Pauline Guichard et Maxime Lagarde, sacrés à Chartres !
Le podium final de ces championnats de France 2019 à Chartres.

Pauline Guichard et Maxime Lagarde, sacrés à Chartres !

Robin-Side
FM Robin-Side
|
4 | Couverture d’événements d’échecs

La dernière journée des championnats de France a tenu toutes ses promesses et plus encore ! Les joueurs et joueuses en course pour le titre se sont sublimés en allant tous chercher la victoire pour faire fi d'éventuels regrets. Pour le plus grand plaisir des spectateurs, le dénouement a donc eu lieu lors d'excitants matchs de départage au cours desquels Pauline Guichard et Maxime Lagarde ont démontré leurs nerfs d'acier.

Laurent Fressinet et Sophie Milliet les auront donc rattrapés lors d'une huitième ronde homérique, en vain.

Mais reprenons le fil de cette journée dans l'ordre :

Romain Édouard, après sa désillusion de la veille, a solidement neutralisé les minces espoirs de Tigran Gharamian de conserver son titre en cas de victoire et de résultats favorables sur les autres échiquiers. Le GMI d'origine arménienne n'a pas insisté plus que ça et s'est contenté d'une nulle en 17 coups avec les blancs. 

Les bookmakers ne comptaient pas sur la partie entre Sébastien Feller et Matthieu Cornette pour remplir leurs caisses, les deux joueurs auteurs de 100% de nulles depuis le début du tournoi, ont terminé leur sans faute dans une partie dénuée d'enjeu. Si Sébastien a fait preuve d'une grande solidité, Matthieu a proposé des échecs créatifs en dépit de son score et ses nombreuses positions prometteuses pourront lui laisser certains regrets.

Chez les filles, Anysia Thomas a mis fin à son calvaire de 6 défaites consécutives en s'accordant rapidement sur une nulle avec Maria Leconte, qui termine ainsi avec la moyenne. Anda Sanfranska, 58 ans, finit pour sa part sur une bonne note lors du match des extrêmes face à Mathilde Broly, 18 ans.

Dans une rencontre importante concernant la lutte pour le podium, Andreaa Navrotescu a pris le meilleur sur Emma Richard avec les noirs, ce qui lui permet de monter sur la troisième marche !

Nous restait donc notre duel à distance entre Sophie et Pauline chez les filles, et entre Maxime et Laurent chez les garçons avec Jules Moussard en embuscade. Le cadet de l'épreuve vit cependant ses espoirs de titre rapidement douchés.

Très solide jusque là, Yannick Gozzoli se trompait dans ses calculs face à Maxime en sacrifiant une pièce dès le quatorzième coup :

14...Cfxg4 ?!
Maxime encaissa simplement le matériel et après : 15.hxg4 h5 16.Ce4 Cxg4 17.Cxc5 Fxf5 18.Cxb7 :
Yannick abandonna, réalisant certainement que sur Dh4, 19.Dxd6 contrôlait la case de mat en h2, coupant court l'attaque noir.
Ce succès éclair de son rival, n'empêcha pas Jules de "faire le taf" et sa victoire contre Julien Favarel lui assurait de monter sur la 3ème marche du podium, une "récompense" méritée pour le joueur qui prit le plus de risques dans ce tournoi. Le Petit Poucet de ce National 2019, aura vécu pour sa part, une expérience inoubliable et engrangé une tonne d'expérience, malgré quelques regrets sur cette dernière partie où il posa de sérieux problèmes à son adversaire avec les noirs. Souhaitons-lui un nouvel exploit lors d'une accession future pour avoir une nouvelle chance à ce niveau.

Jules aura tout tenté jusqu'au bout pour se mêler à la lutte pour le titre.

Une grosse pression reposait donc très tôt dans la ronde sur les épaules de Laurent Fressinet, dont la mission impérative de s'imposer, ne sembla pas le perturber plus que ça. Le secondant de Magnus Carlsen jouit déjà d'une grosse expérience à ce niveau et signa une victoire limpide pour disputer le droit de jouer un match de départage.

Les garçons nous assuraient donc d'exaltantes prolongations, restait à savoir si les filles allaient les rejoindre sur le ring pour un ultime round !

Si Sophie Milliet l'emportait assez facilement face à Cyrielle Monpeurt, la partie entre Pauline Guichard et Nino Maisuradze était beaucoup plus tendue.

Un peu à l'image de Laurent Fressinet, Sophie obtint une forte initiative à l'aile dame qui se transforma en 2 pions passés liés inarrêtables. Dans la position suivante, la domination blanche est telle que l'on jurerait qu'ils ont au moins un pion d'avance :

Sophie parvint à mener la marche de ses pions à terme et s'imposa pour la première fois du tournoi sans utiliser ses 30 minutes de bonus, son adversaire se résignant au 40ème coup.

Nino Maisuradze tenait alors entre ses mains le destin de Sophie Millet.

Sophie pouvait à juste titre compter sur Nino pour lui offrir le titre sur un plateau sans devoir passer par la case - très incertaine - départage. Cette dernière, à la lutte pour une place sur le podium, pouvait rattraper Pauline en cas de victoire, dénouement loin d'être improbable en milieu de partie. Alors qu'elle avait obtenu un avantage positionnel certain, le zeitnot chamboula tout et balaya ses espoirs de remontée.

