Les Armenia Eagles remportent la PRO Chess League au bout du suspense
Les Armenia Eagles, vainqueurs de la PRO Chess League. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Les Armenia Eagles remportent la PRO Chess League au bout du suspense

La veille, ils avaient sauté par dessus les barrières. Ce dimanche, ils ont touché le ciel.

Après deux nulles tendues et un départage à suspense, le GMI Zaven Adriasyan a finalement remporté la dernière partie du match de blitz en mort-subite qui l'opposait au redoutable GMI Wang Yue. Avec cette victoire, il offre le titre de la PRO Chess League aux Armenia Eagles. En dépit des barrières? Ses coéquipiers se sont alors précipités vers lui pour féliciter chaleureusement leur leader. L'un d'entre eux a même failli renverser une caméra, mais avec leur premier prix de 20 000$, ils auraient de toutes façons pu se permettre la remplacer !

Wang Andriasyan

Zaved Andriasyan (à gauche) et Wang Yue se sont affrontés jusqu'au bout de la nuit. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

"L'Amérique, c'est le pays du spectacle, et aujourd'hui, nous lui en avons offert un beau." a commenté le capitaine des Eagles Artak Manukyan.

Le costaud de l'équipe, Karen Grigoryan, a, comme la veille, soulevé le héros du jour, plus haut encore cette fois.

Après avoir fait match nul 8 à 8 lors de la phase principale, les Eagles et les Pandas de Chengdu ont joué un playoff très disputé.

Cet événement en forme de premier rendez-vous entre les échecs et l'e-sport s'est donc terminé en beauté, comme vous allez le voir dans les images ci-dessous.

Ce final fut le point culminant d'un match captivant d'un bout à l'autre. Les Eagles, menés d'une courte tête pendant toute la rencontre, ont réussi un exploit à la hauteur de l'enjeu.

A l'approche de la quatrième et dernière partie, le score était pourtant de 6,5 à 5,5 en faveur des chinois, et Manukyan choisissait une ouverture douteuse, le laissant avec deux pions de moins en milieu de jeu. Soudain, comme par magie, sa tour prit vie, et il en profita pour proposer la nulle à Chu Ruotong qui, dans les cordes, accepta.

null

La femme et le capitaine de Zaved Andriasyan ont vécu un moment difficile. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Mais était-ce la bonne décision ? De son côté, Grigoryan a réussi a garder suffisamment de pièces sur l'échiquier pour venir à bout de son adversaire au troisième échiquier, Xu Xiangyu, jusque là invaincu.

Le score était maintenant de 7 à 7. Sur le deuxième échiquier, la nulle fut signée, et et sur le premier, Wang et Andriasyan se mirent également d'accord. Pourtant, le chinois avait alors trois pions pour la pièce et rien n'était clair.

A huit partout, il était donc temps de passer aux départages. Malgré une nulle un peu décevante au premier échiquier, la foule était en liesse : encore plus d'échecs, encore plus de suspense !

Andriasyan

Mets-toi à l'aise, Zaved. Tu vas rester là un moment... | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Les règles de ces départages firent l'unanimité : en blitz 3/1, les quatrième échiquiers s'affrontèrent, le perdant étant éliminé et le vainqueur affrontant le troisième échiquier adverse. En cas de nulle, les deux joueurs étaient éliminés, et ce jusqu'au premier échiquier où, cette fois, les nulles provoquaient simplement une nouvelle partie.

La première équipe éliminant le premier échiquier adverse s'adjugerait le championnat.

Chengdu Pandas

Les Chengdu Pandas, deuxième, et l'équipe organisatrice de la PRO Chess League. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Mais commençons par le commencement...

Chu Ruotong obtenait sa première victoire du week-end et battant Manukyan, après que le capitaine arménien ait joué un sacrifice de qualité pour le moins suspect. Il était éliminé de la compétition.

Grigoryan prit alors sa place et anéantit Ruotong. Les deux équipes avaient encore trois joueurs en compétition.

null

Briefing d'équipe pour les Eagles avant le début des départages. Ils sont rejoints par un compatriote, le GMI Varuzhan Akobian (qui joue aujourd'hui pour les Etats-Unis et pour les St Louis Arch Bishop). | Photo: Mike Klein/Chess.com.

