Infos
Candidats R1 : Nepo et Caruana premiers rois de l'arène
Caruana, au premier plan, et Nepo au second, sont les deux premiers Candidats 2022 à avoir marqué leur territoire. ©Maria Emelianova

Candidats R1 : Nepo et Caruana premiers rois de l'arène

Robin-Side
| 2 | Couverture d’événements d’échecs

L'édition 2022 du tournoi des Candidats a démarré à Madrid ce vendredi sur les chapeaux de roue. Après trois heures de jeux, être gratifié d'une première ronde riche de quatre résultats décisifs était en effet tout sauf une hypothèse farfelue.

Pour rappel, l'enjeu est de taille puisque le vainqueur gagnera le droit de défier Magnus Carlsen pour la couronne mondiale en 2023 bien que l'incertitude demeure sur la motivation du norvégien à défendre son titre. Seul Alireza Firouzja trouve pour l'instant grâce aux yeux du roi Magnus qui, s'il venait à abandonner son trône, ferait des deux premiers de ce tournoi les futurs adversaires du prochain match de Championnat du Monde.

Laissons cependant les plans sur la comète aux astronomes pour nous plonger dans l'arène bouillante de la capitale espagnole. En effet, si à l'extérieur, le thermomètre frôle les quarante degrés, pas besoin d'encombrants sombreros pour nos huit gladiateurs tous sur leur trente-et-un. Il faut dire que le Palais de Santoña offre un terrain de jeu majestueux qui s'accorderait difficilement avec le look "short-claquettes" de saison.

Les deux seuls participants à avoir déjà goutté à la victoire dans un tél évènement sont aussi les deux premiers vainqueurs de cette édition plus ouverte que jamais. L'avenir (ou Nostravladus pour les fidèles de Blitzstream) nous dira s'il s'agit d'une simple coïncidence. Le premier à s'imposer fut Ian Nepomniachtchi, tombeur avec les pièces noires en à peine trente coups d'un Ding Liren méconnaissable.

Nepo, toujours aussi expressif, a signé une entrée fracassante dans la compétition. ©Maria Emelianova

Fabiano Caruana l'a rejoint en tête plus tard dans la soirée en venant à bout de son compatriote Hikaru Nakamura. Du côté tricolore, Alireza nous a fait passer par tous les états : d'abord la confiance grâce à sa préparation impressionnante,  puis l'inquiétude devant son hésitation en milieu de jeu, pour terminer par la satisfaction de le voir défendre précisément une finale difficile face à Teimour Radjabov. Enfin, la dernière partie à se terminer opposant Jan-Krzysztof Duda à Richard Rapport a proposé aux spectateurs un véritable tour de montagnes russes. Après de nombreuses erreurs et opportunités gâchées par la star polonaise, le manège s'est arrêté quand seuls deux rois et un fou restaient sur l'échiquier.


Suivez les parties sur notre page évènements dédiée et le direct sur la Chess.com/TV ou sur nos chaines Twitch et YouTube.com/ChesscomLive avec aux commentaires Kévin Bordi, entouré des GMs Vlad Tkachiev, Fabien Libiszewski et Sébastien Mazé.

La retransmission de la première ronde avec Kévin Bordi et Vlad Tchakiev


Avant de revenir sur notre fil rouge du jour mettant aux prises Radjabov et Firouzja, concentrons-nous sur les deux heureux vainqueurs :

Ding Liren - Nepomniachtchi 0-1

L'état de forme du numéro un chinois représentait un véritable point d'interrogation après son marathon des deux derniers mois sur ses terres pour disputer les 30 parties nécessaires afin de glaner le dernier ticket à l'Elo. Brillant et plus dangereux rival du champion du monde avant les chamboulements liés à l'épidémie de COVID-19, Ding Liren, peine depuis à retrouver de sa superbe. Souhaitons-lui que sa terrible prestation avec les blancs face au toujours imprévisible Nepo ne soit qu'un accident. Ce dernier a certainement récolté en différé les fruits de son travail de préparation contre Carlsen, enclin à s'aventurer comme Ding Liren dans l'Anglaise avec 1.c4. Si la coordination des pièces blanches paraissait "originale" à la sortie de l'ouverture, rien ne présageait que le combat tournerait aussi court. Très à l'aise, le champion russe a parfaitement exploité le monarque de son adversaire laissé à l'abandon à l'aile roi pour y concentrer toutes ses pièces et mener une attaque aussi fulgurante qu'irrésistible. 

Ding Liren, arrivé en Espagne il y a seulement quelques jours, souffre peut-être encore du jetlag. ©Maria Emelianova

Caruana-Nakamura 1-0

La rivalité entre les deux joueurs américains, dont l'historique penche légèrement en faveur de Caruana, garantissait un premier round explosif. Le challenger 2018 a fait honneur au pays hôte en lançant les hostilités sur l'Espagnole, ce à quoi Nakamura a répondu par la solide Défense Berlinoise. Comme à son habitude, "Fabulous Fab" est arrivé avec une petite idée en poche au huitième coup, visant à chatouiller l'aile dame des noirs avec un cavalier sur la bande digne d'un MVL des grands jours. Alors qu'il pouvait roquer du grand côté pour défendre le pion ciblé en b7 avec son roi, la star du streaming s'est légèrement dégonflée avec le plus passif mais néanmoins tout à fait jouable 9...Tb8.

