Infos
Infos
Aimchess Rapid : Carlsen-Abdusattorov, le choc des générations

Aimchess Rapid : Carlsen-Abdusattorov, le choc des générations

AnthonyLevin
| 0 | Couverture d’événements d’échecs

Magnus Carlsen et Nodirbek Abdusattorov seront donc les finalistes du tableau principal de l'Aimchess Rapid 2023. Respectivement vainqueurs de Fabiano Caruana et Levon Aronian, aucun des deux n'a eu besoin de recourir à l'armageddon pour s'imposer.

Dans la consolante, Eduardo Iturrizaga perdait la première partie face à Jorden van Foreest, mais gagnait ensuite la seconde avec les noirs pour égaliser. Sur son élan, il remportait également l'armageddon et éliminait le numéro deux hollandais. De son côté, Wesley So mettait fin au parcours de Vladimir Fedoseev dans un match sans aucune partie décisive.

En division 2, on retrouve sans surprise 4 GMI en demi-finales du tableau principal : Amin Tabatabaei affrontera Denis Lazavik, tandis que Sam Sevian sera opposé à Gata Kamsky. La performance du jour est à mettre à l'actif du jeune Lazavik (16 ans), qui dominait l'excellent David Paravyan sur le score sans appel de 3-0.

En division 3, la finale du tableau principal opposera les GMI asiatiques Tuan Minh Le et Yu Yangyi. Le dernier cité venait notamment à bout de Rauf Mamedov en remportant une finale tour-cavalier contre tour, pourtant bien connue pour être théoriquement nulle !

Les phases finales continuent ce mercredi 12 juillet à partir de 17 heures, heure de Paris.

Comment suivre l'évènement ?
Suivez le Champions Chess Tour en direct et en français sur notre chaîne Twitch et retrouvez toutes nos diffusions en VOD sur YouTube. Les parties sont également visibles en direct sur notre page évènements.

Retrouvez la diffusion de la deuxième journée avec les commentaires de Kévin Bordi et du GMI Fabien Libiszewski.


La deuxième journée d'un tournoi du CCT est toujours un crève-cœur, car c'est celle des premières "vraies" éliminations. 

Pendant ce temps, à Oslo, l'ambiance était toujours aussi bonne en cabine :

Division 1

Tableau principal

Carlsen et Abdusattorov remportait leurs matchs sans avoir recours à l'armageddon, au grand désespoir des fans en quête d'adrénaline. Il s'affronteront mercredi en finale.

Caruana-Carlsen 1,5-2,5

Les deux rivaux du championnat du monde 2018 se connaissent bien, très bien. Les deux hommes ont d'ailleurs diné ensemble à Zagreb après le dernier tournoi du Grand Chess Tour.

En Croatie, Carlsen avait battu l'italo-américain en blitz le jour de son incroyable 9/9. En revanche, en cadence rapide, c'est Caruana qui s'était imposé la veille. Au total, en rapide, le norvégien mène leur affrontement particulier sur le score de +18 =12 -10.

Cette fois, Magnus ne se risquait pas à jouer le coup 1...a6. Les deux joueurs se livraient à un rude combat théorique dans une ligne à la mode de la sicilienne Taimanov avec 7.g4. Les blancs sacrifiaient un pion et semblaient repousser les pièces noires sur l'aile roi. Pourtant, leur initiative se tarissait bientôt.

Une fois le roi complètement en sécurité, Carlsen passait en mode contre-attaque et remportait une partie de haute volée. La seule du match à l'issue décisive.

Carlsen défendait une mauvaise position puis une finale de tours avec un pion de moins dans la seconde, sauvant sans trop de frayeurs le demi-point. La troisième était bien jouée des deux côtés, et se concluait par une nulle logique. Dans la dernière, le norvégien se montrait, de son propre aveu, "imprudent dans l'ouverture", mais finissait par annuler dans une position où il jouissait d'une avance de quatre pions !

Généralement très critique envers son niveau de jeu, l'ex-champion du monde se disait très satisfait de sa première partie : "Je pense que j'ai beaucoup mieux joué aujourd'hui. La première partie était très bonne. La position était loin d'être facile à jouer, avec le roi au centre..."

