Le plus grand miracle aux échecs
Qu'est-ce qui relève le plus du miracle aux échecs ?

Le plus grand miracle aux échecs‎

Gserper
GM Gserper
|
82 | Tactique

Le pat constitue le plus grand miracle susceptible d'arriver dans une partie d'échecs - voilà, c'est dit. Vous pouvez ne pas être d'accord et me donner des dizaines d'exemples différents de tours de magies survenus sur l'échiquier mais la définition de la beauté est propre à chacun.

Alors certes, quand vous regardez une des parties de Mikhail Tal où il a sacrifié un milliard de pièces et a réussi à l'emporter, c'est définitivement une expérience magique. Mais pour être juste, dans tous ces joutes, l'armée restante de Tal acculait le roi adverse et le mat n'était donc pas si inattendu et encore moins de l'ordre du miracle.

biggest chess miracle
Mikhail Tal est connu pour ses éclairs de génie. Photo : Ron Kroon/Dutch National Archives, CC.

Le pat est une histoire complètement différente. En général, il surgit de nulle part et rime avec surprise absolue. Qui pourrait oublier la partie suivante :

Il est facile de comprendre comment le GM Alexander Beliavsky a raté cette idée de pat. Nous sommes habitués à ne considérer ce genre de ressources que quand le défenseur n'a plus que son roi nu et peut-être quelques pions bloqués, mais dans cette partie le GM Larry Christiansen avait encore environ la moitié de ses pièces lorsqu'il a commencé sa combinaison !

Cependant, tout le monde n'est pas friand de cette caractéristique unique des échecs. Le GM Nigel Short n'a pas mâché ses mots en qualifiant le pat de "règle stupide".

biggest chess miracle
Nigel Short estime que le pat est une "règle stupide". Photo : steenslag, CC.

Ce n'est en effet pas la règle la plus logique. Imaginez une vraie guerre où un commandant en chef a perdu presque toute son armée. Il est complètement encerclé par ses ennemis et ne peut s'enfuir nulle part. Pourtant, il arrête la guerre et réclame l'égalité.

Néanmoins, je ne pense pas que cette analogie soit valable. En tant qu'entraîneur, je vois le plus grand avantage des échecs dans leur valeur éducative. Que pouvons-nous apprendre des vraies guerres ? A peu près une seule chose : elles ne devraient pas exister. Il n'y a pas de gagnants et de perdants, puisque tout le monde perd, mais à un degré différent. Voyons maintenant ce que nous pouvons tirer comme enseignements du pat.

1) Ce n'est pas terminé jusqu'à ce que ce soit terminé.

Il existe de nombreuses versions de cette célèbre déclaration de Yogi Berra et de la chanson de Lenny Kravitz (It ain't over 'til it's over), mais elles ont toutes la même signification : vous ne pouvez pas supposer que vous avez atteint votre objectif tant que la mission n'est pas officiellement accomplie.

Durant chaque leçon avec mes élèves les moins expérimentés, je mets toujours en place une position comme celle-ci et je leur demande quel serait le plus grand danger que peuvent rencontrer les blancs.

Biggest chess miracle
Quel est le plus gros risque pour les blancs dans cette position ?

Ensuite j'explique que les blancs peuvent donner leur dame, leurs deux tours, leurs deux cavaliers et la moitié de leurs pions et quand même l'emporter. Donc, 5-6 gaffes ne feront aucune différence ici, à moins que vous ne fassiez une bourde synonyme de pat - alors vous ruinez instantanément vos chances. Mes élèves hochent la tête pour me signifier qu'ils ont compris avant de faire quelque chose comme ça lors de leur prochaine partie :

C'est un sentiment tellement frustrant qui explique pourquoi les entraineurs insistent tant sur l'importance de conserver sa concentration jusqu'au bout !

2) Ne soyez pas arrogant !

