Rausis perd son titre de GMI et écope de 6 ans d'interdiction de jeu pour avoir triché avec son téléphone
Igors Rausis a été lourdement sanctionné.

Rausis perd son titre de GMI et écope de 6 ans d'interdiction de jeu pour avoir triché avec son téléphone

PeterDoggers
PeterDoggers
|
3 | Couverture d’événements d’échecs

Igors Rausis, le joueur tchéquo-letton de 58 ans, pris en flagrant délit avec son téléphone aux toilettes durant l'Open de Strasbourg plus tôt cette année, a vu son titre de GMI lui être retiré et a été banni pour six ans de toute compétition par la Commission d'éthique de la FIDE.

La nouvelle a été publiée sur le site web de la FIDE hier soir avant que les détails de la sanction ne soient officialisés par la commission. C'est le Grand Maître letton-espagnol Alexei Shirov, qui a divulgué l'histoire plus tôt dans la journée de jeudi via un post Facebook.

Igor Rausis a écopé d'une interdiction de jouer de 6 années et a perdu son titre de GM qu'il détenait depuis plus ou moins 1992. Aucun changement au niveau élo pour une raison ou une autre. Je ne suis pas sûr de la justesse de cette décision même si je comprends la sévérité de la sanction et j'admets la culpabilité d'Igor. Beaucoup de joueurs ont, ceci dit, été aussi coupables de la même manière, certains d'entre eux n'ont jamais été pris tandis que d'autres ont été jugés avec moins de dureté. La plus lourde interdiction jusqu'à présent était de 3 ans, ce qui serait parfaitement justifié dans le cas d'Igor. Mais 6 ? J'aimerais connaître votre avis.

Lors d'une réunion à Lausanne, en Suisse, les 23 et 24 novembre, les membres de Commission d'éthique de la FIDE : Yolander Persaud, Ravindra Dongre, Rajesh Hari Joshi et le président François Strydom ont discuté entre autre de l'affaire Rausis.

Étaient également présents Yuri Garrett de la Commission de fair-play de la FIDE et Kenneth Regan, professeur associé à l'Université d'État de New York à Buffalo et conseiller de la FIDE depuis plusieurs années, grâce au modèle statistique qu'il a développé sur la triche avec des ordinateurs aux échecs.

La décision unanime de la commission est la suivante, tirée du communiqué de presse de la FIDE :

Compte tenu de la reconnaissance de culpabilité de M. Rausis, de sa coopération à l'audition et des remords qu'il a manifestés, ainsi que de sa situation personnelle, tout en gardant à l'esprit le précédent établi par la décision de l'EPF dans le cas 7/2015 [l'affaire Nigalidze - PD], l'EPF a décidé à l'unanimité de sanctionner M. Igor Rausis d'une interdiction mondiale de 6 (six) ans à compter du 31 juillet 2019 jusqu'au 30 juillet 2025. Pendant cette période, il est interdit à M. Rausis de participer en tant que joueur à toute compétition d'échecs classée par la FIDE (classique, rapide, blitz ou Fischer-random), et à toute activité liée aux échecs comme arbitre, organisateur ou représentant d'une fédération échiquéenne. De plus, le titre de grand maître de M. Rausis est révoqué à compter de la date de publication de la présente décision.

La commission a ajouté que Rausis (qui détient toujours le titre de GM sur le site web de la FIDE au moment de la rédaction de ce document) est toujours autorisé à jouer aux échecs par correspondance ou en ligne et peut toujours travailler comme entraîneur privé tant qu'il n'est pas impliqué dans les événements officiels de la FIDE. Son classement n'a pas non plus été affecté, et il conserve ses titres de Maître International, de Formateur FIDE et d'Arbitre National.

Rausis faisait l'objet d'une enquête pour tricherie depuis longtemps. Il avait soulevé des soupçons après avoir progressivement augmenté son élo au cours des dernières années jusqu'à presque 2700. Numéro 50 mondial avec un élo de 2685, il est le joueur le plus âgé du top 100 des classements FIDE.

Cet été, il a été pris avec son téléphone lors d'une partie à l'Open de Strasbourg 2019. Peu de temps après, une photo de la scène a circulé sur les réseaux sociaux et Rausis a signé une déclaration confirmant que le téléphone lui appartenait. Selon la Commission d'éthique, il a ainsi reconnu sa culpabilité.

Une affaire très similaire, à laquelle la Commission d'éthique fait référence dans sa déclaration, concernait le joueur géorgien Gaioz Nigalidze, qui a été interdit de jouer aux échecs pendant trois ans et a également perdu son titre de grand maître après avoir été surpris en train de tricher en avril 2015 à l'Open de Dubaï. Depuis les toilettes, Nigalidze avait utilisé un iPod connecté à un réseau social sous son compte et sa partie était analysée par une application d'échecs.

Dans son verdict, la commission d'éthique n'explique pas directement pourquoi Rausis a été interdit deux fois plus longtemps que Nigalidze, mais sa décision est liée au fait que Rausis a avoué avoir triché à quatre reprises différentes, dans trois cas en utilisant son téléphone portable et dans l'autre en organisant au préalable le résultat de la partie. Cette façon de faire a assurément perduré un certain nombre d'années.

Il n'est pas certain que la durée de la sanction fasse une différence au condamné. Peu de temps après avoir été pris en flagrant délit, Rausis avait déclaré à Chess.com : "Au moins ce que j'ai commis hier est une bonne leçon - pas pour moi - j'ai déjà disputé ma dernière partie d'échecs."

Mieux connaître PeterDoggers
Vachier-Lagrave : la route pour les candidats devrait être aussi difficile pour tout le monde

Vachier-Lagrave : la route pour les candidats devrait être aussi difficile pour tout le monde

Carlsen triple champion du monde ; Lagno conserve son titre

Carlsen triple champion du monde ; Lagno conserve son titre