Interview de Ian Nepomniachtchi : "Je n'aime pas les joueurs qui achètent et vendent des parties".
Ian Nepomniachtchi se met à table avec Chess.com pour une interview exclusive. Photo: Maria Emelianova / Chess.com.

Interview de Ian Nepomniachtchi : "Je n'aime pas les joueurs qui achètent et vendent des parties".‎

CHESScom
CHESScom
|
112 | Joueurs d’échecs

Le super GM Ian Nepomniatchi se confie à Chess.com juste avant sa participation au Championnat du Monde FIDE 2019 de Fischer Random, où il sera en concurrence avec Fabiano Caruana, Wesley So et le champion du monde Magnus Carlsen. 

Nepomniachtchi revient notamment sur ses ambitions, la question du fair-play et explique comment selon lui les échecs peuvent gagner en popularité. 

Ian Nepomniachtchi est un homme taraudé entre deux états d'esprit.

D'un côté, il souligne l'importance de son éducation dans une famille d'enseignants qui l'a ouvert à toute sorte d'intérêts autres que les échecs. De l'autre, il est très sérieux à l'idée de devenir champion du monde, et ce, dès l'année prochaine. Une chose est certaine : le russe ne manque pas de confiance en lui.

Cette entrevue a été traduite et adaptée par souci de clarté et de longueur.

Chess.com : Aimez-vous les échecs ou bien c'est simplement quelque chose pour quoi vous êtes doué ?

Ian Nepomniachtchi : Bien sûr que j'aime les échecs ! Cependant, j'envie parfois les amateurs qui peuvent jouer et prendre du plaisir sans avoir à se soucier de leurs résultats.

Quelles expériences de votre enfance ont fait de vous la personne que vous êtes aujourd'hui ?

J'ai grandi dans une famille d'enseignants, depuis ma plus tendre enfance, j'ai un large éventail d'intérêts. C'est peut-être la raison pour laquelle je m'intéresse encore maintenant à des choses très variées et que - pour le meilleur ou pour le pire - je ne suis pas toujours concentré exclusivement sur les échecs. 

Qu'est ce qui vous rend différent des autres joueurs de l'élite ?

Je pense que chacun est différent et singulier. Les forts joueurs ne représentent pas une exception à la règle, ils sont tous uniques.

Qu'est ce qui doit changer dans le monde échiquéen ?

L'idée d'un ascenseur social semble naturelle pour les échecs mais pour une raison obscure cela ne fonctionne pas dans notre milieu. Objectivement, de nombreux GMs pourraient rivaliser avec l'élite mais ils n'ont que très rarement, voire pas du tout, l'opportunité de la côtoyer. Je pense que de nombreux joueurs talentueux ne peuvent pas exploiter pleinement leur potentiel car ils ne reçoivent pas d'invitation aux événements phares, ils se retrouvent donc à écumer les opens toute l'année ou à basculer très tôt vers un rôle d'entraîneur (ou les deux). C'est pourquoi des tournois comme le Grand Suisse FIDE de Chess.com se révèlent très intéressants et utiles.  

Que peuvent retirer les échecs de DOTA 2 [le jeu d'arène de combats en ligne multijoueurs] et des autres e-sports pour devenir plus à la mode ?

Nous pourrions discuter de cela des heures mais avant tout, nous avons besoin d'élargir notre audience. C'est presque embarrassant lorsque le match de Championnat du Monde est suivi par 100,000 ou 150,000 personnes sur twitch et youtube combinés. Les diffuseurs officiels ne doivent pas se préoccuper uniquement des spectateurs déjà existants mais aussi tâcher d'en amener des nouveaux autant que possible.

Ian Nepomniachtchi Interview
Ardent défenseur et joueur d'esports, Nepo croit que les échecs peuvent s'inspirer du marketing de jeux comme DOTA 2. Photo: Maria Emelianova / Chess.com.

La FIDE fait-elle suffisamment pour promouvoir les échecs ? Que pourrait-elle faire de plus en tant qu'organisation ? 

Le nouveau management de la FIDE est sans aucun doute une bonne nouvelle pour les échecs, de gros efforts sont fournis mais il est nécessaire d'apporter plus d'investissements et de privilégier des formats de diffusion adaptés. Historiquement, les échecs, en tant que sport, ont toujours été sponsorisés par des mécènes privés, mais si nous voulons grandir et nous développer, il est nécessaire d'obtenir des sponsors de marques commerciales mondiales.

Y a-t-il actuellement des joueurs qui trichent sur l'échiquier ? Comment les organisateurs peuvent-ils lutter contre cela ?

Je pense qu'il est extrêmement difficile de détecter un tricheur intelligent qui ne va pas aux toilettes pour vérifier son téléphone après chaque coup. Comment lutter contre la tricherie ? Les tricheurs pourraient probablement y réfléchir à deux fois en cas de crainte d'implications financières importantes. Par exemple, imposer des amendes d'un montant égal au premier prix de la compétition où le tricheur est attrapé. La disqualification est également une bonne chose, mais ce n'est qu'une menace pour les GMs forts. Les tricheurs normaux n'ont qu'à hausser les épaules.