Il répondait ensuite sans ambages à la question que tout le monde se pose : Pourquoi toutes ses chaises vides derrière lui ? Voici sa réponse :

- Les rares fois où je stream, il faut bien accueillir les idiots qui viennent me voir. D'ailleurs, David Howell est souvent dans le coup !

Abdusattorov-Aronian 2,5-0,5

Avant cette rencontre, Aronian dominait le mini-match particulier entre les deux hommes sur le score de 3-1 (aucune nulle). Ce mardi, Abdusattorov est revenu au score avec panache.

Dans la première partie, à couper le souffle, le jeune ouzbek nous offrait le formidable 13.e6!!, un formidable pseudo-sacrifice de dame (impossible à accepter sous peine de double échec et mat). Sans ordinateur, la partie semble si insensée qu'elle en devient fascinante.

Après la partie, Nodirbek déclarait : "J'ai joué une ligne douteuse et, objectivement, je suis perdant, mais en pratique, c'est trop dur à jouer pour les noirs." Voilà qui aurait fait très plaisir au regretté Mikhail Tal, roi des échecs sacrificiels !

Dans la deuxième partie, Aronian prenait l'avantage à plusieurs reprises face à la solide défense russe de son adversaire, mais il ne pouvait glaner mieux qu'un demi-point. Le numéro un ouzbek concluait le match dans la troisième grâce à une combinaison pleine de style :

A 18 ans seulement, Abdusattorov est déjà au sommet de la planète échecs en rapide, notamment grâce à son titre mondial en 2021. Il avait alors battu Carlsen, comme il l'a refait en classique lors de leur tout premier affrontement à cette cadence en début d'année. Pourra-t-il demain faire à nouveau trembler l'ogre norvégien ?

Consolante

Dans ce tableau, les matchs se jouent en deux manches, et non quatre. Une défaite dans la première peut donc mettre une énorme pression sur le joueur, obligé de remporter la seconde pour atteindre le départage en armageddon.

So-Fedoseev 1,5-1,5

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les deux grand-maîtres ne s'étaient jamais affrontés en partie rapide officielle. Il se sont certes rencontrés aux championnats du monde d'échecs 960 en 2019 (victoire de Fedoseev) et 2022 (victoire de So), mais jamais, donc, avec une position de départ classique.

L'américain rencontrait des problèmes avec les pièces blanches dans la première partie, mais il parvenait à sauver la nulle. Fedoseev avait à nouveau des chances de gain dans la seconde, mais il ne parvenait pas à convertir une finale de tours légèrement avantageuse.

Notons qu'après le coup 49...Tg7+? l'ordinateur considère les blancs comme gagnants après 50.Rh4 (au lieu de Rf2 vu dans la partie). Dans tous les cas, le gain d'un pion net est avéré. Mais cela n'allait pas suffire...

Avant l'armageddon, So remportait les pièces noires aux enchères, proposant 8mn27 contre 11mn24 à son adversaire. L'américain annulait à nouveau, remportant le match.

Fedoseev est éliminé, mais repart tout de même plus riche de 7500$ et de 20 points CCT.

Iturrizaga-Van Foreest 2-1

Encore une fois, difficile de dégager un favori entre deux hommes ne s'étant affronté qu'une fois en rapide (résultat nul).

Le GMI hollandais remportait la première partie avec les noirs. Pour le plus grand plaisir des partisans de la défense est-indienne, il jouait l'énergique 28...h4! pour ouvrir toutes les lignes menant au roi blanc, lançant une attaque décisive.

Mais le grand-maître néo-espagnol ne s'en laissait pas compter et revenait dans le match à l'issue d'une finale de dames qu'il liquidait dans une finale de pions gagnante, au grand dam de son adversaire. 

Tout allait donc se jouer en armageddon. Avec les pièces blanches, Iturrizaga se retrouvait à nouveau dos au mur dans l'est-indienne. Cette fois, il avait préparé juste avant la partie la déviation 13.h3 (au lieu de 13.b3 joué précédemment)

L'ouverture se passait beaucoup mieux. Il se permettait même un peu plus tard de sacrifier une pièce par 21.Cxe5, obtenant une attaque redoutable. Il gagnait rapidement du matériel et convertissait proprement la finale de tours.

