GM Levon Aronian

Nom complet
Levon Aronian
Date de naissance
Oct 6, 1982 (âge 37)‎
Lieu de naissance
Erevan, République socialiste d'Arménie, Union soviétique
Fédération
Arménie
Profils

Classement

Bio

Levon Aronian est un super grand-maître arménien qui figure depuis de longues dans l'élite mondiale. Il entre dans le top 20 en 2005 et n'a jamais quitté ce groupe très fermé depuis lors. Sur ces quinze années au plus haut niveau, il en a passé la plupart dans le top 10.

Aronian est un modèle de régularité au plus haut niveau, et son parcours est jalonné de plusieurs exploits retentissants. De novembre 2010 à septembre 2014, il ne quitte pas le top 3, obtenant son meilleur Elo (2830) en mars 2014, ce qui en fait le quatrième joueur le mieux classé de l'histoire, devancé seulement par Magnus CarlsenGarry Kasparov et Fabiano Caruana.

Son impressionnant palmarès comprend des titres mondiaux en échecs 960, en blitz et en rapide, ainsi que de nombreuses médailles aux Olympiades avec l'équipe nationale d'Arménie. Il a également remporté son championnat national une fois et la Coupe du monde deux fois ! A quelques encablures de la quarantaine, le héros de tout un peuple pourrait encore ajouter quelques lignes de prestige à un CV déjà bien fourni.

Début de carrière (1991 à 2001)

Aronian apprend les échecs à l'âge de neuf ans avec sa sœur. Grâce à l'entraînement dispensé par le GMI Melikset Khachiyan, le jeune Levon devient rapidement un très fort joueur.

En 1994, il remporte le championnat du monde pupilles avec 8/9. Une performance qui le place devant plusieurs autres futurs pensionnaires du top 10 mondial, parmi lesquels figurent Ruslan PonomariovAlexander Grischuk, Etienne Bacrot ainsi que le futur quintuple champion d'Espagne Francisco Vallejo Pons. C'est en l'an 2000 que Levon devient grand-maître international. Il termine ensuite deuxième des championnats du monde juniors en 2001 avec 9,5/13, et deuxième du très relevé championnat d'Arménie.

Champion d'Arménie et étoile montante des échecs (2002 à 2008)

L'année suivante, après être passé tout proche de la victoire aux championnats du monde junior et au championnat d'Arménie, il remporte les deux titres.

Il est alors âgé de vingt ans et devance de futurs grand-maîtres de premier plan tels que Bu XiangzhiPentala Harikrishna ou encore Luke McShane. Le titre national toutes catégories vient ensuite récompenser une superbe dernière année en junior.

Lors des saisons qui suivent, Aronian va enchaîner de très belles performances. De 2003 à 2005, il terme à chaque fois dans le top 4 du Championnat d'Europe individuel. En 2004, il bat Carlsen au premier tour de la Coupe du monde de la FIDE avant de s'incliner au troisième tour contre le russe Smirnov. En 2005, il remporte le tournoi international du Karabagh. Avec 6/9, il devance Ashot Anastasian, légende des échecs arméniens aux huit titres nationaux, ainsi que des GMI de l'élite tels que Hikaru Nakamura et Vassily Ivanchuk.

C'est à la fin de l'année 2005 qu'il réalise la plus belle performance de sa jeune carrière en remportant la Coupe du monde sans perdre la moindre partie. Pour s'imposer, il bat consécutivement Vallejo, Mikhail Gourevitch, Bacrot et Ponomariov. Il se qualifie ainsi pour le tournoi des candidats 2007, qui cette année là propose une formule à élimination directe. Il se débarrasse de Carlsen au premier tour puis d'Alexei Shirov au second et se qualifie pour le tournoi déterminant le futur champion du monde. Las, il n'y terminera que septième sur huit.

En 2006, Aronian remporte le super-tournoi de Linares. Avec 8,5/13, il devance d'un demi-point Teimour Radjabov et le champion du monde en titre Veselin Topalov, réalisant au passage une performance à 2808 Elo. Au tout premier Mémorial Tal, il partage la première place avec Ponomariov et Peter Leko. Finalement, à l'Olympiade d'échecs, il mène l'équipe d'Arménie vers une première médaille d'or historique.

