GM Shakhriyar Mamedyarov

Mamedyarov in 2018. Photo: Maria Emelianova/Chess.com.
Nom complet
Shakhriyar Mamedyarov
Date de naissance
Apr 12, 1985 (âge 35)‎
Lieu de naissance
Sumgait, Azerbaijan SSR, Soviet Union
Fédération
Azerbaïdjan
Profils

Classement

Bio

Shakhriyar Mamedyarov est un super-Grand Maître originaire d'Azerbaïdjan, monté jusqu'à la seconde place mondiale en février 2018. Selon 2700chess.com, Mamedyarov a atteint son pic élo de 2826, le 30 septembre 2018, soit le sixième meilleur classement de tous les temps.

Il a remporté le Championnat du Monde de rapides en 2013 et a été sacré deux fois champion du monde junior (2003 et 2005). Son palmarès est riche de nombreux tournois internationaux, dont le Festival d'échecs de Bienne 2018 (devant le champion du monde Magnus Carlsen). Mamedyarov compte  également deux couronnes nationales (2001 et 2002) ainsi qu'une victoire au combiné du Grand Prix FIDE 2017 et une seconde place au tournoi des Candidats 2018. 


Style

Si, comme tous les Grands Maîtres, Mamedyarov peut briller dans n'importe quel secteur du jeu, il est avant tout défini comme un  joueur d'attaque et tacticien hors-pair. Ses meilleures parties révèlent souvent des déséquilibres matériels et sacrifices audacieux, il n'hésite d'ailleurs pas à s'aventurer parfois  dans des ouvertures aux réputations douteuses.

Dans la partie suivante, Mamedyarov utilise l'attaque Trompowsky pour battre la joueuse la plus forte de tous les temps, Judit Polgar, en seulement 11 coups ! L'azéri obtient une position extrêmement agréable dès l'ouverture avec un centre fort et une avance de développement. Après le dixième coup de sa rivale 10...Cd7, Mamedyarov trouve le très élégant 11. Cd5 pour parachever une miniature !

Ce coup incroyable permet de gagner significativement du matériel sur le champ ! Si les noirs capturent la dame blanche, alors Cc7 délivre un mat éclair. Quand avez-vous vu pour la dernière fois un Grand Maître de classe mondiale rendre les armes après seulement 11 coups ?

Début de carrière

Mamedyarov monte sur la deuxième marche du podium du championnat d'Azerbaïdjan des - de 12 ans en 1997. En 2000, il remporte à la fois, la catégorie des - de 16 ans et celle des moins de 18 ans. L'année suivante, il devient champion d'Azerbaïdjan toute catégorie et réalise le double en 2002. Mamedyarov devient champion du monde junior en 2003 et Grand Maître à l'âge de 18 ans. En 2005, il s'impose une nouvelle fois dans cette épreuve, devenant ainsi l'unique double champion du monde junior de l'Histoire, il en profite pour dépasser pour la première fois la barre des 2700.

Mamedyarov 2018
Mamedyarov au Tata Steel 2018. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Voici une partie jouée en 2004 où Mamedyarov fait étalage de toute sa panoplie. Après une ouverture anglaise relativement calme et quelques manœuvres habituelles, Mamedyarov montre ses intentions d'attaquer l'aile roi avec 14. g4 et 16. Cf5. Trois coups plus tard, il sacrifie son cavalier en h6, et la magie opère ! Cette démonstration se termine par un ultime coup d'éclat Txf8+ ! À l'image de sa partie contre Polgar, l'azéri semble apprécier conclure par des combinaisons dignes de se retrouver dans les meilleurs bouquins de problèmes :

Mamedyarov participe au groupe B du Corus 2005 où il termine second (aux côtés du GM Jan Smeets) derrière Sergey Karjakin mais devant Carlsen, Alexandra Kosteniuk, la championne du monde Antoaneta Stefanova, et huit autres Grands Maîtres.

