GM Tigran Petrosian

Nom complet
Tigran Petrosian
Vie
Jun 17, 1929 - Aug 13, 1984 (âge 55)‎
Lieu de naissance
Tiflis, Géorgie SSR, Union Soviétique (à présent Tbilisi, Géorgie)
Fédération
Arménie

Bio

Tigran Petrosian est le neuvième Champion du Monde (1963-1969) de l'histoire des échecs. Il a également remporté par quatre fois (1959, 1961, 1969, et 1975) le Championnat Soviétique et a représenté par dix fois (entre 1958 et 1978) les couleurs nationales aux Olympiades. Il a rapidement hérité du surnom d'"Iron Tigran" (Tigran de fer), en raison de ses indéniables talents de défenseur - en témoigne son incroyable année 1962, où il ne connut pas la moindre défaite en tournoi ! Il privilégiait un jeu solide et prophylactique, attendant patiemment de sauter sur la moindre erreur adverse.

Petrosian était aussi réputé pour sa logique infaillible et sa compréhension du jeu qui l'amenaient à des positions harmonieuses, souvent riches en possibilités. Il n'hésitait pas, dès que l'occasion se présentait, à marquer ses parties de ce qui est devenue sa véritable signature : le sacrifice positionnel de qualité. En voici un illustre exemple agrémenté d'un double (!) don de tours en échange d'une paire de fous surpuissante :

Petrosian apprit à jouer à l'âge de huit ans, mais ce n'est qu'après avoir traversé une période difficile durant la seconde guerre mondiale, qu'il commença à se développer en tant que joueur d'échecs. Le fameux livre Mon Système d' Aaron Nimzowitsch eut un impact décisif sur sa progression. En appliquant ses idées sur la prophylaxie et ses fondements positionnels, la chenille mua en papillon. Petrosian se mit à jouer des ouvertures solides et riches stratégiquement parlant, en privilégiant les structures de pions menant à des positions fermées. Il devint candidat Maître en 1946, avant d'obtenir le titre en 1951 puis de l'embellir au rang de Grand Maître en 1953.

Tigran Petrosian and Mikhail Tal 1961
Petrosian (à droite) et Tal (assis à gauche) lors d'un tournoi en 1961. | © G. Hund - Wikipedia.

1962 fut un tournant dans la carrière de Petrosian. Non seulement, il termina l'année invaincu en parties classiques, mais sa performance à l'Interzonal de Stockholm lui permit de se qualifier pour le Tournois des Candidats qu'il remporta par ailleurs (devant, excusez du peu : Mikhail Tal, Viktor Korchnoi, Bobby Fischer et d'autres légendes des échecs), Il gagna donc le droit de défier le champion du monde en titre Mikhail Botvinnik, l'année suivante. Il se prépara pour ce match en skiant tous les jours, misant donc sur l'exercice physique pour tenir la longueur du marathon à venir. Ce pari s'avéra payant puisqu'en 1963, ses pièces déferlèrent sur l'échiquier avec une facilité loin de la piste noire attendue et lui permirent de détrôner Botvinnik.

Petrosian se révéla être un champion du monde "actif", ainsi il enchaîna les succès au plus haut niveau. En 1966, il défendit avec succès son titre contre le challenger Boris Spassky. Découvrez un autre exemple de sacrifice positionnel de qualité joué par Tigran durant ce match. Dans cette partie, il obtint en compensation une attaque écrasante sur l'aile roi. 

En 1969, Petrosian affronta de nouveau Spassky au Championnat du Monde, mais cette fois-ci, le challenger pris sa revanche.  Malgré cette défaite, Petrosian demeura sur le devant de la scène échiquéenne et triompha lors de nombreux tournois dans les années 1970 et même au tout début des années 80 - avec notamment son "miracle" mémorable contre la version jeune de Garry Kasparov à Tilburg en 1981.Tigran Petrosian statue outside of Yerevan chess house

Une statue en l'honneur de Tigran Petrosian à Yerevan. | © Artashes - Wikipedia.

Petrosian est un véritable héros national en Arménie, il est considéré comme l'étincelle du plus gros "boom" échiquéen connu par le pays (très similaire à celui provoqué par Fischer aux Etats-Unis dans les années 1970 ou l'actuel en Norvège grâce à Magnus Carlsen). Petrosian jouit d'une telle cote de popularité dans son pays que son portrait apparaît même sur une de leur pièce de monnaie. En 1987, l'ancien Champion du Monde Garry Kasparov a inauguré un monument commémoratif sur la tombe de Petrosian à Moscou. En 2006, une statue à son effigie à été forgée près de la maison pionnière d'échecs de Yerevan en souvenir de la légende qu'il est et sera à jamais.

Tigran Petrosian grave
La tombe de Tigran Petrosian à Moscou. | ©OptimusView - Wikipedia.

Meilleure partie


Ouvertures les plus fréquentes

Parties