GM Bobby Fischer

© archive nationale hollandaise.
Nom complet
Robert James Fischer
Vie
Mar 9, 1943 - Jan 17, 2008 (âge 64)‎
Lieu de naissance
Chicago, Illinois, US
Fédération
États-Unis

Bio

Bobby Fischer demeure jusqu'alors l'unique champion du monde américain de l'histoire. Nombreux sont ceux à le considérer comme le joueur d'échecs le plus connu de tous les temps mais aussi le meilleur ! Son aura a participé à faire naître une génération entière de joueurs d'échecs, en particulier aux Etats-Unis et en Islande.

Son succès en marge de l'implacable domination de l'empire russe des années 1960 et 70 reste à ce jour l'une des performances individuelles les plus incroyables jamais réalisées par un joueur d'échecs. Outre ses frasques verbales célèbres encore reprises aujourd'hui, on peut retenir la simplicité de sa vision du jeu en tant que tel :  "les échecs exigent une concentration totale".

Bobby Fischer with Euwe

Bobby Fischer avec Max Euwe en 1972. | © Archive nationale hollandaise.

En 1949, Bobby, âgé de six ans, emménagea avec sa famille dans la ville de New York. Ses premiers pas en compétition se déroulèrent aux clubs d'échecs de Hawthornne et de Brooklyn et c'est rapidement qu'il commença à attirer sur lui l'attention de tout un pays. En 1956, Fischer remporta les championnats junior des Etats-Unis et devint le plus jeune lauréat dans l'histoire de ce tournoi. Cette victoire lui ouvrit d'office une porte au championnat des Etats-Unis de l'année suivante. 

Peu avant cette échéance, Fischer s'imposa lors de l'open des Etats-Unis, scellant ainsi un nouveau record de précocité. Après avoir défendu son titre de champion junior et gagné le championnat du New Jersey, Fischer fut couronné plus jeune Maître National de l'histoire américaine. A la fin de l'année 1956, il nous gratifia d'une partie gravée à jamais dans les mémoires : on la surnomme aujourd'hui la partie du siècle !

Bobby Fischer with Collins and Lombardy
 Bobby Fischer jeune avec Jack Collins et William Lombardy

C'est donc à tout juste 14 ans que Fischer participa à ses premiers championnats des Etats-Unis "adultes". Lâché dans l'arène face aux meilleurs joueurs du pays, il signa un succès surréaliste compte-tenu de sa jeunesse avec un score de +8, également synonyme de titre de Maître International. Les années suivantes, il continua sur sa lancée et fut sacré sept fois de suite avec à chaque fois au moins un point de marge sur ses rivaux. 

Après avoir gagné un aller-retour en Russie à un jeu télévisé, Fischer disputa quelques matchs en Yougoslavie pour se préparer à l'Interzonal. Il termina dans les six premiers et se qualifia ainsi pour le Tournoi des Candidats, là encore il était le plus jeune joueur à atteindre un tel stade du cycle du Championnat du Monde. Cette performance lui permit d'acquérir le titre de Grand-Maître, cet énième record de précocité tint jusqu'en 1991 où il fut battu par Judit Polgar.

Fischer finit le Tournoi des Candidats de 1959 à la cinquième place et dans la foulée, décida d'abandonner l'école afin de consacrer davantage de temps aux échecs. En 1962, il devint le premier joueur non-soviétique à s'imposer lors d'un Interzonal et à se qualifier la même année pour les Candidats. Cependant, son tournoi ne se déroula pas aussi bien que les précédents. Rapidement dépassé, Fischer se mit à accuser les joueurs soviétiques de former une alliance contre lui en s'économisant les uns les autres par des nulles arrangées.

Bobby Fischer vs Mikhail Tal 1960 Olympiad
Fischer affronte le champion du monde Mikhail Tal en 1960 aux Olympiades | © Kohls, Ulrich - Wikipedia

Après s'être désintéressé du cycle de qualification au Tournoi des Candidats, Fischer triompha au Championnat des Etats-Unis de 1964 avec le score parfait de 11 sur 11, ce résultat pharaonique demeure unique dans l'histoire américaine ! Ce 8é succès au championnat national en poche, l'américain fit un break avec la compétition afin de prendre le temps d'écrire My 60 Memorable Games (Mes 60 meilleures parties) qui reste aujourd'hui encore l'un des livres d'échecs les plus vendus au monde.