Dans la partie ci-dessous, Mamedyarov utilise avec les blancs une ligne peu commune contre la variante Leningrad de la Hollandaise Après quelques manœuvres discrètes, il sacrifie un cavalier au 15ème coup afin de se forger un redoutable centre de pions. Il montre alors sa grande compréhension des positions avec déséquilibre matériel à travers une marche triomphale de son trio central. Sa position s'harmonise à la perfection après 23. Ce5, quand toutes ses pièces se retrouvent centralisées et dominantes.

Son coup final, 29.Te7 est une nouvelle fois spectaculaire et digne d'une étude ! Si les noirs acceptent l'offrande par 29...Dxe7, alors 30. Fd5+ Tf7 31. Dxb8+ est dévastateur, mais si la tour est ignorée, un mat imparable va suivre en g7.

De Grand-Maître à joueur de classe mondiale

Mamedyarov commence l'année 2006 en partageant la première place du prestigieux Open d'Aeroflot à Moscou avec les GMs Baadur Jobava, Viorel Bologan et Krishnan Sasikiran. Il remporte le tournoi d'Essent au départage devant Polgar, Veselin Topalov et Ivan Sokolov. Lors du tournoi Mtel Masters 2007, il échoue à un demi-point du vainqueur (Topalov), à égalité avec Gata Kamsky, Liviu-Dieter Nisipeanu et Sasikiran, et devant Michael Adams.

Mamedyarov 2007
Mamedyarov à l''Eurochess 2007. Photo : Karpidis/Wikimedia, CC.

Toujours, en 2007, il finit à la dixième place du Championnat du Monde de blitz en 2007. L'année suivante, il réalise une belle performance au Grand Prix de Bakou en obtenant le score de 7,5/13 (aux côtés d'Alexander Grischuk) à un demi-point des vainqueurs (Wang Yue, Carlsen et Vugar Gashimov) et devant entre autres Adams, Peter Svidler, Teimour Radjabov, Kamsky, Karjakin.

Mamedyarov bat Carlsen durant ce tournoi en tentant un coup original contre l'Ouest-Indienne du norvégien avec 8. Ce5. La partie se développe logiquement, les blancs sécurisant un petit avantage jusqu'à une erreur des noirs : 28...Db6, Mamedyarov en profite alors pour ouvrir l'aile roi avec 29. f5 :

Deux coups plus tard, Mamedyarov sacrifie son fou avec 31. Fxa5 ! pour détourner la dame de Carlsen de l'aile Roi, contraint à abandonner 6 coups plus tard. Dans la position finale, la véritable pieuvre installée en g6 dispose d'une tentacule sur toutes les cases importantes.

Carlsen and Mamedyarov 2019
Mamedyarov (à gauche) affrontant Carlsen au Norway Chess 2019. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Lors du tournoi de Dortmund 2008, Mamedyarov finit de nouveau à un demi-point du vainqueur (Peter Leko) avec 4/7 en compagnie de Vassily Ivanchuk, Ian Nepomniachtchi et Jan Gustaffson, devançant Vladimir Kramnik, Arkadij Naiditsch et Loek van Wely.

Mamedyarov termine à la quatrième place du Tal Memorial 2008 disputé en blitz avec 20/33 (à égalité avec Svidler) derrière Ivanchuk, Kramnik et Carlsen, mais devant Leko, Grischuk, Karjakin, Kamsky, Boris Gelfand, Ruslan Ponomariov, Anatoly Karpov, Alexander Morozevich et cinq autres Grands Maîtres de classe mondiale. Mamadyarov se classe ensuite cinquième au Championnat du Monde de blitz.

En 2009, Mamedyarov remporte l'Open d'Ordix avec le score stratosphérique de 10/11 devant un très grand nombre de Grands Maîtres et de joueurs forts. Il obtient une acceptable huitième place au Championnat du Monde de blitz. Lors de la Coupe du Monde, classé tête de série numéro 13 parmi le tableau de 128 joueurs, il élimine Kosteniuk, Vadim Milov, Wang Hao et Viktor Laznicka avant de chuter en 1/4 de finale contre Karjakin.

