Comment en finir avec la pauvreté ?

EETech
EETech
Feb 24, 2012, 2:23 PM |
0

Le visage de la misère

LA PAUVRETÉ extrême menace la vie. Elle prive de nourriture, d’eau et de combustible ; d’un abri adéquat, de soins médicaux et d’instruction. Elle touche un milliard d’humains, soit environ la population du continent américain. Pourtant, bien des habitants d’Europe occidentale ou d’Amérique du Nord, par exemple, n’ont jamais côtoyé de personnes vivant dans la misère. Rencontrons-en certaines.

Mbarushimana vit au Rwanda avec sa femme et leurs cinq enfants. Le sixième est mort du paludisme. “ Mon père a dû diviser son terrain en six, raconte-t-il. Ma part était si petite que j’ai été obligé de m’installer en ville avec ma famille. Pour vivre, ma femme et moi transportons des sacs de pierres et de sable. Notre maison n’a pas de fenêtres. Nous allons chercher l’eau à un puits au poste de police. Nous faisons en général un repas par jour, mais lorsqu’il n’y a pas de travail, nous ne mangeons pas de la journée. Quand cela arrive, je sors, pour ne pas entendre les pleurs des enfants qui réclament à manger. ”

Une famille pauvre de Bolivie puisant de l’eau dans une rivière

Carmen et deux de ses enfants, puisant de l’eau dans une rivière.

Victor et Carmen sont cordonniers. Avec leurs cinq enfants, ils habitent une ville isolée de Bolivie. Ils louent une chambre dans une maison de pisé délabrée, sans électricité et dont le toit en tôle fuit. L’école étant saturée, Victor a dû fabriquer à sa fille un bureau pour qu’elle puisse suivre les leçons. Carmen et lui parcourent 10 kilomètres à pied pour couper le bois servant à cuisiner et à faire bouillir l’eau de boisson. “ Nous n’avons pas de toilettes, déplore Carmen. Nous devons descendre au bord de la rivière, dans laquelle les gens se lavent et jettent leurs ordures. Les enfants tombent souvent malades. ”

Francisco et Ilídia vivent dans une région rurale du Mozambique. Ils n’ont plus que quatre enfants en bas âge ; le cinquième est mort du paludisme, faute d’avoir été admis à l’hôpital. Sur leur lopin de terre, ils cultivent assez de riz et de patates douces pour tenir trois mois. “ Parfois, la pluie ne tombe pas, ou des maraudeurs nous volent la récolte, dit Francisco. Alors je gagne un peu d’argent en coupant et en vendant des lattes de bambou pour la construction. Nous allons aussi chercher du bois à brûler dans la brousse, à deux heures de marche. Ma femme et moi en rapportons un fagot chacun : l’un pour cuisiner la semaine et l’autre pour le vendre. ”

Beaucoup trouvent profondément anormal et injuste que 1 personne sur 7 dans le monde vive comme Mbarushimana, Victor et Francisco, quand des milliards d’autres jouissent d’une prospérité sans précédent. Certains ont cherché des solutions. L’article suivant se penche sur leurs actions et leurs espoirs.