Bobby Fischer my 60 memorable games
Bobby Fischer's Chess Classic, My 60 Memorable Games
En 1970, Fischer fit son retour sur le devant de la scène en remportant l'Interzonal grâce à une série finale de 7 victoires consécutives qui lui assura un matelas de 3.5 points sur ses poursuivants, le voilà donc de nouveau qualifié au Tournoi des Candidats de 1971, cette fois-ci. Le format de mini-matchs à élimination directe lui permit d'éclipser avec un panache extraordinaire ses sept concurrents. Fischer commença par écraser Mark Taimanov 6-0 en quart de finale puis ce fut au tour de Bent Larsen de subir la même punition en demi-finale. Cette incroyable série de 12 victoires d'affilée face à une telle opposition est souvent considérée comme la meilleure performance individuelle jamais réalisée par un joueur d'échecs.
 Tigran Petrosian était la prochaine victime désignée de Fischer pour la finale et comme attendu l'américain remporta la première partie du match, portant ainsi à 20 sa série de victoires consécutives contre des joueurs de l'élite. Petrosian mit fin à cette démonstration lors de la partie suivante mais ne parvint pas à prolonger cet exploit sur l'ensemble du match, il dut s'avouer vaincu sur le score de 6½ à 2½. Fischer allait donc enfin pouvoir prétendre au titre mondial lors d'un match face au champion en titre en 1972.
Fischer vs Spassky 1972
Fischer vs Spassky 1972

Il détrôna Boris Spassky lors d'un duel qui se déroula dans une atmosphère de "Guerre Froide". Ce combat suscita un engouement médiatique sans précédent dans le monde des échecs et jamais égalé par la suite. Rapidement, Fischer fut mené 2 à 0 (il ne prit même pas la peine de venir à la seconde partie !), Il réduisit néanmoins le score dans la foulée grâce à une nouveauté théorique rapide qui lui permit de venir à bout de la défense Bénoni lors d'une partie extrêmement tendue.

 Fischer égalisa en remportant la cinquième partie avec les pièces noires, puis vira en tête à la suite d'un chef d'oeuvre positionnel lors de la partie suivante. Spassky lui même l'applaudit après avoir abandonné tandis que le champion américain recevait une standing-ovation de la part du public. 

Fischer finit par vaincre Spassky sur le score de 12½ à 8½ pour devenir le 11é champion du monde ! En 1975, l'énigmatique Bobby choisit de ne pas défendre son titre -il est, jusqu'alors le seul champion du monde, auteur d'une telle décision. Peu à peu, il disparut entièrement de la scène échiquéenne et entama une vit d'ermite qui dura 17 années. En 1992, il signa un retour furtif en Yougoslavie lors d'un match revanche non-officiel, qu'il remporta d'ailleurs face à Boris Spassky.

Bobby Fischer in Amsterdam 1972
L'énigmatique Fischer à Amsterdam 1972 | © Dutch National Archive.

Malgré certaines décisions incompréhensibles après qu'il soit devenu champion du monde, l'héritage laissé par Fischer prospère encore aujourd'hui. De multiples générations de joueurs d'échecs ont appris à jouer grâce à lui ou ont été largement inspirés par son jeu. Deux de ses livres sont répertoriés dans le top dix de Chess.com et il est : soit le sujet principal, soit directement relié à 3 des 7 films de la rubrique : Les films sur les échecs que vous ne voulez pas manquer.

Bien qu'il fut surtout reconnu pour son approche des ouvertures, ses nouveautés théoriques critiques et ses qualités fantastiques en milieu de jeu, sa compréhension des finales était également exceptionnelle et vaut la peine d'être étudiée - en définitive, il était un joueur incroyablement complet. 

Bobby Fischer s'est éteint en  janvier 2008 à l'âge de 64 ans, soit, symbolique ultime, autant de cases que comportent un échiquier. 

Bobby Fischer grave
La tombe de Bobby Fische en Islande

Meilleure partie


Ouvertures les plus fréquentes

Parties