Championnat du monde, partie 1 : Caruana dans les cordes, mais pas K.O.
Les débuts de Fabiano Caruana en championnat du monde n'ont pas été brillants, mais la catastrophe a été évitée. | Photo: Mike Klein/Chess.com.

Championnat du monde, partie 1 : Caruana dans les cordes, mais pas K.O.

Heureusement, à Londres, on peut se faire livrer à manger à n'importe quelle heure. Car hier soir à 22h, nos deux grand-maîtres devaient être affamés en terminant leur partie !

Il ne s'agissait certes pas de la plus longue partie de championnat du monde de l'histoire, mais, pour Magnus Carlsen, c'était tout comme. Après un marathon de 115 coups pour ouvrir son 4ème match pour le titre, il n'est pas parvenu à percer les défenses du challenger Fabiano Caruana. Mais ce résultat nul n'est absolument pas représentatif de l'intensité de la bataille que les deux hommes se sont livrés.

null

A bien des égards, ce long combat de sept heures ressemble à leur dernières rencontres en date. En août, à la Sinquefield Cup, Carlsen avait obtenu un sérieux avantage, mais sans parvenir à conclure (le champion se fendant au passage d'un geste provocateur dans le confessionnal). Une comparaison dont le norvégien a reconnu la légitimité, mais notant tout de même la similarité encore plus grande avec leur partie du Grenke Chess Classic 2018, qui s'était également terminée par une finale de tours.

115 coups, c'est 10 de moins que le record historique (Karpov-Kortchnoi 1978, partie 5), mais c'est tout de même la partie la plus longue jamais jouée entre les deux hommes, qui se sont pourtant affrontés 36 fois. Jamais, en effet, ils n'avaient dépassé la barre des 100 coups.

Carlsen Caruana

Fabiano Caruana ou Magnus Carlsen : Qui a le plus marqué l'adversaire après ce premier combat ? | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Difficile de déterminer le vainqueur de la bataille psychologique. D'un côté, Carlsen n'a eu aucun mal à égaliser avec les noirs dans une sicilienne, passant à l'offensive dès la fin de la phase théorique. De l'autre, Caruana est bien rentré dans le match et a su freiner la marche impitoyable du norvégien, qui a du avoir l'impression de se retrouver à nouveau face au ministère de la défense Sergey Karjakin !

La presse norvégienne, qui célèbre chaque coup ou petite phrase de son héros national, a fait de nombreux allers-retours entre la salle de presse et celle de jeu. D'abord certains de la victoire de leur champion, les journalistes scandinaves ont rapidement décampé pour s'octroyer les meilleures places pour la conférence de presse (dont l'ultime partie a été filmée par Chessbase). Ils sont ensuite revenus, avant de se disperser à nouveau, anticipant une proposition de nulle bien plus précoce. On a parfois l'impression, lors des matchs de championnat du monde, que la presse suit l'évaluation du moteur d'analyse comme un sismologue face à son sismographe.

Fabiano Caruana

 Caruana a défendu avec une opiniâtreté qui ne fut pas sans rappeler celle de Karjakin il y a deux ans. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Petite anecdote amusante, avant même le début des hostilités : une meute de photographes s'est ruée vers l'échiquier pour immortaliser le premier coup du match. Une scène à laquelle Carlsen est sans nul doute plus habitué que Caruana. Alors que, côtés média, on se battait pour avoir la meilleure position, Caruana, n'aimait déjà pas la sienne !

null

Le responsable des relations presse de la FIDE, le GMI Daniel King (tout à gauche), a appris à ses dépends qu'il était plus difficile de maîtriser une meute de journalistes que toutes les ouvertures du monde, mais il a su garder son calme olympien. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Comment est-il possible de ne pas aimer sa position dès le premier coup ? Quand ce n'est pas vous qui le jouez ! Le célèbre acteur et grand fan d'échecs Woody Harrelson a symboliquement joué ce premier coup, mais non sans avoir au préalable fait malencontreusement tomber le roi de Caruana, et poussé le pion d au lieu du pion e, comme chuchoté par Caruana ! Les secondants de Caruana, sans doute mortifiés, ont ensuite vu leur poulain attendre quelques instants avant de demander calmement à l'arbitre s'il pouvait changer de coup !

"Désolé, j'avais compris 1.d4 !" a répondu l'acteur, penaud. Avec Caruana à la réalisation, le premier tribut de ces "Hunger Games" serait donc le pion du roi.

