x
Échecs - Jouer et apprendre

Chess.com

GRATUIT - sur Google Play

GRATUIT - sur le Windows Phone Store

VOIR
Incident à la Coupe du monde : Kovalyov quitte le tournoi

Incident à la Coupe du monde : Kovalyov quitte le tournoi

Après avoir été sommé de changer de tenue, Anton Kovalyov a quitté la salle de jeu avant sa partie contre Maxim Rodshtein dans le cadre du troisième tour de la Coupe du monde à Tbilissi. Scandalisé par la manière dont il a été traité, le GMI canadien de 25 ans a immédiatement quitté le site du tournoi.

Anton Kovalyov quitte l’hôtel et abandonne de facto la partie. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.


Mise à jour du 10 Septembre 2017 : L'ACP (Association of Chess Professionals) a publié une pétition pour protester contre le comportement de Zurab Azmaiparashvili envers Kovalyov.

L'ACP condamne fermement les actions de Mr. Zurab Azmaiparashvili en sa capacité d'organisateur de la Coupe du monde.

Agresser verbalement et menacer un joueur participant à votre événement est un acte très grave. Le faire juste avant une partie est bien pire encore.

Le code vestimentaire du tournoi a été défini de manière très vague, et il n’apparaît pas clairement que le GMI Anton Kovalyov l'ait enfreint. Cela n'a d'ailleurs pas la moindre importance, celui-ci n'ayant pas été averti lors des trois journées précédentes, alors qu'il portait la même tenue. Soudain, il a été menacé, insulté. Aucun joueur ne devrait être traité de la sorte, et devant ce fait inacceptable, le GMI Kovalyov n'a eu d'autres choix de quitter le tournoi, et nous comprenons sa décision.

Il s'avère que Mr. Azmaiparashvili n'est pas seulement organisateur, il est également président de la commission d'appel, le corps qui surveille les décisions des arbitres et organisateurs ! C'est un manquement éthique évident de la part de la FIDE, ainsi qu'un conflit d’intérêts flagrant.

Nous ne nous attendons à aucune action de la part de la FIDE, il est certain qu'elle ne prendra aucune mesure. Notre message va à la communauté mondiale des joueurs d'échecs et les fédérations nationales.

Les échecs ne méritent-ils pas mieux ? La pilule passera-t-elle à chaque fois ? Les joueurs sont-ils des créatures inférieures, qui devraient accepter d'obéir face aux insultes ? N'est-il pas temps de s'unir et de faire passer un message FORT ? Si vous pensez comme nous qu'il est temps de changer drastiquement cette situation, merci de signer la pétition.

Le bureau de l'ACP.


Dix minutes avant le début de la ronde, Anton Kovalyov a été approché par l'arbitre en chef Tomasz Delega. Ce dernier à demandé au joueur si il était possible qu'il porte un pantalon à l'avenir, au lieu d'un short ne respectant pas le code vestimentaire en vigueur.

Kovalyov, surpris, a fait remarqué à l'arbitre qu'il portait le même short depuis le début de la compétition, et qu'il jouait également en short lors de la dernière Coupe du monde, il y a deux ans.

Il a ensuite protesté, pensant ne pas jouer la bonne couleur. En effet, il s'attendait à avoir les blancs. L'arbitre a alors vérifié les appariements sur son ordinateur, confirmant qu'Anton jouait bien avec les pièces noires.

Le chef de l'organisation, Zurab Azmaiparashvili, est alors venu voir le joueur pour lui demander de changer de tenue. Lorsque Kovalyov lui a demandé pourquoi, Azmaiparashvili lui a répondu qu'il "ressemblait à un manouche."

null

Discussion agitée entre Azmaiparashvili et Kovalyov. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

null

Kovalyov quitte la salle de jeu. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Le joueur canadien, très en colère, a quitté la salle de jeu. 15 minutes après le début de la partie, n'étant toujours pas revenu, il fut déclaré forfait pour cette ronde.

Deux heures plus tard, il a été aperçu à la réception de l’hôtel, ou il rendait ses clefs.

Il a déclaré à Chess.com être trop bouleversé pour commenter la situation, mais a pu confirmer qu'on ne lui avait jamais mentionné l'interdiction de porter des shorts.

Il a également mentionné qu'il ne ferait pas appel. Il est à noter qu'Azmaiparashvili, en plus d'être organisateur du tournoi, est également président du comité d'appel. Une situation qui serait impensable dans un tournoi non-organisé par la FIDE.

Kovalyov a ensuite commenté la situation sur Facebook.

J'ai attendu d'être calmé pour commenter. Voilà ce qui s'est passé :

Le problème, c'est la façon dont j'ai été traité. Zurab a été très agressif envers moi, utilisant plusieurs fois une insulte raciste à mon encontre.

Imaginez-vous, juste avant le début d'une partie importante, menacé par l'organisateur du tournoi ! Qu'auriez-vous fait à ma place ? Beaucoup l'aurait frappé, ou au moins insulté. J'ai décidé de partir.

Je n'ai pas pris de pantalons, car j'ai pris du poids récemment, et ils sont trop serrés. Si l'organisation m'avait averti, je serais sans problème aller dans le magasin le plus proche pour en acheter un avant la ronde suivante. Au lieu de cela, on m'a traité comme la dernière des crapules.

