Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages
Beaucoup de bruit, mais toujours pas de décision. Caruana et Carlsen se départageront en rapide et en blitz. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages

Douze parties, douze nulles. Le championnat du monde 2018 entre Fabiano Caruana et Magnus Carlsen restera dans les annales comme le premier sans la moindre partie décisive.

Les moteurs d'analyse et les grand-maîtres couvrant l'événement étaient unanimes : les noirs avaient un avantage sérieux dans cette douzième partie. Pourtant, les deux joueurs signaient la nulle par accord mutuel au 31ème coup, Carlsen préférant continuer le combat en départages.

Après la journée de repos de mardi, Carlsen et Caruana s'affronteront en rapide (et en blitz si nécessaire) lors du départage, mercredi 28 novembre à 16 heures, heure de Paris. C'est le norvégien qui jouera les blancs dans la première partie.

Pas d'inquiétudes à propos de la douzaine de nulles, elle ne signifie pas la mort des échecs : Le championnat du monde de dames 1863, qui mettait aux prises les deux meilleurs joueurs du monde, les avait vu annuler leurs 40 parties (21 d'entre elles étant exactement les mêmes !).

En comparaison, ce championnat du monde londonien était absolument palpitant, bien que l'action ait été coupée un peu prématurément aujourd'hui. On a eu l'impression d'arriver à la moitié d'un film de Tarantino, et de voir tous les personnage poser leurs armes pour résoudre leurs différends autour d'une bonne tisane.

"Je n'étais sans doute pas dans le bon état d'esprit pour aller chercher la gagne". a commenté Magnus.

Arkady Dvorkovich 2018 World Chess Championship.

Le président de la FIDE Arkady Dvorkovich au début de la partie. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Au moins, cette fois, ils ne peuvent pas partager le titre. Et précisons qu'ils ont épargné aux fans d'échecs du monde entier l'indignité d'une répétition de coups lors du premier quart d'heure, le challenger choisissant de continuer le combat par 15.Fe3.

Mercredi, les deux joueurs joueront quatre parties en cadence 25/10, et peut-être ensuite des blitz (5/3) pour déterminer qui aura le droit de porter la couronne pendant les deux prochaines années. Le format exact de ce départage est à la fin de cet article. Le tirage au sort ayant eu lieu après la conférence de presse du jour, on sait d'ors et déjà que Carlsen aura les blancs dans la première partie.

Drawing of lots Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

Carlsen a tiré une dame blanche, et commencera donc avec les blancs. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

On a vite compris lors de la conférence de presse que Carlsen avait pour seul objectif d'aller en départage, malgré une position particulièrement favorable. Son désintérêt pour les évaluations de l'ordinateur après la rupture 25...b5 était particulièrement frappant. Lorsqu'on lui a annoncé que ce coup lui aurait donné un avantage de +2 selon l'ordinateur, il a répondu sèchement : "Je m'en fiche."

"Je ne voulais surtout pas déséquilibrer la position à ce stade" a-t-il ajouté. "Les coups ...a5 et ...e4 m'offraient une position totalement sûre que je pouvais peut-être jouer pour le gain. Il aurait été insensé d'essayer autre chose."

Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

Une nouvelle Sveshnikov. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Généralement, les super-GMI prisent avant tout la vérité positionnelle et la précision. Mais cette fois, la motivation de Carlsen était différente. Il ne cherchait pas à jouer les coups les plus précis, mais à trouver la séquence la plus solide qui lui permettrait de prolonger le combat mercredi.

Alors que l'on semblait entrer dans le vif du sujet, Carlsen a donc proposé une nulle ahurissante, juste après avoir joué le nombre de coups minimum. Caruana n'a pas réfléchi longtemps avant d'accepter, ce qui fait de cette partie la plus courte du match (31 coups).

Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

La présence médiatique pour cette dernière ronde était impressionnante, avec près de 50 photographes. Les conditions de travail étaient si difficiles que le célèbre photographe David Llada a choisi de quitter la pièce avant même l'arrivée des joueurs. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

"J'ai été un peu surpris par cette offre de nulle" a reconnu Caruana. "J'y ai réfléchi un moment. J'avais bien un plan pour la suite : Cf2-h3-g5, et ensuite Fe3-d4. Mais il n'y a aucune chance que je sois mieux, et je n'ai pas vraiment d'idées actives. Les noirs sont mieux mais je pensais avoir passé le pire. La position me semblait beaucoup plus dangereuse quelques coups auparavant."

Un peu plus tôt, les super-GMI s'attendaient eux aussi à un combat beaucoup plus féroce.