Mamedyarov 2019
Mamedyarov au Paris Grand Chess Tour 2019. Photo: Maria Emelianova/Chess.com.

Mamedyarov partage la première place du Tal Memorial 2010 avec Levon Aronian et Karjakin et le score de 5,5/9, laissant dans son sillage Wang, Grischuk, Hikaru Nakamura, Kramnik, Gelfand, Alexei Shirov et Pavel Eljanov. Il finit une nouvelle fois huitième ex-aequo au Championnat du Monde de blitz.

Candidat au titre de champion du monde

Mamedyarov reçoit la wildcard au tournoi des Candidats 2011, épreuve alors à élimination directe comportant huit joueurs qui s'affrontent en mini-matchs. Il est éliminé dès le premier tour par Gelfand, futur vainqueur.

Mamedyarov partage la troisième place avec Topalov du Championnat du Monde de rapides en 2012, derrière Karjakin et Carlsen. Dans la partie suivante, Mamedyarov parvient à créer une belle attaque après une ouverture pourtant lente et tranquille. Devant traiter avec les blancs d'une Ouest-Indienne (comme dans la partie ci-dessus contre Carlsen), Mamedyarov choisit une solide variante qui lui assure un avantage de structure.

La position des noirs demeure très compacte même si Mamedyarov réussit à gagner la paire de fous au 25ème coup. Quelques coups plus tard, les noirs se trompent en jouant 27...Fd5, ce qui offre à Mamedyarov la possibilité de s'illustrer tactiquement avec 28. Fxg6 !

Trois coups plus tard, Mamedyarov sacrifie son autre fou avec 29. Fa5 ! pour détourner la dame de l'aile roi - soit la même idée utilisée pour vaincre Carlsen. Les noirs sont contraints d'abandonner dans la foulée devant le mat qui se profile.

Dans le Grand Prix FIDE de Londres 2012, Mamedyarov finit premier ex aequo avec Topalov et Gelfand, devant Grischuk, Leko, Wang, Adams, Ivanchuk, Leinier Dominguez Perez, Rustam Kasimdzhanov, Anish Giri et Nakamura. Lors du Grand Prix suivant à Tachkent, il partage la deuxième place (avec Kasimdzhanov et Fabiano Caruana) derrière Karjakin, Morozovevich et Wang.

Dans la partie ci-dessous, Mamedyarov piège le cavalier de Topalov d'une manière extrêmement simple et instructive. Après une début relativement calme issu de la variante avec 4. Dc2 sur la Défense Nimzo-Indienne, les débats prennent une tournure très stratégique. La position est équilibrée jusqu'à ce que Topalov joue 20...Ce4, qui déclenche une audacieuse partie de chasse au cavalier. Après que Topalov ait capturé le pion c3 au coup 21, sen suit la position illustrée ci-dessous :

A première vue, il semble que les noirs viennent de gagner gratuitement un pion, cependant, Mamedyarov a prévu une ressource maligne avec 22. Tac1 ! Après la prise par les noirs de la tour en d1, c'est l'hécatombe, les deux pièces mineures noires sont perdues ! Apparemment, Mamedyarov est capable de créer des tactiques dans presque tous les types de position. Un autre succès éclair de Mamedyarov - vaincre Topalov en 24 coups n'est pas une tâche facile !

En 2013, Mamedyarov conquiert le titre de champion du monde de rapide avec le score de 11,5/15 devant 57 joueurs. Il remporte aussi le Grand Prix FIDE de Pékin devant Grischuk, Leko, Topalov, Morozevich, Karjakin, Giri, Wang Yue, Gelfand, Wang Hao, Ivanchuk et Kamsky. Cette performance (ajoutée à celles des Grand Prix de Londres 2012, Tachkent 2012 et Zoug 2013) lui vaut la deuxième place au classement général du Grand Prix FIDE, synonyme de ticket pour le tournoi des Candidats 2014.

