rival résigné.

Bis repetita pour Naka qui s'enfonce dans la mauvaise direction. Photo Nadia Panteleeva

Faisons le point sur les autres rencontres de ces 1/8 de finales et plus précisément sur les concurrents directs de MVL pour la lutte au tournoi des candidats.

La principale information est l'élimination surprise du numéro 5 mondial, Ian Nepomniachtchi, victime d'un tirage au sort délicat avec une entrée en matière contre l'explosif Duda. Une absence en milieu de partie lors de leur première confrontation aura suffi à sa perte, malgré de gros efforts lors de la revanche pour revenir à hauteur mais le verrou polonais a tenu.

Le quatrième et dernier qualifié avant la session de départages en rapide est Peter Svidler. Le passionné de cricket, joueur des plus appréciés sur le circuit, a signé une partition convaincante face à Harikrishna : gain avec les blancs et nulle solide avec les noirs.

Les héros d'un jour sont les mauvais élèves d'un autre, Teimour Radjabov, récent vainqueur de la Coupe du Monde et Daniil Dubov, brillant au Championnat d'Europe par équipe remporté avec l'équipe de Russie, ont fait preuve d'une combativité hors du commun avec des nulles en 12 et 18 coups. Après tout, libre à eux s'ils préfèrent se départager en cadences accélérées, à la fin il n'en restera de toute façon qu'un !

Autre sérieux candidat... aux candidats, Alexander Grischuk a certainement vécu trop d'émotion dans la première partie, théâtre d'un zeitnot de folie où lui et son opposant ont manqué de belles opportunités de faire la différence. Il proposa donc sagement nulle à Wojtaszek le lendemain avec les blancs dès le 15ème coup. A contrario, Vitiugov est allé jusqu'au pat face à Navara tandis que Jakovenko a dû défendre 73 coups pour arracher le 1/2 point contre Yu Yangyi, la pugnacité n'est donc pas une affaire de nationalité.

Petit rappel du classement général des Grands Prix avec en ligne de mire une dernière étape à Jérusalem en décembre :

Chaque joueur participera à 3 tournois sur 4 et les 2 premiers gagnent leur ticket pour les candidats.

Enfin le barème pour l'attribution des points :

En cas de qualification sans passer par la case départage, un point bonus est attribué à chaque tour.

Alors il n'est pas encore venu le temps de sortir les calculettes mais nul doute qu'une victoire de Maxime le mettrait sur d'excellents rails avant le dénouement à Jérusalem.

Maxime pris en flagrant délit au moment de son célèbre petit pas de danse devant son secondant Étienne Bacrot. Photo Nadia Panteleeva

À moins qu'il ne vérifie si... il paraît que ça porte chance, souhaitons donc lui une voie royale escortée par les pigeons hambourgeois (si si c'est comme ça qu'on dit) jusqu'en finale !

Vous pouvez soutenir le français tous les jours à partir de 15h en direct sur notre chaîne aux cotés de Kevin Bordi mais demain c'est repos pendant que la moitié de la meute s'entre-tuera en départages !

Mieux connaître FM Robin-Side
Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

MVL face à son destin à Jérusalem

MVL face à son destin à Jérusalem