"Les choses vont bientôt devenir très sales." L.Aronian

Petite meta-analyse de cette offre de nulle par un habitué des exploits de dernière ronde :

Après avoir vu cette offre de nulle choquante de Carlsen dans une position supérieure et avec beaucoup plus de temps à la pendule, je remets en question le fait qu'il soit favori en rapide. Pour les départages, il faut des nerfs d'acier, et j'ai l'impression que ce n'est plus son cas. G.Kasparov

Caruana, lui, a du vite revoir ses ambitions du jour à la baisse. Après avoir répété la Sveshnikov, Carlsen a été le premier à dévier en mettant son cavalier en e7 plutôt qu'en b8, comme lors des deux parties précédentes. Très vite, une position originale était sur l'échiquier, et l'on se demandait où le roi du challenger allait pouvoir s'abriter.

Kasparov et son vieux rival Vladimir Kramnik n'étaient pas convaincu par l'idée f3 Th2, affirmant qu'elle offrait surtout des faiblesses que les noirs allaient exploiter.

"J'avais envie de mettre la pression par tous les moyens" a commenté l'américain. "L’ouverture n'a pas vraiment fonctionné comme je l'aurais souhaité. J'étais très en retard à la pendule et je n'étais pas du tout à l'aise."

Fabiano Caruana Game 12 World Chess Championship 2018

Caruana n'était pas à l'aise avec sa position. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Quand on lui demanda ce qui l'inquiétait dans la position, Caruana, qui avait l'air très soulagé (tout comme son secondant Cristian Chirila), a été très sincère :

"J'avais très peur de 29...Fa4. Si je joue 30.b3, je ne savais pas trop s'il allait pouvoir sacrifier. J'aurais sans doute dû jouer 30.Tc1, mais je me suis dit qu'il allait jouer 30...b5, et que si je prenais, il ferait 31...Db6, ou quelque chose comme ça. Sur 31.Fd4, je n'aime pas du tout ma position. [31...Fxd4 32.Dxd4 bxc4 33.Txc4 Fb5 34.Tc3 Fxe2 35.Fxe2 Db6 ou peut-être 35...Tb8]. J'ai une position passive et mon roi est faible."

Après un peu plus d'une heure de jeu, l'italo-américain n'avait déjà plus que 40 minutes à la pendule. Carlsen, qui voulait maintenir la pression, jouait très vite. Était-ce une stratégie prévue, ou bien était-il parfaitement en confiance ?

"Pour être honnête, j'essayais juste de jouer des coups naturels" a répondu le champion. "Vous avez pu voir que je ne cherchais pas forcément le maximum. Je voulais juste une position totalement sûre dans laquelle je pouvais éventuellement mettre un peu de pression. Si la nulle n'était pas une option, j'aurais évidemment joué différemment."

Sam Shankland

L'analyse du jour par le GMI Sam Shankland

Vous voulez savoir comment la partie aurait pu se terminer ? 

Le Computer Chess Championship va être mis en pause pour jouer la position dans laquelle Magnus a proposé la nulle.

Les meilleurs programmes du monde (dont StockfishKomodoHoudini, et Lc0) joueront cette position en permanence jusqu'aux départages.

Regardez les parties et profitez du chat en direct sur Chess.com/CCC.


Enfin, ne manquez pas l'analyse vidéo du GMI Alex Yermolinksy ci-dessous :

Lorsqu'un journaliste a émis l'idée que les deux joueurs avaient peut-être évalué le milieu de jeu différemment, Magnus a répondu avec son franc-parler habituel : "Je n'ai pas dit que sa position était bonne. Je pense simplement qu'il n'était pas évident du tout de l'attaquer sans prendre de risques, et je ne voulais absolument pas prendre de risques. Je ne vois pas de contradiction."

Un avis auquel Caruana ne pouvait que se ranger : "Je pense que nos évaluations étaient à peu près similaires. Aucun de nous deux n'a vu de plan clairement gagnant pour les noirs mais nous sommes d'accord pour dire que les blancs étaient sous pression. N'importe quel joueur de bon niveau le confirmerait."

Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

Les deux joueurs en compagnie de Danny King. | Photo: Maria Emelianova/Chess.com.

Cette poignée était pour Caruana un répit, car il venait de vivre sa plus dure partie depuis plus de deux semaines. Les rondes 1 et 12 furent pour lui particulièrement compliquées, mais il a fait mieux que de se défendre lors des autres rondes.

"Je suis soulagé, car j'ai bien senti le vent du boulet aujourd'hui." a-t-il reconnu. "J'étais très inquiet pendant toute la partie. Quand on se sent au bord de la défaite, ou tout du moins dans une positon extrêmement dangereuse, la nulle est un très bon résultat."

