Demi-finales : So était-il gagnant ?

Demi-finales : So était-il gagnant ?

Premier jour des demi-finales de la Coupe du monde : deux nulles. Levon Aronian et Maxime Vachier-Lagrave ont rapidement partagé le point dans une variante ultra-théorique de la Gruenfeld. Dans une partie italienne, Wesley So a réussi à mettre Ding Liren sous pression, mais le chinois a trouvé une répétition salutaire juste après le quarantième coup. 

Wesley So quitte la salle de jeu après avoir fait nul dans une bonne position.| Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Ils ne sont plus que quatre, c'est le stade le plus important de l'épreuve : deux billets pour le Tournoi des Candidats 2018 sont en jeu. Pour mémoire, il aura lieu en mars, à Berlin.

C'est le dernier match ne comprenant que deux parties classiques. Si besoin, après ces deux parties se dérouleront jeudi les départages (en finale, il y aura quatre parties classiques). Dans cette tension maximale, les quatres GMI venus d'Arménie, de France, de Chine et des Etats-Unis ont commencé le plus gros combat de l'année.

Coupe du monde 2017 | Demi-finales

Fed Joueur Fed Joueur Classique Rapide Blitz Score
Aronian (2802) Vachier-Lagrave (2804) ½-½ ½-½
So (2792) Ding Liren (2771) ½-½ ½-½

La pression du résultat peut expliquer le résultat de ces deux parties. Mais dans les deux cas, les joueurs ont du combattre un moment avant d'arriver à une conclusion pacifique.

Commençons par Levon Aronian contre Maxime Vachier-Lagrave. On est en droit de se demander pourquoi Aronian a choisi une ligne théorique analysée jusqu'à la moelle, et évaluée comme nulle depuis longtemps. Difficile également de comprendre pourquoi la nouveauté théorique qu'il a proposé au 24ème coup perd immédiatement un pion.

null

Aronian s'est emmêlé les pinceaux. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Nous parlons bien sûr de la fameuse variante 8.Tb1 de la Gruenfeld. Une ligne découverte en 1975 mais qui n'a commencé à envahir le haut niveau que dans les années 90. Boris Gelfand était alors son principal partisan côté blanc, tandis que Vassily Ivanchuk et Gata Kamsky connaissaient de beaux succès côté noir.

Le temps à passé, et la théorie a fait un bond de géant. Cette variante est devenue une arène que les conducteurs des blancs évitent comme la peste. Les analyses ont prouvé que les noirs étaient très bien.

Un joueur en particulier l'a prouvé à maintes reprises, c'est Peter Svidler, éliminé par MVL en quarts de finale. C'était comme si son ombre planait encore sur Tbilissi, car si l'on regarde les bases de données au 18ème coup, on se rend compte qu'il s'agit en quelque sorte de "sa variante".

Il a notamment eu un dialogue amusant sur Twitter avec le MI Lawrence Trent, traduit ci-dessous :

null

Trent : Aronian a l'air d'improviser avec le coup 25.Dc3...

Svidler : Oui, 25 coups de théorie avant de lâcher son pion central avec 1h29 à la pendule, c'est clairement "de l'improvisation"...

Trent : Sérieusement, qu'avait-il prévu sur Fc5 ? Je n'y comprends rien. Les coups de MVL ont l'air bon, je ne suis pas fan de cette nouveauté.

Svidler : Je n'ai pas dis qu'il avait trouvé une réfutation, en vérité je pense même que ce n'est pas le cas. Mais le timing indique clairement une préparation. Il arrive que Levon bluffe, mais là, ce serait vraiment étrange.

Trent : Est-ce que je peux retweeter mon propre tweet ?

Svidler : On dirait bien que tu avais raison et que j'avais tord. C'est sans doute la fin du monde.

Trent : Je vais imprimer ce tweet et l'encadrer. C'est la vérité. Je vais l'accrocher au dessus du lit et le caresser chaque matin. Ça ne va pas plaire à ma femme mais tant pis.

A propos de l'ouverture, Maxime a déclaré : "J'étais au courant de la plupart des développements dans cette ligne, j'ai donc été surpris de voir Levon jouer 24.Tbc1. On dirait que ça perd un pion. Je pense qu'il a confondu avec une autre variante. Là, je peux simplement prendre le pion, et je suis même peut-être un peu mieux."

Aronian n'a pas l'excuse d'avoir été surpris par le choix d'ouverture de son adversaire : c'est l'arme principal du français contre 1.d4. En jouant 8.Tb1, il devient très difficile de sortir de la grande ligne. Cette gaffe, qui lui a coûté un pion sec, ne peut s'expliquer que par le format épuisant de ce tournoi, et peut-être la pression de l'enjeu.