Avez-vous des ennemis aux échecs ? Des joueurs que vous n'aimez pas et que vous pensez être négatifs pour le jeu ?

Bien sûr, chacun travaille avec des gens qu'il apprécie plus ou moins. Ce n'est pas vraiment un problème devant l'échiquier, bien qu'il soit plus difficile de jouer contre ses amis. Les seules personnes que je n'aime pas vraiment sont celles qui achètent et vendent des parties, des points élo ou des titres. [joueurs titrés qui participent à des matchs fixes afin de "vendre" des normes, des points élo et des titres à des joueurs non titrés]

C'est une accusation téméraire, est-ce que cela arrive fréquemment d'après vous ?

Je crois que oui, mais je ne citerai pas de noms pour l'instant.

Vous avez parfois exprimé votre frustration envers les échecs et déclaré que vous en aviez assez de jouer. Avez-vous songé à prendre votre retraite et à vous concentrer sur autre chose ?

N'importe qui peut avoir des émotions négatives et avoir des pensées de ce genre sur une base temporaire, mais cela ne signifie pas que ces pensées doivent l'emporter sur le bon sens. En fin de compte, vous devez faire ce qui est raisonnable.

Que diriez-vous à ceux qui critiquent votre jeu rapide et disent que c'est le reflet de votre lassitude pour les échecs ?

Je dirais que je n'y vois aucun lien direct. Vous pouvez jouer vite et très bien et vous pouvez jouer lentement et faiblement. C'est quand vous êtes excessivement fatigué que vous ne pouvez pas apprécier le jeu. Cela n'a rien à voir avec la vitesse à laquelle on joue.


Nepomniachtchi ne voit aucune corrélation entre sa propension à jouer vite et sa passion pour le jeu. Photo: Maria Emelianova / Chess.com.

Vous vous entraînez avec des moteurs d'analyse à réseau neuronal. Qu'avez-vous appris sur les échecs et sur vous-même en faisant cela ?

Il est intéressant de voir une recommandation d'une telle machine bien conçue, allant à l'opposé de l'évaluation de notre bon vieux Stockfish. Cela élargit votre perspective et vous fait réfléchir sur votre jeu plus profondément que si vous deviez vous fier à une seule source.

Vous avez réussi à vous qualifier et à battre Alireza Firouzja à deux reprises pour accéder aux demi-finales. Qu'est-ce qui vous rend particulièrement fort au Fischer Random (Échecs 960) ?

Mon secret réside en ma capacité à ne pas être trop mauvais aux échecs.

Vous étiez réticent à rejoindre les qualifications de Fischer Random, mais vous avez finalement décidé de participer. Pensez-vous que vous auriez dû être qualifié d'office pour les quarts de finale comme Nakamura et Fabiano ? Trouvez-vous qu'il est juste pour eux de commencer à ce stade de la compétition ? Enfin considérez-vous qu'il est normal que Carlsen soit directement présent en demi-finale ?

Je pense que tout le monde devrait commencer sur un pied d'égalité. Le champion en titre mérite probablement un avantage, à l'image du vainqueur de la Coupe du Monde FIFA qui se qualifie d'office pour l'édition suivante. Mais quand certains partent des qualifications, d'autres des quarts de finale et le Champion du Monde, des demi-finales, le moins que l'on puisse dire est que c'est étrange. Je suis tout de même heureux d'avoir accédé aux demi-finales.

Vous avez été franc et critique à l'égard du format des différents tournois d'échecs dans le monde. Quels types de changements de format devraient être apportés au processus de qualification pour les Championnats du Monde ?

La vérité est que le format actuel est dicté par le fait qu'il est très difficile de trouver des sponsors pour le seul tournoi des candidats. Je n'oserais pas évoquer la possibilité de matchs entre les candidats et de la façon dont ils pourraient être structurés, afin de rendre le tout plus excitant. Quoi qu'il en soit, le format actuel est un compromis acceptable pour une grande partie de la communauté des échecs, bien que des changements puissent toujours être envisagés pour viser l'excellence.

Est-ce que la dotation est la chose la plus importante lorsqu'il s'agit de gagner un Championnat du Monde ?

Les prix représentent un élément prépondérant pour n'importe quel tournoi, mais le titre en lui-même l'est tout autant.

Une fois qualifié, pensez-vous que vous allez gagner le tournoi des candidats ?

Ce n'est pas la question de savoir si j'y crois ou non, il faut que ce soit le but.

Et le Championnat du Monde ?

Ce n'est pas non plus une question de foi. C'est pour ça que je suis ici et je compte bien y parvenir.

Ian Nepomniachtchi Interview
Est-ce le visage du futur champion du monde ? Photo: Peter Doggers / Chess.com.

Le Championnat du Monde FIDE de Fischer Random commence le 27 octobre à 17h et peut être suivi en direct sur www.Chess.com/fr/TV et www.Twitch.tv/Chesscom.fr.

Mieux connaître CHESScom
Règles officielles du Championnat du Monde de Bataille de Problèmes

Règles officielles du Championnat du Monde de Bataille de Problèmes

Le top 10 des livres d'échecs que tout passionné devrait lire

Le top 10 des livres d'échecs que tout passionné devrait lire