La partie s'étant terminée sur le coup des quatre heures, Pauline ne disposait que d'une petite heure pour récupérer avant son duel face à Sophie. 

Il était difficile de désigner un favori après une semaine éprouvante et riche en rebondissements. Maxime Lagarde, excellent joueur de blitz et rapide avait l'avantage de la fougue de la jeunesse quand Laurent Fressinet pouvait compter sur son expérience des grands rendez-vous.

Le jeune doyen de ce cru 2019, frappa un grand coup en remportant la première partie, disputée à la cadence de 10 minutes + 5 secondes par coup avec les noirs, Laurent domina globalement cette première manche dans laquelle Maxime opta pour 1.b3 et sut faire preuve de sang-froid en finale pour l'emporter grâce à son dernier pion.

Chez les filles, les nerfs de Sophie avaient, à plusieurs reprises, vacillé durant les fins de parties classiques mais Pauline venait de dépenser beaucoup d'influx pour revenir à sa hauteur, l'issue était donc là aussi d'une incertitude totale. Au terme d'une finale dame+cavalier contre dame+fou complètement folle, Pauline prit une grosse option sur le titre en s'imposant avec les noirs :

À peine le temps de souffler, qu'il était l'heure de la revanche avec Sophie Millet et Maxime Lagarde, dos au mur !

Jules Moussard a fait des émules avec son Hollandaise, son jeune compère, surprit Laurent avec cette ouverture et revint à hauteur de la plus belle des manières, faisant ainsi une superbe démonstration de son mental d'acier :

Simultanément, Pauline Guichard était sacrée championne de France 2019 !! Elle conservait son titre en forçant l'échec perpétuel avec les blancs dans une position gagnante :

Un superbe podium, avec sur la première marche Pauline Guichard, Sophie Milliet sur la seconde et Andreea Navrotescu sur la troisième.

Place donc à notre dernier thriller masculin de la semaine avec les blitz de départages à la cadence de 3 minutes + 2 secondes par coup.

Si un moment de cet affrontement doit laisser des regrets à Laurent, c'est bien la partie suivante où il échoua à concrétiser une position totalement gagnante :

Il opta ici pour 34.Ce4, laissant filer son avantage à cause de 34...Dxe5, alors que 34.c7, suivi d'une incursion de sa dame en a6 pour contrôler la case de promotion et/ou de sa tour en d7 aurait contraint Maxime à l'abandon.

Les deux joueurs finirent par répéter 5 fois (!) la même position avant que Maxime ne réclame la nulle après avoir joué son coup, en dépit du règlement (qui stipule qu'il faut d'abord arrêter la pendule et signaler à l'arbitre son intention.) C'est donc dans une certaine confusion que Laurent profita d'une minute supplémentaire pour réfléchir à la décision de continuer ou non la partie, mais après une courte analyse, il s'avéra qu'il n'avait d'autre choix que d'accepter la nulle.

Maxime nous épargna un champion désigné à l'Armaggedon en livrant une dernière partition taille patron. Retour détaillé sur la partie décisive de ces championnats de France 2019 qui sacre un nouveau champion, arrivé tout droit de l'Accession l'an passé, une première dans l'histoire !
Une photo, illustration de la très bonne ambiance entre les joueurs et joueuses des Nationaux.
Enfin, notre fil rouge de la semaine - l'Accession - n'a pas dérogé au suspens insoutenable de la journée. Personne n'est parvenu à se détacher dans ce tournoi incroyablement serré où 5 joueurs se partagent finalement la tête avec 6.5/9.
Pour un minuscule demi-point de départage, Guillaume Lamard et le GMI Adrien Demuth, au détriment de Lucas Di Nicolantonio, arrachent leur précieux sésame pour le National de l'an prochain ! 
Toute la semaine, je vous ai conté les péripéties des "grands" des Nationaux mais avant d'en être là où ils y en sont, ils ont tous commencé par les échelons inférieurs, aussi j'aimerais conclure cet ultime article par un clin d'œil au petit champion de l'open D.
Baptiste Lissillour, déjà mis à l'honneur pour son prix de beauté ronde 7, a écrasé la concurrence avec le score de 8.5/9, du haut de ses dix ans ! Il a terminé son tournoi par un véritable feu d'artifice tactique qui, je vous le promets, vaut un dernier coup d'œil :
Le petit champion Baptiste, aux côtés du grand Maxime.
Je tiens enfin à vous remercier au nom de toute l'équipe de chess.com, vous avez été, au total, plus d'un demi-million à suivre, chaque jour nos directs, animés par Kevin Bordi, Manuel Apicella et Namig Guliyev ! Un grand merci également pour tous vos retours très encourageants sur mes compte-rendus journaliers, une première pour moi.
J'espère vous retrouver très bientôt pour de nouvelles aventures échiquéennes !

Mieux connaître FM Robin-Side
Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

Les leçons version 2.0 enfin disponibles en français !

MVL face à son destin à Jérusalem

MVL face à son destin à Jérusalem