Woody Harrelson Fabiano Caruana

Fabiano Caruana observe avec amusement Woody Harrelson le "forçant" à jouer 1.d4.. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Les deux joueurs ont tout d'abord suivi à la lettre une partie peu connue jouée il y a moins d'une semaine, lors du premier tour du championnat du monde féminin. C'est la MI Anastasia Bodnaruk et la GMF Sabrina Vega Gutierrez qui l'ont joué lors de leur départage en rapide, ajoutant l'inclusion des coups de pions a4 et a5. Comme nous l'a expliqué le GMI Ian Rogers, l'absence de ces coups a permis à Carlsen de faire grand roque en toute sécurité, ce qu'il fit, et ainsi d'obtenir les meilleures chances d'attaque.

Comme l'avaient prévu les secondants de Carlsen, Caruana a joué pour le contrôle du centre, obtenant deux pions centraux contre zéro dès le 12ème coup. Mais la riposte sur les ailes du norvégien s'est avérée plus tranchante.

Magnus Carlsen

Carlsen n'a peut-être pas obtenu le résultat voulu, mais il pouvait être content de cette première session, car il a joué pour deux résultats tout l'après-midi. Photo : Mike Klein/Chess.com.

Caruana a pourtant survécu a une position très compliquée. Il a d'ailleurs reconnu en conférence de presse avoir eu l'impression d'être totalement perdant pendant plusieurs coups, ce que tout bon moteur d'analyse confirmera.

Mais dans le zeitnot qui précède le 40ème coup, Caruana a remarqué que Carlsen s'était sans doute un peu précipité pour contrôler la diagonale a1-h8 avec le coup 39...Dg7. Le challenger ajoutait qu'il aurait sans doute été plus indiqué d'améliorer lentement la position noire, les blancs étant de toutes façons dans un étau.

Mais le norvégien a choisi d'aller gober un pion sur la grande diagonale. Bien sûr, il devenait du même coup le maître des cases noires, mais c'était sans doute trop peu. Caruana a joué son 40ème coup avec trois secondes à la pendule, avant de tenir une finale inférieure sans sourciller.

Le champion des Etats-Unis en titre Sam Shankland nous en dit plus :

Sam Shankland

L'analyse du jour, avec le GMI Sam Shankland

Vous en voulez encore ? Alex Yermolinsky est là pour vous, et montre dans la vidéo ci-dessous (en anglais) une autre idée pour Carlsen au 39ème coup. Au lieu de reculer la dame ou d'améliorer légèrement la position comme le préconise Shankland, "Tonton Yermo" propose le superbe sacrifice de qualité 39...Tg3 !

Woody Harrelson Anna Rudolf

Anna Rudolf est peut-être MI, mais a-t-elle déjà annulé contre Garry Kasparov, comme Woody Harrelson ?! | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Anecdote étonnante, avant la ronde, Carlsen est arrivé en premier, a rempli dûment sa feuille de partie, puis a commencé à regarder un peu partout dans la salle de jeu.

Magnus Carlsen

Le champion du monde était à la recherche d'un compteur de coups. La presse n'a eu accès à la salle de jeu que pendant cinq minutes, mais votre serviteur n'en a effectivement pas vu. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

Il a alors appelé l'arbitre assistante Nona Alexandria. Il était impossible depuis la salle de presse d'entendre leur échange, mais notre confrère John Saunders nous a confirmé les avoir entendu parler de l'absence d'un compteur de coups, que Carlsen avait cherché partout dans la salle, sans succès.

Il est vrai que Carlsen a déjà perdu au temps une partie contre Veselin Topalov à cause de son ignorance de la cadence, mais cela n'avait pas grand chose à voir avec le nombre de coups joués. En revanche, on se souvent qu'en 2011, Hikaru Nakamura, persuadé qu'il avait joué son 40ème coup, avait perdu au temps au 39ème, après un quiproquo avec l'arbitre.

Cristian Chirila

On sait que Caruana a eu plusieurs secondants lors de son camp d'entraînement en Espagne, mais la plupart sont soit à St. Louis, soit restés cachés du grand public. Aujourd'hui, le GMI Cristian Chirila était le seul à venir apporter son soutien à Fabiano (sans compter Rex et Jeanne Sinquefield, dont on imagine qu'il n'ont pas trop contribué à la préparation des ouvertures !) | Photo : Mike Klein/Chess.com.

null

Le GMI Daniel King, maître de cérémonie lors de la conférence de presse. | Photo : Mike Klein/Chess.com.

null


Précédemment :

Mieux connaître FM MikeKlein
Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages

Championnat du monde, partie 12 : Carlsen offre la nulle dans une bonne position et file vers les départages

Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés

Championnat du monde, partie 10 : À couteaux tirés