J'étais trop stressé pour agir avec raison, j'ai donc préféré partir avant de faire une bêtise.

Zurab ne m'a même pas demandé de me changer, il m'a directement insulté, menacé. Il s'agissait clairement d'une provocation de sa part.

Je ne ferais pas appel. Ces gens me dégoûtent, qu'ils gardent leur argent. Je rentre chez moi.

Delega a déclaré à Chess.com qu'il n'avait pas remarquéé que Kovalyov portait déjà un short lors de ses parties précédentes, contre Varuzhan Akobian et Vishy Anand.

"Je ne l'ai remarqué qu'aujourd'hui et j'ai décidé de lui en parler. Il m'a dit qu'il n'avait pas pris de pantalons et qu'il avait déjà porté ce short lors de la précédente Coupe du monde. Puis il a protesté, pensant qu'il avait la mauvaise couleur."

Delega n'avait pas le temps de discuter plus avant du code vestimentaire. Il a notamment précisé qu'il n'avait pas prévu de pénaliser le joueur pour le moment. "Je n'avais pas l'intention de lui interdire de jouer sa partie."

Azmaiparashvili a déclaré à Chess.com: "Je vais discuter avec l'équipe d'arbitrage ce soir. Je veux savoir pourquoi cela n'a pas été remarqué auparavant." Il a en outre précisé que pour lui, l'utilisation du mot "manouche" ou "gitan" (gypsy en anglais) n'était pas une injure raciale et qu'il aurait tout aussi bien pu employer le terme "SDF".

null

L'arbitre Arild Rimestad arrête la pendule de  Kovalyov après 15 minutes. Le président du collège des arbitres Ashot Vardepetyan supervise. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Le code vestimentaire est très vague. Selon le règlement de la Coupe du monde :

3. 13. 4. Les joueurs doivent respecter la règle de la FIDE C.01 (Article 8.1) et présenter une apparence digne à tout instant.

Ceci fait référence à un document du manuel de la FIDE nommé "01. Recommandations aux organisateurs d'événements de haut niveau". Ce document a été approuvé en 1983 par l'Assemblée Générale de la FIDE, et fut amendé en 1991 et 1992. Citons le paragraphe en question :

8.1 La commission des publications, informations et statistiques échiquéennes demande aux joueurs de prendre mieux soin de leur apparence. L'image du joueur d'échecs doit être celle d'un individu digne, et se vêtir en accord signifie montrer son respect pour le jeu, mais aussi des sponsors potentiels ou actuels. Certaines fédérations ont par exemple interdit les chaussons, les t-shirts et les gilets sans manches dans leurs tournois. Les joueurs aux cheveux sales et gras devront être sermonnés, ainsi que ceux portants des jeans vieux et usés ou plus généralement des vêtements dégradés.

Il est intéressant de notre que les shorts ne sont pas mentionnés dans cet article. En outre, certains joueurs ont porté des t-shirt sans manches et des sweats à capuche durant cette Coupe du monde. Bien que les shorts ne soient généralement pas considéré comme des vêtements formels, aucun règlement ne défini pourquoi ils seraient moins acceptables que les t-shirts, par exemple.

Le contrat signé par les joueurs ne mentionne pas le code vestimentaire, mais il précise qu'en le signant, les joueurs s'engagent à respecter durant le cycle de championnat du monde 2016-2018 l'intégralité des réglementations de la FIDE.

null

Maxim Rodshtein est le premier joueur à se qualifier pour les 1/8ème de finale. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Kovalyov est né de parents russes à Kharkov, en Ukraine. Après avoir vécu sept ans en Argentine, il a déménagé en 2007 au Canada, et joue depuis pour cette fédération. Dans une interview donnée à Chess.com, il a précisé qu'il était étudiant en Master de Sciences informatiques et qu'il travaillait sur son mémoire même pendant la Coupe du monde.

Comme le GMI Daniel King l'a fait remarqué sur Twitter, il existe un précédent. A l'interzonal de Subotica, en 1987, Zoltan Ribli avait porté réclamation car Nigel Short portait.... un short. Un compromis avait été trouvé. Il est dramatique que cela n'ait pas pu être le cas cette fois-ci. 

La Coupe du monde se déroule du 3 au 27 septembre à Tbilissi, en Géorgie. Chaque match consiste en deux parties classiques (quatre en finale) et des départages en rapides et blitz le troisième jour. L'enveloppe des prix est de 1,6 millions$, dont 120 000$ pour le seul vainqueur. En outre, les deux finalistes se qualifieront pour le prochain Tournoi des Candidats.

Comment suivre l'événement :

Chess.com diffuse les parties de tous les grands tournois mondiaux sur Chess.com/Live, et la coupe du monde ne fait pas exception à la règle. En outre, sur Chess.com/TV, les commentaires en direct seront assurés par les Chessbrahs, un des plus belle équipe de commentateurs du monde avec les GMI Eric Hansen, Robin van Kampen et Yasser Seirawan ainsi que le MI Aman Hambleton.


En ligne