Une fois n'est pas coutume, Nakamura n'a pas trouvé la bonne réponse au plafond ©Maria Emelianova

Retrouvant tout son allant, il n'a ensuite pas hésité à pousser ses pions à l'aile roi pour prendre un maximum d'espace mais quand sa position a semblé devenir presque favorable, il s'est trompé d'adresse pour son roi en effectuant le petit roque. Ses pions avancés sont devenus faibles, son roi s'est retrouvé dans les courants d'air et Caruana a pu mettre en route son rouleau compresseur positionnel pour dominer de son bon cavalier le mauvais fou adverse. Malgré quelques petits aléas et les ressources trouvées par son rival, Caruana a fini par concrétiser son avantage sur une jolie séquence tactique.

Radjabov-Firouzja 0.5-0.5

Vainqueur impressionnant du Grand Suisse, puis "marcheur sur l'eau" avec la France lors du Championnat d'Europe par équipes, Alireza est devenu le plus jeune joueur de l'Histoire à franchir les 2800 en fin d'année dernière. Il a ensuite fait une longue pause en classique, pour notamment travailler son jeu avec Vladimir Kramnik, avant un retour mitigé au Grand Chess Tour de Roumanie la 1ere quinzaine de mai 2022. Jouant toutes les positions à fond et prenant souvent des risques excessifs, le prodige tricolore a au moins pu retrouver des sensations, en espérant atteindre son pic de forme à Madrid.

Radjabov s'est pour sa part échauffé au Norway Chess au début du moins de juin, où il a frôlé le claquage, ne remportant pas la moindre partie et perdant pied à plusieurs reprises.

Nous étions donc impatients de découvrir les ambitions des deux joueurs pour leur tout premier affrontement en classique.

Alireza a démontré une fois de plus sa capacité à jouer pour le gain avec les deux couleurs. ©Maria Emelianova

Sans grande surprise, le GM azéri démarre par l'avancée du pion dame et Alireza lui répond du tac au tac par 1...Cf6 avant que la partie ne transpose dans une variante très complexe du Gambit Dame accepté. Visiblement surpris, Radjabov opte pour les choix les plus solides quand son rival continue son récital avec une première nouveauté au 14ème coup, puis un sacrifice de qualité spectaculaire au 18ème. Alireza n'est clairement pas venu en Espagne pour poser du lino. Il compte alors près d'une heure d'avance à la pendule - rappelons que les joueurs disposent de deux heures pour jouer leur quarante premiers coups sans incrément de 30 secondes par coup (qui n'intervient qu'à partir du 60ème). 

Le prodige tricolore jouit de belles compensations pour la qualité avec la paire de fous, la case d5 et toutes les cases blanches. Radjabov, dont le langage corporel peine à masquer l'inquiétude, décide aussitôt de rendre la qualité en mettant avec 20.Tc1 sa tour en situation de fourchette avec sa dame.

Visiblement toujours dans ses petits papiers, Alireza décline à tempo cette invitation à dîner qui conduirait certainement vers une finale égale. 

Alors que l'optimisme est de mise chez les supporters français, Alireza prend enfin du temps pour réfléchir... beaucoup de temps. En l'espace de trois coups, son avance colossale au cadran fond comme neige au Bernabeu :

Alireza réalise que Radjabov a réagi très intelligemment et menace désormais une attaque sur son roque susceptible de se faire trouer sur cases noires. En  difficulté, le français s'emmêle quelque peu les pinceaux au moment de récupérer son matériel de retard :

Parfois décrié pour ses lacunes en finale, Alireza qui fêtera ses 19 ans demain, nous donne quelques frissons en choisissant la variante qui l'amène à jouer avec un pion contre deux mais le roi coupé. La bonne nouvelle est qu'il avait obtenu la même finale de tours mais du côté du verre à moitié plein contre Mamedyarov durant ses exploits avec les Bleus. Il avait alors fait craquer le co-équipier en équipe nationale de Radjabov.

Sûr de ses coups, Alireza nous rassure rapidement, signe qu'il a probablement étudié la bonne défense, justifiant son choix de rentrer dans cette finale. Il sécurise donc un demi-point important dans une première ronde de combat fidèle à son style.

La partie complète :

Alireza doublera les noirs demain face à Rapport, auteur d'une première partie catastrophique mais sauvée par miracle.

Retrouvez l'analyse en vidéo de nos deux commentaires du jour :

Duda-Rapport 0.5-0.5

Enfin, Duda et Rapport, certainement nerveux pour leur première participation aux Candidats, nous ont proposé la partie la plus décousue du jour qui aurait pu se transformer en un sacré bide pour le joueur hongrois, perdant stratégiquement après seulement dix coups !

Duda peut s'en vouloir, ce n'est pas tous les jours que votre adversaire se montre aussi généreux à ce niveau. ©Maria Emelianova

Classement 

2022 FIDE Candidates Chess.com standings

Appariements 



Mieux connaître FM Robin-Side
Candidats R4 : Tel est pris qui croyait préparer, Nepo surclasse Firouzja

Candidats R4 : Tel est pris qui croyait préparer, Nepo surclasse Firouzja

Candidats R3 : journée de "canicnulles" à Madrid

Candidats R3 : journée de "canicnulles" à Madrid