"Après ça, j'ai même peut-être joué trop passivement." a ajouté Maxime. "C'est sûr, c'est une nulle facile, mais j'aurais peut-être pu mettre un peu la pression avec 25...Fc5 ou 25...Db4. C'était étrange de devoir s'adapter à cette position, car normalement les blancs ont juste un pion de plus, mais la position est nulle quand même. En tout cas, c'était une partie un peu bizarre."

null

MVL: "C'était une partie un peu bizarre." | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Nastja Karlovich, de la FIDE, a confirmé que Levon lui avait confié avoir gaffé au 24ème coup. "Je pensais qu'il s'agissait d'une préparation" a ajouté Maxime, "mais après 25.Dc3, même si il avait tout joué à tempo, j'ai réalisé que ce n'était surement pas le cas. Mais il avait raison, dans le sens ou la partie est toujours théoriquement nulle."

null

Petits matchs entre amis. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

Dans l'autre partie, on eu l'impression que Wesley So aurait réussi à battre Ding Liren dans un tournoi "normal"— où la pression de la qualification pour les candidats ne se serait pas fait sentir.

"J'ai mis la pression tout du long." a déclaré So. L'américain pensait qu'MVL aurait les blancs aujourd'hui, et s'attendait à voir deux Giuoco Piano !

null

 So et Ding ont joué une italienne. | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

"Liren a proposé la nulle au 14ème coup, mais j'avais envie de jouer un peu plus. J'ai trouvé l'idée 18.Db5 et il a pris en b5. Ce n'était peut-être pas obligé."

Comme l'a précisé Wesley, la nouvelle structure de pions des blancs est plus plaisante car elle leur offre un bel avantage d'espace et une case forte pour le cavalier en d5.

"Mais il a simplement joué 32...f6 et mis sont roi en d7, une décision très sage pour défendre ses pions à l'aile dame, car son pion a4 était un trop avancé." So a bien eu quelques "idées sophistiquées" (Rd2-c3 puis Ta1 et b4, ou bien doubler les tours sur la colonne a), mais aucune n'avait l'air de marcher.

"Si je pousse, les tactiques sont en sa faveur. Je n'ai vu aucun moyen de progresser."

Dans cette position, les blancs auraient pu essayer 41.Txb3!? axb3 42.gxf6.

So comptait notamment calculer un sacrifice de qualité après 40ème coup. Une fois arrivé au contrôle de temps, il n'a finalement passé que trois minutes dessus. "le problème, c'est que je n'ai pas le temps de jouer Tg7 à cause de son contre-jeu sur la deuxième rangée avec Th2/a2. Je dois perdre un temps en jouant Rc3 et il n'a plus de contre-jeu, mais il peut défendre la septième rangée par Th7. Il perd ensuite ses pions f et b3, ce qui me donne deux pions pour la qualité et une bonne position, mais je ne pense pas pouvoir progresser à cause de mes pions b doublés. Sans ça, j'aurais sans doute eu de bonnes chances."

null

So était-il gagnant ? | Photo: Chess.com/Maria Emelianova.

So a reconnu qu'il aurait pu attendre un peu avant de pousser g5, comme l'a suggéré le GMI Evgeny Miroshnichenko, qui officiait aux commentaires. En tout état de cause, le GMI américain ne devra peut-être pas trop analyser cette partie après coup, il risquerait de trouver un gain...

Ding, lui, a du regretter d'échanger les dames comme il l'a fait. Il a sans doute sous-estimé les chances blanches, mais il a très bien joué la suite. Sa manœuvre "à la Rubinstein", Dd8-b8-a7 était d'ailleurs assez jolie, dans le style de la partie Janowsky-Rubinstein, Karlsbad 1907.

Dejan Bojkov's Game of the Day

L'analyse du jour par le GMI Dejan Bojkov

2017 FIDE World Cup Bracket Quarterfinals

(Cliquez pour agrandir.) 

Parties fournies par TWIC.

La Coupe du monde se déroule du 3 au 27 septembre à Tbilissi, en Géorgie. Chaque match consiste en deux parties classiques (quatre en finale) et des départages en rapides et blitz le troisième jour. L'enveloppe des prix est de 1,6 millions$, dont 120 000$ pour le seul vainqueur. En outre, les deux finalistes se qualifieront pour le prochain Tournoi des Candidats.

Comment suivre l'événement :

Chess.com diffuse les parties de tous les grands tournois mondiaux sur Chess.com/Live, et la coupe du monde ne fait pas exception à la règle. En outre, sur Chess.com/TV, les commentaires en direct seront assurés par les Chessbrahs, un des plus belle équipe de commentateurs du monde avec les GMI Eric Hansen, Robin van Kampen et Yasser Seirawan ainsi que le MI Aman Hambleton.


Mieux connaître PeterDoggers
Dvorkovich élu président de la FIDE

Dvorkovich élu président de la FIDE

Mamedyarov relègue Carlsen au second rang à Bienne

Mamedyarov relègue Carlsen au second rang à Bienne