Retrouvez cette partie d'attaque spectaculaire ci-dessous, analysée par le GMI Rafael Leitao.

GM Rafael Leitao GotD

Après la partie, Iturrizaga se déclarait être très heureux d'avoir une chance de jouer les tous meilleurs grand-maîtres de la planète. Déjà engagé trois fois sur les Play-ins, c'est la première fois qu'il se qualifiait pour la division 1, grâce à une victoire in-extremis face à Parham Maghsoodloo.

Après avoir perdu au temps en tentant d'enlever la promotion automatique en dame la veille, il a confirmé à nos commentateurs avoir résolu le problème, et reviendra demain pour un nouveau tour de piste !

Pour Van Foreest, c'est terminé, mais il empoche tout de même 7500$ et 20 points CCT.

Tableau - Division 1

Division 2

Lazavik est décidemment la star de cette division. Encore une fois, il réalise un bel exploit en étant le seul à s'imposer 3-0.

Sa seconde partie est un véritable bijou de finale : Dans une position "égale", Paravyan faisait l'erreur avec 0,3 secondes à la pendule et se faisait rapidement mater. Il faut bien reconnaître qu'avec aussi peu de temps, il n'avait que peu de chance de trouver le seul coup 53...Dg5!!, digne d'une étude. Mais quand on aime les échecs, quoi de plus fascinant que de se pencher sur ce qui aurait pu advenir ? Plongeons ensemble dans la position :

Tableau - Division 2

Division 3

Gros retour de karma pour Mamedov ! Le redoutable azéri est passé par toutes les émotions ce mardi.

En quarts de finale, dans son armageddon face à Alexander Grischuk, il gagnait au temps avec deux dames de moins dans la position suivante (notez qu'il n'y a pas d'incrément dans ce mode de jeu) :

Tout juste vainqueur, il affrontait Yu en demi-finale. Et dès la première partie, le GMI chinois lui infligeait une défaite dans une position "imperdable". Pourtant, le roi blanc étant confiné sur l'aile, le mat tour+cavalier contre tour devenait possible !

Les tableaux de finale me permettent de vous proposer une analyse "parfaite" de cette finale, dans laquelle les deux joueurs se trompaient à de multiples reprises malgré la rareté des options. Le regretté MI Mark Dvoretsky aimait les "tragicomédies". En voilà une !

Yu annulait ensuite la seconde partie et remportait le match.

Mention honorable pour Vladimir Kramnik, qui trouvait une combinaison remarquable contre Levan Pantsulaia, mais ne parvenait pas à convertir l'avantage avec quelques secondes seulement à la pendule. Après 16 secondes de réflexion et avec 38 secondes restantes à la pendule, il jouait le formidable 34...Bxg3!!, sans lequel cet article ne serait pas complet :

Malgré sa vista tactique, Kramnik devait se contenter de deux nulles, puis perdait l'armageddon. Il est éliminé du tournoi.

Tableau - Division 3


Le Champions Chess Tour 2023 (CCT) est un circuit de tournois né de la fusion du Champions Chess Tour de Chess24 et du Global Championship de Chess.com. Le Tour comprend six événements qui s'étendent sur toute l'année et se terminent par une phase finale en direct et en présentiel. Avec les meilleurs joueurs du monde et une dotation de 2 000 000 $, le CCT est l'événement le plus important de Chess.com à ce jour.

Seuls les Grands Maîtres sont éligibles à une place automatique dans la phase Play-In. Les autres joueurs titrés (MI et moins) peuvent participer aux qualifications qui ont lieu tous les lundis à partir du 13 février, à l'exception des semaines où se déroulent déjà un Play-In ou un tableau à élimination directe (21 au total). Les trois premiers de chaque tournoi qualificatif gagnent leur ticket pour le prochain Play-In. 


Précédemment :

Mieux connaître NM AnthonyLevin
Carlsen sort vainqueur du combat contre Firouzja en finale du Chessable Masters

Carlsen sort vainqueur du combat contre Firouzja en finale du Chessable Masters

Firouzja rejoint Carlsen en Grande Finale !

Firouzja rejoint Carlsen en Grande Finale !