Voici une partie du tournoi de Pékin 2013 où l'un des cavaliers de Mamedyarov réalise une chevauchée fantastique contre Giri. L'azéri prend un petit avantage dès l'ouverture, mais la position demeure équilibrée jusqu'au 15ème coup de Giri Tad8. Le cavalier de Mamedyarov entame son périple par 17. Cxb4.

Ce fantastique canasson enchaîne les sauts : d5-b4-c6-d8-e6-d4 avant de  revenir finalement en e6 où il se mue un véritable cavalier-pieuvre ! Le 22ème coup est un brillant sacrifice de dame qui prouve une nouvelle fois sa maîtrise des positions avec des déséquilibres matériels. Sa paire de fous, associée à son Cavalier-pieuvre est trop puissante pour Giri, qui abandonne au 28ème coup avec ses 2 pièces lourdes - dame et  tour - impuissantes face aux  3 pièces mineures blanches ! Cette partie représente un véritable chef-d'œuvre de Mamedyarov contre un adversaire de classe mondiale.

Mamedyarov réalise la moyenne avec 7/14 lors du tournoi des Candidats 2014, ce qui le place à la quatrième place après départages (aux côtés de Kramnik et Dmitry Andreikin), derrière Anand et Karjakin, mais devant Aronian, Svidler et Topalov. En 2014, il remporte le Tal Memorial au format blitz devant Grischuk, Morozevich, Gelfand, Karjakin, Svidler, Nepomniachtchi, Kramnik, Leko et plusieurs autres Grands Maîtres.

Teimour Radjabov, Shakhriyar Mamedyarov, Baadur Jobava 2017
Radjabov (à gauche), Mamedyarov (au centre), et Jobava lors de la Coupe du Monde 2017. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

En 2016, Mamedyarov s'impose au Mémorial Gashimov à Shamkir avec un score de 6/9, dépassant au départage Caruana et devançant aux points Giri, Karjakin, Rauf Mamedov, Pentala Harikrishna, Eltaj Safarli, Radjabov, Eljanov et Hou Yifan. Mamedyarov remporte de nouveau l'épreuve en 2017 avec un demi-point d'avance sur ses poursuivants Kramnik, Wesley So, Topalov, Karjakin, Radoslaw Wojtaszek, Adams, Radjabov, Eljanov et Harikrishna.

Mamedyarov partage avec Grischuk et MVL la première place du Grand Prix Sharjah 2017, devant Ding Liren, Adams, Nakamura, Nepomniachtchi, Aronian et bien d'autres Grands Maîtres. Il se classe deuxième du Grand Prix de Moscou derrière Ding, mais devant Vachier-Lagrave, Nakamura, Giri, Svidler, Grischuk, Radjabov, Francisco Vallejo Pons, Jon Ludvig Hammer, Nepomniachtchi.

Mamedyarov 2019
Mamedyarov en 2019. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Ses performances dans les événements de Sharjah, Moscou et Genève lui valent la première place du combiné du Grand Prix FIDE 2017, synonyme de qualification au tournoi des Candidats 2018. Mamedyarov y réalise sa meilleure performance avec un score de 8/14 qui le hisse à la deuxième place (avec Karjakin) derrière le vainqueur du tournoi, Caruana, et devant Ding, Kramnik, Grischuk, So et Aronian.

Lors du festival d'échecs de Bienne 2018, Mamedyarov signe un prestation de haut vol avec 7,5/10, lui assurant une marge de 1,5 point sur ses poursuivants Carlsen, Vachier-Lagrave, Svidler, David Navara et Nico Georgiadis.

Mamedyarov 2018
Mamedyarov au Tata Steel 2018. Photo : Maria Emelianova/Chess.com.

Mamedyarov remporte le Grand Prix de Riga 2019, tournoi à élimination directe de 16 joueurs où il domine successivement Daniil Dubov, Jan-Krzysztof Duda et Vachier-Lagrave après une finale épique,  décidée à l'armaggedon.

Meilleure partie


Ouvertures les plus fréquentes

Parties