Après une partie sans relief, Xu et Grigoryan répétèrent les coups. En e-sport, c'est ce qu'on appelle un "double KO".

C'était donc au tour des GMI Samvel Ter-Sahakyan héros des Eagles lors du match de la veille, et Ni Hua de prendre place sur l'estrade. L'arménien manquait clairement de vélocité en blitz : Alors qu'il ne lui restait que 1mn12s à la pendule, le chinois n'avait lui utilisé que dix secondes de son temps. Bientôt, la pendule indiquait 0:30-2:00 en faveur de Chengdu. Pourtant, Ter-Sahakyan parvint en zeitnot à se construire une jolie forteresse. Après avoir tout tenté pour pénétrer ses défenses, Ni Hua dut se rendre à l'évidence : c'était une impasse.

Manukyan

Le clash des quatrième échiquiers : Chu Ruotong (à gauche) contre Artak Manukyan. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Après cette nulle, il n'en restait que deux. Selon la règle, la partie allait continuer jusqu'à ce qu'un vainqueur se détache. En cas de nulle, on rejouerait en échangeant les couleurs. La tension était à son comble.

Avec les blancs, Wang se retrouva très rapidement attaqué, et malgré le matériel en moins, Andriasyan semblait avoir organisé un réseau de mat. Au courage, Wang parvenait à tenir la nulle, forçant même l'arménien à rester précis jusqu'au bout.

Le dernier pion fut capturé, et les deux hommes profitèrent d'une courte pause. Dans la salle comble, la tension était à couper au couteau.

Après avoir joué une sorte de défense est-indienne, Andriasyan fit de même avec les blancs. Face à la Caro-Kann de Wang Hao, il dégaina 2.d3, le coup favori de Mikhail Tal, et obtint une attaque est-indienne.

Wang Yue

Wang Yue en pleine concentration. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Mais avant que quoi que ce soit de concret ne se produise, tous les pions de l'aile dame avaient été échangés. La partie se solda à nouveau par la nulle.

Dans la troisième, un déséquilibre dans les structures de pion apparu rapidement. Andriasyan, grâce à sa masse centrale, put préparer au mieux la percée ...c4. Il a d'ailleurs reconnu après la partie qu'une fois le coup 31...Dc6 ("Un coup très important") joué, il se sentait en total contrôle de la position.

Et c'était le cas : Wang ne parvint pas à trouver un moyen efficace de stopper les pions passés, et bientôt, les Eagles pouvaient exulter :

Andriasyan n'avait pas prévu de se retrouver sous les feux des projecteurs.

"J'espérais que Karen (Grigoryan) gagne toutes ses parties et que je n'ai même pas à jouer" a-t-il commenté, non sans humour.

null

Karen Grigoryan (au premier plan) félicite le héros du jour...| Photo : Mike Klein/Chess.com.

Andriasyan

...mais la plus belle récompense fut sans doute ce baiser. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Pourtant, le moment venu, grâce à ses qualités naturelles et aux conseils avisés de son capitaine, le GMI arménien était prêt.

"Avant de venir, Artak nous a dit de nous préparer uniquement en blitz 3/1."

Andriasyan est de toutes façons un excellent blitzeur, classé 20ème mondial sur la liste de la FIDE.

"Je suis beaucoup plus fort en blitz qu'en classique ou en rapide". a-t-il ajouté. Jusque là, Zaven avait été solide mais peu inspiré pendant tout le week-end, annulant la grande majorité de ses parties et n'en perdant aucune.

Revivez la fin de l'événement dans les conditions du direct avec les commentateurs américains Danny Rensch et Robert Hess :

Watch PRO Chess League Finals Day from Chess on www.twitch.tv

Lors du briefing de pré-tournoi, les Eagles avaient distribué de nombreuses bouteilles de cognac arménien, avant d'en donner encore plus lors du dîner de clôture. Lorsque Chess.com lui demanda s'ils avaient gardé une bouteille pour célébrer entre eux, Andriasyan répondit : "Oui, et pas qu'une !"

null

Manukyan, d'un naturel jovial, était dévasté après avoir perdu une finale très tendue plus tôt dans la journée. Pendant les départages, il est reparti au combat avec ardeur. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Plus tôt dans la journée, la bataille avait été serré, Chengdu tournant légèrement en tête à la mi-temps sur le score de 4,5 à 3,5.

