Tricherie présumée du GM Igors Rausis (58 ans) : l'enquête est ouverte !
Le profil FIDE d'Igors Rausis.

Tricherie présumée du GM Igors Rausis (58 ans) : l'enquête est ouverte !

PeterDoggers
PeterDoggers
|
2 | Joueurs d’échecs

Le GM Igors Rausis est sous le coup d'une enquête pour suspicion de tricherie après avoir été surpris avec son téléphone durant une partie à l'Open de Strasbourg. Le Grand Maître lettano-tchèque de 58 ans était dans l'oeil du cyclone depuis que son élo n'avait cessé de croître vers les 2700 ces dernières années. 

Pendant l'open qui se déroule du 10 au 14 juillet à Strasbourg, en France, un téléphone a été trouvé dans les toilettes alors qu'il venait d'être utilisé par Rausis. Ce dernier a, par la suite, signé une déclaration reconnaissant que le téléphone en question était bien le sien.

Savoir s'il l'utilisait afin de recourir à l'assistance d'un ordinateur n'est pour l'instant pas établi.

Dans un commentaire adressé à Chess.com, Rausis a déclaré :

"J'ai simplement perdu la tête aujourd'hui. Je reconnais par écrit avoir utilisé mon téléphone pendant la partie. Que pourrais-je dire de plus ? Oui, j'étais fatigué après la partie de ce matin et la déferlante d'accusations sur Facebook m'a aussi impacté. Au moins, ce qui s'est produit hier est une bonne leçon, mais pas pour moi- J'ai joué là ma dernière partie d'échecs." 

Le secrétaire de la commission d'éthique de la FIDE Yuri Garrett a révélé à Chess.com que Rausis s'était retiré du tournoi de son plein gré. Déclaration contredite par le post Facebook écrit en russe par le directeur général de la FIDE Emil Sutovsky qui a affirmé que Rausis avait été "suspendu" du tournoi.

Selon Sutovsky, Rausis était déjà suspecté depuis longtemps. Il a expliqué que la commission d'éthique de la FIDE allait prendre l'affaire en charge et a mentionné que la police française aurait même également été impliquée. 

Garrett s'est lui aussi exprimé sur le sujet dans un post Facebook plus tôt mais sans nommer le Grand Maître letton. Il a stipulé que le joueur était suivi attentivement depuis "des mois" et que les "excellents outils statistiques" mis à disposition par Ken Regan les avaient alertés.

Regan est professeur à l'université de Buffalo, l'Etat universitaire de New York, il assiste la FIDE depuis maintenant plusieurs années grâce à un logiciel qu'il a développé permettant de faire des tests statistiques sur la triche aux échecs avec un ordinateur.

Il a commenté pour Chess.com :

"La FIDE scanne en permanence tous les joueurs et les attitudes ou parties suspectes. Une fois une anomalie statistique identifiée. des actions discrètes de la part du FPC sont lancées. Si la suspicion est confirmée, nous tâchons de démasquer le tricheur en question, à condition d'être aidés par un duo d'organisateur et d'arbitre compétents qui coopèrent avec le FPC. Suivre les mesures anti-triche (disponibles ici en PDF) est évidemment primordial."

L'arbitre international Laurent Freyd, par ailleurs directeur national de l'arbitrage de la fédération française d'échecs, suit l'affaire de près et travaille en étroite collaboration avec les arbitres locaux. Il n'a pu fournir de détails mais a admis que surprendre Rausis en flagrant délit était dû à un "travail d'équipe".

Né en république soviétique d'Ukraine (U.R.S.S), le Grand Maître letton représente la fédération tchèque depuis 2007, après avoir joué sous les couleurs du Bangladesh entre 2003 et 2007. Rausis, actuellement numéro 53 mondial avec un élo de 2686 est le joueur le plus âgé du top 100 sur la liste de la FIDE.

Il y a six années de cela, en mai 2013, son classement n'était que de 2518 et fluctuait autour des 2500 depuis près de dix ans. Il a depuis lors augmenté lentement mais surement de près de 200 points.

Igors Rausis rating
L'évolution du classement d'Igors Rausis depuis 2003. | Source: FIDE.

Au cours de ces 6 dernières années, Rausis n'a cessé d'accroître son élo, en se limitant principalement à affronter des adversaires moins bien classés contre lesquels il a réalisé un score parfait ou presque. Par exemple, lors des calculs élo comptant pour juillet, il a signé le score impressionnant de 24.5/25 contre des joueurs presque uniquement classés 400 points de moins que lui. Ainsi, Rausis a parfaitement exploité "la règle dite des 400 points", détaillée dans le paragraphe 8.54 de la réglementation des classements FIDE: "Une différence de classement de plus de 400 points devra être considérée comme si elle était d'exactement 400 points." De ce fait, un joueur gagne 0.8 points même si son adversaire compte plus de 400 points de moins que lui.

Augmenter son classement comme Rausis l'a fait, nécessite un jeu quasi parfait sur une longue période de temps, tache compliquée même face à une bien moindre opposition.

L'affaire Rausis est similaire à celle du Grand Maître géorgien, exclu d'un tournoi en 2015 après que son téléphone ait été trouvé dans les toilettes. Dans ce cas précis, il avait été prouvé qu'il s'en servait pour analyser ses positions durant les parties avec l'aide d'un ordinateur. Le tricheur fut sanctionné de 3 années de suspension et perdit son titre de GM.

Mieux connaître PeterDoggers
Un nouveau Magnus, impérial en Croatie, retrouve les 2882

Un nouveau Magnus, impérial en Croatie, retrouve les 2882

Une ancienne pièce d'échecs achetée 5£, revendue 735,000£

Une ancienne pièce d'échecs achetée 5£, revendue 735,000£