Parfois, les joueurs d'échecs obtiennent une position complètement gagnante et, au lieu de chercher à mater le plus vite possible, ils commencent à "s'amuser". Par exemple, ils veulent délivrer le coup de grâce au roi adverse sur une case précise ou bien promouvoir tous leurs pions etc.  Dans certains cas, très rares, cela fait sens. Prenez par exemple les parties suivantes de Hikaru Nakamura :

Il existe deux raisons pour lesquelles j'applaudis Nakamura pour ce spectacle :

1) Il y avait des centaines, voire des milliers de personnes qui suivaient ces parties en direct et vous pouvez imaginer leur amusement. 

2) Nakamura affrontait des ordinateurs qui ne se sentiront donc pas humiliés par une telle tournure.

biggest chess miracle
Les parties ci-dessus d'Hikaru Nakamura sont les exceptions qui confirment la règle. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Puisque vous lisez cet article, il y a de fortes chances que vous ne soyez pas un super Grand Maître, alors s'il vous plaît, ne faites rien de tel dans vos parties. Néanmoins, si vous décidez de tenter un "show" similaire lors de votre prochaine partie de tournoi, n'oubliez pas qu'en plus d'être contraire à l'éthique, un tel étalage peut mettre en danger une victoire qui semblait assurée.

C'est exactement ce qui s'est passé lors d'une compétition scolaire que je supervisais il y a de nombreuses années. Les blancs jouissaient de la majorité de leur armée contre un roi solitaire, donc en partant du principe que plus rien ne pouvait mal tourner, ils ont délibérément laisser passer plusieurs mats. Leur plan était de promouvoir tous leurs pions, voici ce qu'ils ont récolté :

Comme vous pouvez le voir, le pat enseigne l'humilité !

3) Ne jamais abandonner !

De nombreuses personnes se sont mises aux échecs après avoir regardé la série Netflix Le jeu de la Dame. Si vous êtes fan de cette fiction, vous n'avez certainement pas oublié l'une des leçons que donne Mr. Shaibel à la jeune Beth. Voici la position clé :

Ici, Beth a essayé de jouer son prochain coup, mais M. Shaibel a arrêté sa main en disant : "Tu dois abandonner. Quand tu as perdu ta dame de la sorte, il faut abandonner !"

Avec tout le respect que je dois au personnage fictif de M. Shaibel, il se trompe lourdement à bien des égards. 

Tout d'abord, on ne parle pas comme ça à une orpheline de huit ans qui a déjà vécu de nombreux traumatismes. Deuxièmement, le conseil est complètement erroné d'un point de vue strictement échiquéen comme je l'ai mentionné dans un vieil article. Voici la partie de cet article qui prouve que M. Shaibel a complètement tort :

Remarquez que mon élève, qui avait à peu près l'âge de Beth, a perdu sa dame contre un seul pion, sa situation était donc encore pire, puisque Beth avait au moins glané un fou en échange. Heureusement, mon élève a continué à se battre et a même gagné la partie. 

Je sais ce que vous pensez probablement : "Oh-oh, le GM Serper se dispute avec un joueur amateur, qui n'est même pas une vraie personne. D'ailleurs, quel est le rapport avec le pat ?" Bonne question ! Le pat est quelque chose qui vous encourage à ne jamais abandonner et à vous battre jusqu'au bout car même si vous êtes complètement perdu d'un point de vue matériel, il existe toujours une chance !

Malheureusement, dans la partie suivante, un autre de mes élèves, qui avait une position complètement perdante depuis longtemps, a mentalement abandonné et a manqué une belle occasion de sauver la partie. Pouvez-vous la trouver ?

Voici maintenant comment la partie s'est réellement conclue :

J'espère qu'à présent vous me rejoignez quand je dis que le pat constitue le plus grand miracle possible aux échecs !

Mieux connaître GM Gserper
Le schéma d'attaque qui mène toujours à la victoire

Le schéma d'attaque qui mène toujours à la victoire

Le coup d'éclat mystérieux de Capablanca

Le coup d'éclat mystérieux de Capablanca