Wang avait d'ailleurs remporté ses deux premières parties avec autorité :

Les chinois n'avaient perdu aucun mini-match du week-end, mais dans la troisième partie, les arméniens semblaient proche du graal. Grigoryan se rattrapait de sa défaite de la seconde ronde en venant à bout de Ruotong, tandis que Manukyan semblait bien parti pour créer la première surprise du week-end.

C'est vrai, cette finale de fous de couleurs opposées avait tout l'air d'être nulle. Pourtant Xu avait une petite idée en tête. Une idée visiblement très efficace...

Manukyan, tête dans les mains, semblait groggy. Il resta un long moment prostré devant son écran.

Les chinois gardaient donc un avantage d'un point avant la dernière session. La suite appartient à l'histoire...

Un Grigoryan héroïque infligeait sa première défaite du week-end au joueur le plus performant de Chengdu en enfermant la tour noire sur la cinquième rangée. C'était la première fois que les Pandas perdaient un mini-match de quatre parties à San Francisco.

Dans le match pour la troisième place, les Saint Louis Arch Bishops ont disposé assez aisément des Ljubljana Turtles sur le score de 9,5 à 6,5.

null

Les Saint Louis Arch Bishops, champions en titre, devront cette année se contenter de la troisième place. Leur manager Mike Kummer (troisième en partant de la gauche) ne boudait pourtant pas son plaisir. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Dariusz Swiercz réalisait une performance de choix avec un score de 3,5/4. La forme du jour y est surement pour quelque chose. Deux jours avant, il avait en effet dû se coucher tard dans la nuit à cause d'un vol retardé, et la demi-finale s'était très mal passée.

"Plus détendu" selon ses propres mots, la pression était largement retombé pour les archevêques, champions en titre.

"Je pense que les quatre équipes étaient de force plus ou moins égales" a-t-il reconnu à l'issue de l'événement. "Le fait d'avoir un joueur moins bien classé dans chaque équipe ajoute au suspense". Les joueurs de Saint Louis auraient pu tirer avantager de l'incroyable score réalisé la veille par leur quatrième échiquier, Forest Chen, auteur de quatre nulles contre les arméniens. Contre les tortues slovènes, ils l'ont emporté sans coup férir malgré une performance beaucoup plus modeste de la part du jeune maître national (un point).

Nous vous proposons ci-dessous le très joli final de la partie de Zwiercz à la ronde 2 :

Yaroslav Zherebukh était également en meilleure forme, réussissant un score de 3/4 sans la moindre défaite. Selon ses propres termes, il est entré dans ce match pour la troisième place avec des attentes beaucoup moins importantes et "sans pression". Zherebukh et Swiercz joueront tous les deux dans quelques jours un autre événement par équipes d'importance : le Final Four des universités américaines.

Turtles Arch Bishops Varuzhan Akobian Dariusz Swiercz Yaroslav Zherebukh Forest Chen 9.5
Luka Lenic 2.5
Jure Borisek 3
Matej Sebenik 1
Luka Skuhala 0
6.5 2 3.5 3 1

Pourtant Zherebukh préfère les événements individuels, où il peut "jouer ce qu'il veut".

"C'est une grande responsabilité, de jouer en équipe. En individuel, je peux jouer 1.a3 si j'en ai envie. Ici, j'ai l'impression que ça n'aurait pas trop plu au manager !" Rendez-vous le mois prochain aux championnats des Etats-Unis pour voir si Yaroslav choisit le début 1.a3 !

null

L'échelle des prix de la PRO Chess League

Mieux connaître FM MikeKlein
Samuel Shankland remporte le Championnat des Etats-Unis

Samuel Shankland remporte le Championnat des Etats-Unis

Aronian bat MVL au départage et remporte l'Open de Gibraltar

Aronian bat MVL au départage et remporte l'Open de Gibraltar