Levon Aronian in 2006 before Linares
Levon Aronian en 2006. Photo : F. Friedel, CC 3.0.

Aronian participe également depuis le début des années 2000 aux tournois d'échecs 960 (ou Fischer Random). Après avoir remporté les qualifications mondiales en 2003, il affronte le champion du monde de l'époque, Peter Svidler, mais perd le match. Il gagne à nouveau le tournoi qualificatif en 2005 et obtient sa revanche. Cette fois, il s'impose et remporte le titre de champion du monde d'échecs 960, ce qui lui vaut d'être élu sportif de l'année en Arménie. Il défendra ce titre avec succès en 2007 face à Viswanathan Anand avant d'en être dépossédé en 2009 par Nakamura.

En 2007, Levon partage la première place du prestigieux tournoi de Wijk aan Zee (aujourd'hui Tata Steel) avec Topalov et Radjabov. Un exploit qu'il réédite l'année suivante à égalité avec Carlsen. La même année, il réalise une performance de choix à l'Olympiade d'échecs 2008 : Dans son sillage, l’Arménie conserve sa médaille d'or acquise deux ans plus tôt.

Champion du monde de rapide et de blitz (2009 à 2013)

En avril 2009, Aronian remporte la quatrième étape du Grand Prix FIDE 2008-2010 disputée à Nalchik, la capitale de la République russe de Kabardino-Balkar. Face à un pool de joueurs présentant une moyenne Elo de 2725, il réalise un score de 8,5/13, terminant un point devant Peter Leko et Vladimir Akopian. Cette victoire, assortie de bons résultats dans les autres étapes, lui permettra de remporter le Grand Prix à un tournoi de la fin, ce qui lui permet de se qualifier pour le tournoi des Candidats 2012. Malgré son statut de favori, il y est éliminé par Grischuk en départages lors du premier tour.

En août 2009, il remporte le championnat du monde de rapide en battant Ian Nepomniachtchi 3-1 en finale d'un tournoi à double rondes. Un succès qui lui vaudra le titre de "Maître des sports de la république d'Arménie", honneur qu'il recevra en décembre de la même année.

En 2010, il remporte à nouveau un championnat du monde, cette fois en blitz. Avec 24,5/38, il s’octroie le titre à une ronde de la fin, devançant Radjabov et le champion en titre Magnus Carlsen.

Après une année terne, il renoue avec le succès au plus haut niveau en 2012. A Wijk aan Zee, il s'impose avec 9/13, devançant d'un point Carlsen, Radjabov et Caruana. Il réalise au passage une époustouflante performance à 2892. En août, il mène à nouveau l'équipe d'Arménie vers la victoire à l'Olympiade. Son exceptionnelle perf à 2849 lui vaut également la médaille d'or individuelle au premier échiquier.

En 2013, après avoir terminé second derrière Carlsen à Wijk aan Zee, il remporte deux victoires de prestige. Favori du Mémorial Alekhine en avril, il s'impose face à Boris Gelfand en départage pour remporter le tournoi. En octobre, il participe au Grand Slam Chess Masters de Bilbao, un tournoi à double rondes mettant aux prises des joueurs de l'élite tels que Michael AdamsShakhyirar Mamedyarov et Maxime Vachier-Lagrave. Invaincu, il termine un point devant Adams et s’octroie une superbe victoire.

Quatrième plus haut Elo de l'histoire (2014 à 2019)

Aronian commence 2014 avec la manière en remportant à nouveau le tournoi de Wijk aan Zee. Avec 8/11, il atomise la concurrence : Ses plus proches poursuivants Anish Giri et Sergey Karjakin sont relégués à un point et demi ! Cette fois encore, il réalise une performance étourdissante : 2911 Elo !

Cette performance, qu'il confirme dans les mois qui suivent, lui vaut d'atteindre son pic Elo en mars 2014 : Avec 2830 au classement mensuel de la FIDE, il devient le troisième joueur le mieux classé de l'histoire. Il ne sera ensuite dépassé que par Caruana, et demeure à ce jour le quatrième meilleur Elo de tous les temps.