Cette offre de nulle a même surpris le manager de Carlsen, Espen Agdestein. "Je ne m'y attendais pas du tout, mais Magnus sait ce qu'il fait." a-t-il révélé à Chess.com.

Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

Carlsen avait pour objectif d'arriver en départage. | Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Les deux joueurs ont l'air confiant à l'approche du départage.

"Je pense que j'ai de très bonnes chances, mais on ne sait pas ce qui peut se passer." a reconnu le norvégien. "Avant la ronde, je pensais qu'aller en départage serait un bon résultat, et je n'ai pas changé d'avis."

Il y a quelques rondes, Caruana affirmait quant à lui croire en ses chances, qu'il jugeait bien meilleures que celles que les observateurs lui attribuaient.

Selon l'article 13.1 du réglement, gagner le match aux départages rapporte 5% de moins de l'enveloppe des prix. Comme on l'imagine aisément, les deux joueurs n'étaient pas très touchés par cette différence de prix.

Aucun n'a voulu s'étendre sur la signification d'un match entièrement nul pour les échecs. Pour mémoire, l'émission en direct de Chess.com a connu son pic de spectateurs lors de cette ronde, avec plus de 58 000. On peut considérer cela comme un succès, mais beaucoup auront du mal a oublier la déception de cette fin de match en queue de poisson. Bientôt, certains GMI se montraient un peu satirique sur Twitter :

"Si le pouvoir en place veut changer les règles, nous nous adapterons." a commenté Caruana.

Le nombre de parties est au centre de toutes les critiques. Plus tôt dans le tournoi, Carlsen a évoqué son désir de jouer plus de parties, ce qu'a confirmé Caruana.

"J'aimerais bien jouer plus de rondes. 16 ou 18, ce serait bien. Je ne pense pas que l'on soit épuisé après 12 rondes, nous pourrions sans problèmes en jouer encore plus. Mais nous nous adaptons au système que nous avons."

Si l'on considère que Caruana a montré un meilleur visage dans tous les aspects du match (préparation, transition vers le milieu de jeu, finales...), il serait étrange qu'il finisse par le perdre.

Maintenant que toutes les préparations ont été révélées, Levon Aronian a jugé dans l'émission de Chess.com que l'équipe de Caruana avait selon lui fait un meilleur travail, malgré tous les efforts de Carlsen.

"Je ne sais pas, et je pense que maintenant, c'est hors sujet." a commenté le champion du monde. "Pour l'instant, nous sommes à égalité. On fera les comptes à la fin."

La réponse de Caruana fut à peine plus développée : "Nous avons tous les deux eu nos moment. Aucun de nous deux n'a dominé, c'était un match équilibré."

Harry Benson Caruana Carlsen Game 12 World Chess Championship 2018

Le légendaire photographe Harry Benson, qui avait notamment shooté Bobby Fischer en 1972, était présent. | Photo:  Maria Emelianova/Chess.com.

Cette dernière ronde nous a rappelé par certains aspects New York 2016, Carlsen préférant annuler pour passer aux rapides. La différence, c'est qu'il y a deux ans, il avait les blancs et avait échangé toutes les pièces aussi vite que possible. Cette fois, il y a tout de même eu un peu plus d'action.

Laquelle des options était la plus décevante ? Cela dépend de vos préférences. Certains ont aimé la fin des "Sopranos", d'autres non...

Règlement des départages

En cas d'égalité au score après les douze parties régulières, quatre parties de départages seront jouées. Ces parties rapides verront chaque joueur disposer de 25 minutes et d'un incrément de 10 secondes par coup.

Si l'égalité persiste au terme de ces quatre parties, deux blitz seront joués (cadence 5/3). Puis, deux autres en cas d'égalité, et ainsi de suite. Si, après cinq mini-matchs de blitz, il n'y a toujours pas de vainqueur, un partie en mort subite sera jouée. Un joueur tiré au sort choisira sa couleur. Les blancs disposeront de cinq minutes, tandis que les noirs auront quatre minutes. A partir du 61ème coup, les deux joueurs reçoivent un incrément de 3 secondes par coups. En cas de nulle, le conducteur des noirs est déclaré vainqueur.

Article écrit en collaboration avec Peter Doggers.

Précédemment :

Mieux connaître FM MikeKlein
Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés

Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés

Championnat du monde, partie 7 : Nouveau gambit dame, nouvelle nulle

Championnat du monde, partie 7 : Nouveau gambit dame, nouvelle nulle