Articles
Roquer ou ne pas roquer ?

Roquer ou ne pas roquer ?

Gserper
|
85 | Stratégie

Comme nous le savons tous, la célèbre question d'Hamlet "être ou ne pas être ?" signifie essentiellement "vivre ou ne pas vivre ?". Aux échecs, lorsque vous décidez de roquer ou non, dans de nombreux cas, vous choisissez entre la vie et la mort de votre monarque !

"Et c'est pourquoi je roque chaque fois que c'est possible. Mon roi est ainsi en sécurité", diraient de nombreux joueurs inexpérimentés. Et ils auraient bien tort !

Vous voyez, il existe une idée fausse très répandue sur le roque. Voici quelques citations que j'ai trouvées sur des sites d'échecs un peu partout sur Internet : "Tous les entraineurs d'échecs vous diront que le roque est essentiel" ; "En général, il est toujours préférable de roquer tôt" ; "Les règles de base disent qu'il est essentiel de roquer tôt" ; etc.

Bien qu'il soit difficile d'argumenter avec le fait évident que dans la plupart des parties vous voulez effectivement roquer, regardez le duel suivant entre deux joueurs classés plus de 1600 :

Vous voyez pourquoi le grand roque était une erreur décisive ? Oui, les blancs ont transférer leur roi exactement là où les noirs allaient l'attaquer ! C'est complètement opposé au but du roque, qui est de mettre son roi en sécurité !

Pensez-vous que seuls les joueurs de niveau inférieur à celui d'un Maître font des erreurs de ce genre ? Eh bien, regardez la partie de haut niveau suivante, issue d'un départage qui allait déterminer qui se qualifierait pour les matchs des Candidats !

Comment l'un des meilleurs joueurs positionnels de son temps, le GM Zoltan Ribli, a-t-il pu faire une erreur aussi grossière et roquer sous le feu adverse ? Je n'ai pas de réponse claire à cette question, mais je pense que chaque joueur d'échecs doit commettre ce crime échiquéen au moins une fois dans sa carrière. C'est un peu comme si, avant l'invention d'un vaccin contre la varicelle, tous les enfants l'attrapaient et devenaient ensuite immunisés contre la maladie. Voici mon propre exemple de sortie de route à la question du titre de l'article :

Mon adversaire vient de jouer 15. Thg1, signifiant clairement son intention de jouer g2-g4 et de lancer une attaque directe sur l'aile roi. Pourquoi alors ai-je décidé de roquer ? Eh bien, je suppose que je vais garder la réponse pour mon livre Comment faire quelque chose de vraiment stupide ?. De plus, lorsque j'ai eu la possibilité d'échanger les dames au 17ème coup pour réduire de manière significative l'attaque à venir, je ne l'ai pas fait non plus. Un exemple de plus pour le livre ! 

Comme je l'ai déjà mentionné, cette erreur est comme la varicelle, une fois que vous l'avez eu, vous devenez généralement immunisé. Voici une autre de mes parties qui montre une stratégie correcte dans une situation similaire qui peut être résumée par une simple phrase : "Ne roquez pas côté cimetière" !

Ainsi, comme vous pouvez le constater, une stratégie possible consiste à garder votre roi au centre, ce qui peut être dangereux, mais reste beaucoup plus sûr qu'un roque suicidaire. Une autre stratégie, pas toujours possible, consiste à roquer de l'autre côté de l'échiquier. Le challenger actuel pour le Championnat du Monde l'a démontré dans la master class suivante :

En résumé, si, en règle générale, vous souhaitez vraiment roquer dans la plupart de vos parties, car cela renforce la sécurité de votre roi, il arrive qu'un roque imprudent produise exactement le résultat inverse. 

L'un de nos brillants champions du monde, Vladimir Kramnik, veut faciliter ce genre de décision pour nous tous en abolissant complètement le roque. Seul le temps nous dira s'il y parvient, alors pour l'instant, souvenez-vous : "Ne roquez pas côté cimetière" !

Avez-vous déjà maté un adversaire au roque kamikaze ? Faites-nous part de vos commentaires dans la section ci-dessous !

Mieux connaître GM Gserper
A la croisée des chemins : Carlsen ou Nepomniachtchi?

A la croisée des chemins : Carlsen ou Nepomniachtchi?

Le contre-échec fatal

Le contre-échec fatal