A la fin de l'année, Aronian accuse un léger recul. Il quitte pour la première fois le top 3 en octobre, alors qu'il occupait une place sur le podium mondial sans discontinuer depuis novembre 2010. Cependant, l'arménien va conserver avec opiniâtreté sa place dans l'élite mondiale. Aujourd'hui encore, il est capable de battre n'importe quel adversaire.

Début 2015, il participe au Championnat de Russie par équipes. Engagé dans l'équipe de Sibérie aux côtés de Vladimir Kramnik, il maîtrise le tournoi d'un bout à l'autre. Mais c'est en septembre qu'il remporte sa plus belle victoire de l'année en dominant la Sinquefield Cup avec un point d'avance sur des poursuivants de haut vol : Giri, Carlsen, Vachier-Lagrave et Nakamura ! Grâce à cette performance, il retrouve une place dans le top 10 mondial.

2016 sera une année beaucoup plus difficile pour le champion arménien, mais il saura rebondir en 2017. En avril, il remporte le Grenke Classic avec un point et demi d'avance sur Carlsen et Caruana. En juin, il s'impose au Norway Chess avec un point d'avance sur Carlsen, Kramnik et Karjakin, réalisant au passage une performance à 2918 ! En août, nouvelle victoire au Saint Louis Rapid & Blitz avec 24,5/36, trois points devant Karjakin et Nakamura. En septembre, il devient le seul joueur à remporter deux fois la Coupe du monde, se qualifiant pour le Tournoi des Candidats 2018 (qu'il terminera en dernière position). Finalement, en novembre, il remporte la médaille d'or individuelle aux Championnats d'Europe par équipes, que l'Arménie termine en seconde position.

En 2018, Aronian réalise deux performances remarquables : en janvier, à l'Open de Gibraltar, il s'impose après avoir disposé de Richard Rapport et de Maxime Vachier-Lagrave en départages. En août, il termine premier ex-aequo de la Sinquefield Cup avec Carlsen et Caruana. Les trois joueurs étant à égalité à tous les biais de départages (Résultats entre eux, nombre de victoires et nombre de victoires avec les noirs), ils décident de partager le titre plutôt que de tirer le vainqueur au sort ou de jouer des départages en rapide.

Levon Aronian

Levon Aronian au tournoi des Candidats 2018. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Comme en 2018, Aronian réalise deux performances majuscules en 2019. La première au Saint Louis Rapid & Blitz, qu'il remporte pour la seconde fois avec 22/36, un demi-point devant Yu YangyiDing Liren et Vachier-Lagrave. Il remporte une autre belle victoire en cadence rapide au tournoi Superbet de Bucarest. Premier ex-aequo avec Karjakin, il va se défaire du russe en départage pour remporter la timbale.

Présent et futur

Aronian s'est déjà garanti une place parmi les plus grands joueurs de l'histoire. Alors qu'il n'est pas encore âgé de quarante ans, il a remporté une multitude de titres mondiaux (échecs 960, blitz, rapide...), deux Olympiades, deux Coupes du monde, et de nombreux autres tournois de prestige. Il est à ce jour le quatrième joueur le mieux classé de l'histoire, et il est parvenu à rester pendant quatre ans dans le top trois mondial sans discontinuer. Excusez du peu !

Levon Aronian at the 2018 Paris GCT
Levon Aronian au Grand Chess Tour Paris en 2018. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Le héros du peuple arménien est, au moment où nous écrivons ces lignes (janvier 2020), toujours un joueur d'élite sur lequel il faut compter. C'est également un modèle de régularité qui n'a jamais quitté le top 20 mondial depuis juillet 2005. En outre, dans un bon jour, il est capable de battre absolument n'importe qui. Dangereux et fiable, il est presque toujours dans le coup pour la victoire finale.

(Vous pensez pouvoir jouer comme Levon Aronian ? Tentez de trouver les coups du GMI lors de cinq de ses plus belles parties !)

Meilleure partie


Ouvertures les plus fréquentes

Parties